Cours Stage - Le libertinage érudit

Exercice - Pensées, Pascal

L'énoncé

Extrait des Pensées de Pascal, 1669.

Examinons donc ce point, et disons : "Dieu est, ou il n’est pas." Mais de quel côté pencherons-nous? La raison n’y peut rien déterminer : il y a un chaos infini qui nous sépare. Il se joue un jeu, à l’extrémité de cette distance infinie, où il arrivera croix ou pile. Que gagerez-vous ? Par raison, vous ne pouvez faire ni l’un ni l’autre ; par raison, vous ne pouvez défendre nul des deux. Ne blâmez donc pas de fausseté ceux qui ont pris un choix ; car vous n’en savez rien.

- "Non ; mais je les blâmerai d’avoir fait, non ce choix, mais un choix ; car, encore que celui qui prend croix et l’autre soient en pareille faute, ils sont tous deux en faute : le juste est de ne point parier."

- Oui ; mais il faut parier. Cela n’est pas volontaire, vous êtes embarqué. Lequel prendrez- vous donc? Voyons. Puisqu’il faut choisir, voyons ce qui vous intéresse le moins. Vous avez deux choses à perdre : le vrai et le bien, et deux choses à engager : votre raison et votre volonté, votre connaissance et votre béatitude ; et votre nature a deux choses à fuir : l’erreur et la misère. Votre raison n’est pas plus blessée, en choisissant l’un que l’autre, puisqu’il faut nécessairement choisir. Voilà un point vidé. Mais votre béatitude ? Pesons le gain et la perte, en prenant croix que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout ; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu’il est, sans hésiter.


Question 1

Pour convaincre son lecteur, quel type et quelle forme de texte Pascal écrit-il ?

Pascal écrit un texte de type argumentatif, et qui prend la forme d'un dialogue.

Question 2

Quel auteur antique Pascal imite-il en créant un dialogue argumentatif ?

Pascal crée un dialogue à la manière de Platon, auteur du Banquet et La République.

Question 3

En quoi la forme dialoguée rend l'argumentation convaincante ?

En écrivant un dialogue, Pascal anticipe et répond au potentielles objections des libertins érudits.

Question 4

À quelle idée des libertins érudits Pascal tente-t-il de faire objection ?

À l'idée que Dieu n'existe pas.

Question 5

Comment Pascal utilise-t-il les codes du libertinage érudit pour les convaincre ?

Pascal propose aux libertins érudit de concevoir la foi comme un jeu de pari.

Question 6

Relever l'ensemble des termes qui forment le champ lexical du jeu.

Champ lexical du jeu : "jeu", "croix ou pile", "gagerez-vous", "parier", "choisir", "perdre", "l’erreur", "gain et la perte", "gagnez", "perdez".

Question 7

"Il se joue un jeu, à l’extrémité de cette distance infinie, où il arrivera croix ou pile." Quelle est cette figure de style ? Donner sa signification.

La figure de style est la périphrase puisqu'il s'agit de remplacer un mot, ici la mort, par une expression qui la définit.

Question 8

Que représente "croix" et que représente "face" ?

Croix représente l'existence de Dieu.

Face représente son inexistence.

Question 9

Pourquoi cet extrait s'intitule-il "Le Pari" ?

Pascal propose aux libertins érudit de voir la foi comme un jeu. Pascal donne l'image du mort lançant une pièce afin de savoir si Dieu existe. Si la pièce tombait sur croix, l'esprit irait au paradis. Si elle tombait sur face, l'esprit irait dans le néant. Pascal explique que quoi qu'il en soit, les libertins érudits n'ont rien à perdre en pariant sur l'existence de Dieu, afin d'avoir une chance d'obtenir quel que soit le résultat, le Salut.