Cours Les frontières internes et externes de l’UE
QCM
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10

L'énoncé

Une ou plusieurs réponses possibles par question.


Tu as obtenu le score de


Question 1

Le marché unique européen :

Date de 1957.

Date de 1993.

Fonctionne sur les 4 grandes libertés de circulation : des marchandises, des capitaux, des services et des hommes.

Fait disparaître les frontières extérieures de l’Union européenne.

C'est le marché commun européen qui date de 1957 (traité de Rome).

Le marché commun européen date de 1957 (traité de Rome) mais le marché unique de 1993 va plus loin : il fait disparaître les frontières intérieures de l’Union européenne, en réalisant les quatre grandes libertés de circulation (marchandises, des capitaux, des services et des hommes).

Toutefois celui-ci renforce les frontières extérieures, notamment en imposant un tarif douanier extérieur.

Question 2

On a pu parler de « forteresse Europe » car :

L’Europe était vue comme protectionniste.

L’Europe était vue comme trop ouverte sur le monde.

L’Europe était vue comme empêchant la sortie de ses populations du continent.

Les frontières extérieures ont été critiquées par certains partenaires de l’Union européenne.

Une politique protectionniste est une politique qui favorise la production de biens et de services à l'intérieur de l'espace donné, notamment en taxant les produits étrangers.

Le tarif extérieur commun des années 1960, issu de la création du marché commun fixait les tarifs douaniers pour les produits étrangers entrant sur le sol européen, tandis que les pays membres de la CEE (ancêtre de l'UE) commerçaient librement.

Considérée donc comme menant une politique protectionniste, les Etats-Unis notamment ont accusé l'Europe de former une "forteresse Europe", contraire aux intérêts américains.

Cette accusation se retrouve également après la mise en place par l'Uruguay Round, dans les années 1990, de taxes sur les biens et services culturels américains.

Question 3

Les négociations de l’Uruguay Round, de 1986 à 1994, correspondent :

A la défense d’une exception culturelle européenne.

A un renforcement des frontières extérieures de l’Union européenne face aux services et produits culturels américains.

A la signature du marché unique.

A la mise en place de la monnaie unique.

L'exception culturelle désigne la mise en place d'exception dans les accords et traités internationaux de libre-échange autour des biens et des services liés à la culture.

La mise en place d'une exception culturelle européenne, par la subvention de productions européennes et la taxation de biens et de services étrangers, notamment américains, constitue un élément du renforcement des frontières extérieures de l'Union européenne.

Celui-ci a participé à ce que certains accusent l'Europe de devenir une "forteresse Europe".

Question 4

La politique européenne sur les migrations extra-européennes depuis 2005, date de création de l’agence Frontex :

Abaisse les frontières extérieures pour accueillir les flux migratoires.

Renforce les frontières extérieures pour réduire les flux migratoires.

Tente de promouvoir des solutions nationales aux questions migratoires.

Tente de promouvoir des solutions européennes aux questions migratoires.

L'agence Frontex correspondait à un effort de renforcement des contrôles extérieurs pour empêcher les flux migratoires, une politique répressive aux conséquences dramatiques (avec depuis 2014, plus de 17 000 noyés dans la Méditerranée selon l'ONU).

Elle correspond également à la promotion d'une coopération entre les différents Etats dans la sécurisation des frontières.

Question 5

En 2016, Frontex devient l’Agence européenne des garde-côtes et gardes-frontières. Ce changement correspond :

A une volonté de renforcer le contrôle commun des frontières.

A une volonté de promouvoir une politique plus accueillante envers les migrations internationales.

A une volonté de davantage empêcher les migrations internationales.

A une réaction à la « crise des migrants » de 2015.

Frontex a été jugé trop inefficace face à la "crise migratoire" de 2015, et à l'augmentation des flux de migrants en Europe. 

L’Agence européenne des garde-côtes et gardes-frontières remplace Frontex mais poursuit les mêmes objectifs et la même politique migratoire de l'Europe : renforcer le contrôle commun des frontières et empêcher au maximum l'entrée de migrants en Europe.

Question 6

La Convention Schengen, entrée en vigueur en 1995, correspond :

A un espace de libre-circulation à l’intérieur de l’Union européenne pour les personnes.

A l’abolition des frontières extérieures de l’Union européenne.

A la promotion d’une coopération entre différents Etat-nations afin d’instaurer un contrôle commun des frontières.

A un accord de libre-échange.

La Convention Schengen constitue un accord de libre-circulation en Europe, mais tous les pays ne l'ont pas adoptée. Le Royaume-Uni a ainsi refusé la Convention de même que l'Irlande. 

Question 7

Le fait que la Hongrie, lors de la « crise des migrants » de 2015, ait entrepris de dresser un mur à ses frontières suggère :

Une remise en question de la Convention Schengen.

Une adhésion pleine et entière de la Hongrie au principe d’un contrôle commun des frontières.

Une mise à mal des principes européens relatifs aux frontières.

Une politique "post-nationale".

L’érection d’un mur par la Hongrie révèle que le principe de la frontière en Europe, entre absence de frontières à l’intérieur de l’espace européen d'une part et contrôle commun de la frontière extérieure de l’Union européenne d'autre part, est mis à mal.

La Hongrie en effet, dirigée par un gouvernement très hostile à l’immigration, a entrepris de renforcer ses frontières en allant jusqu’à dresser des murs, allant à l’encontre de la Convention Schengen.

Question 8

Les eurorégions correspondent à des espaces :

Transfrontaliers entre différents pays membres de l’Union européenne.

Transfrontaliers entre des pays membres de l’Union européenne et des pays extérieurs à l’Union européenne.

Où les frontières ont été renforcées.

Où les frontières ont été abaissées.

Les eurorégions, comme la SaarLorLux entre les régions frontalières de la France, l’Allemagne et le Luxembourg, ou encore la TriRhena qui associe la France, l’Allemagne et la Suisse, sont des régions transfrontalières entre différents pays membres de l’Union européenne. Il s’agit donc d’endroits où les frontières sont encore plus abaissées qu’ailleurs.

Notons qu’il existe en Europe 2 millions de travailleurs transfrontaliers, c’est-à-dire qui passent une ou plusieurs fois par jour la ou les frontières entre deux ou davantage de pays.

Question 9

La politique européenne de voisinage est une politique :

Qui associe seulement des pays membres de l’Union européenne.

Qui associe des pays qui vont entrer dans l’Union européenne.

Qui associe des pays qui n’ont pas vocation à entrer dans l’Union européenne, mais avec qui celle-ci souhaite favoriser la coopération.

Déployée envers des pays avec qui l’Union européenne mène une politique hostile.

La politique européenne de voisinage associe des pays qui n’ont pas vocation à entrer dans l’Union européenne : la Biélorussie, Moldavie Ukraine, la Géorgie, l’Azerbaïdjan et l’Arménie.

Question 10

L’Union pour la Méditerranée, qui débute en 2008 :

Est un projet qui vise à concurrencer l’Union européenne.

Est un projet qui vise à terme à faire adhérer les pays membres à l’Union européenne.

Est un projet de coopération qui associe des pays méditerranéens à l’Union européenne.

Est un projet qui vise à renforcer la coopération entre des pays de l’Union européenne et des pays méditerranéens dans le contrôle des frontières.

L'Union pour la Méditerranée, lancée en particulier par la France sous Jacques Chirac, associe les pays de l'UE, d'Afrique du Nord et du Proche-Orient avec pour objectif de promouvoir le développement humain et la stabilité dans la région.

Il s'agit toutefois pour l'heure d'une organisation avec une influence très modeste.