Cours Stage - Les sociétés face aux risques

Exercice - Le tsunami de 2004

L'énoncé

Prendre connaissance des documents suivants puis répondre aux questions.

 

Document 1 : Le tsunami de 2004 : un des pires cataclysmes des temps modernes, Le Monde, 26/12/2014

Le dimanche 26 décembre 2004, à 7 h 58, heure locale, un tremblement de terre de magnitude 9,3 se produit au large de l'Indonésie, déclenchant un tsunami dévastateur qui fait plus de 220 000 morts.

La puissance du séisme (le plus important dans le monde depuis 1960) est telle que la terre se soulève, faisant surgir une vague qui dévaste, trente minutes plus tard, la province indonésienne d'Aceh, dans le nord de l'île de Sumatra. Ce sera la région la plus touchée, car, à proximité immédiate de l'épicentre : des dizaines de villages sont rayés de la carte, la puissance de la secousse allant même jusqu'à déplacer des îles. Rien que sur la côte ouest de Sumatra, 131 000 personnes périssent.

La vague déferle ensuite sur l'ensemble du littoral du golfe du Bengale, frappant successivement les côtes de la Thaïlande, de la Birmanie, du Sri Lanka, de l'Inde (notamment les archipels d'Andaman et Nicobar). Environ six heures après le début de la catastrophe, les côtes de l'Afrique de l'Est (Somalie, Tanzanie, Kenya) sont atteintes par le tsunami. (…)

Les dégâts matériels sont innombrables et plus d'un million de personnes se retrouvent sans abri. La vague géante ravage aussi tout un écosystème sur le littoral de l'océan Indien, comme les mangroves d'Aceh ou les récifs coralliens de Thaïlande, et entraîne de nombreuses pollutions chimiques. (…)

Source : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/12/26/le-tsunami-de-2004-un-des-pires-cataclysmes-des-temps-modernes_4546203_3216.html#hIXgSsvTyfIfOP8V.99

 

Document 2 : Vue de Meulaboh, Ile de Sumatra, 28 décembre 2004

00645c9b137127c72f74e966287fd4c5aeb673fd.jpg

Source : http://www.ibtimes.co.uk/boxing-day-tsunami-how-2004-indian-ocean-earthquake-became-deadliest-history-1480582

 

Document 3 : Quand le tsunami de 2004 fait progresser la prévention 26 décembre 2014, Patrice-Louis Laya

Le choc de 2004 a donné un coup d’accélérateur dans la coordination mondiale contre les tsunamis. Dès la mi-2005, le Groupe intergouvernemental de coordination du système d’alerte aux tsunamis et de mitigation dans l’océan Indien est né, suivi de près par deux autres groupes : l’un chargé de l’Atlantique Nord-Est et de la Méditerranée, l’autre de la région des Caraïbes. Outre la mise en place de systèmes de détection, les participants travaillent aussi sur des systèmes de protection du littoral comme les digues brise-lames, la mise en conformité des constructions, les procédures de communication de l’alerte (y compris par sms ou application smartphone dédiée) et les plans d’évacuation. Pour parfaire la capacité de réaction face à un raz-de-marée mortel, des simulations et des exercices sont organisés. Coordonné par l’UNESCO, le dernier en date a eu lieu en septembre 2014 mobilisant 24 pays bordés par l’océan Indien. La région touchée par le tsunami de 2004 a aussi connu à un test grandeur nature lors d’un séisme en 2012. Aucun raz-de-marée n’avait finalement touché les côtes mais les autorités indonésiennes se sont félicitées de leur capacité de réaction. (…)

Si l’effort international né du traumatisme de décembre 2004 est réel, difficile néanmoins de juger par avance de son efficacité en cas de catastrophe majeure. Car la coordination et la technologie restent peu de chose face aux caprices des éléments. Pour preuve, le Japon, pays sans doute le mieux préparé au monde aux tsunamis a vu la vague du 11 mars 2011 s’engouffrer de 10 kilomètres à l’intérieur des terres le long de 600 kilomètres de côte. Près de 20 000 personnes sont mortes dont 90% des suites du raz-de-marée qui a également provoqué un incident majeur à la centrale nucléaire de Fukushima.

Source : http://www.pavillon-orange.org/blog/?p=7730


Question 1

De quel risque naturel a été victime l’Indonésie fin 2004 ?

L’Indonésie est victime d’un tremblement de terre sous marin, non ressenti de magnitude 9,3 qui va déclencher un tsunami dévastateur.

Question 2

Quels pays sont touchés ? Qu’ont-ils en commun ?

Les pays touchés sont l’Indonésie, la Thaïlande, la Birmanie, le Sri Lanka, l'Inde et les côtes de l'Afrique de l'Est. Ce sont tous des pays en voie de développement donc des pays vulnérables aux risques.

Question 3

Quelles ont été les conséquences humaines ?

Le tsunami a fait de nombreuses victimes, environ 220 000 morts dans une dizaine de pays dont 131 000 rien que sur la côte ouest de Sumatra. A cela s’ajoute des milliers de sinistrés : « plus d'un million de personnes se retrouvent sans abri. » On imagine que les survivants doivent faire face à des problèmes de ravitaillement, de logement, d'emploi ; ils doivent aussi souffrir de traumatismes psychologiques.

Question 4

Quelles ont été les conséquences matérielles et environnementales ?

Matériellement, des milliers d’habitations et d’infrastructures sont détruites : « des dizaines de villages sont rayés de la carte ». « Les dégâts matériels sont innombrables » comme on peut le voir sur le document 2, les trois quarts des bâtiments sont détruits et toujours sous l’eau 2 jours après l’arrivée du tsunami. Il n’y a plus de routes, c’est un paysage de désolation.

Du point de vue de l’environnement, la catastrophe à engendré de la pollution « de nombreuses pollutions chimiques » et a détruit les écosystèmes des littoraux touchés « La vague géante ravage aussi tout un écosystème sur le littoral de l'océan Indien, comme les mangroves d'Aceh ou les récifs coralliens de Thaïlande ».

Question 5

Depuis le tsunami de 2004, quels moyens de prévention ont été mis en place ?

En 2005 on a créé plusieurs Groupes intergouvernementaux de coordination du système d’alerte aux tsunamis aux quatre coins du globe. Et de nouveaux moyens matériels ont été mis en place comme des systèmes de détection ou alors sont en cours de mise en place comme des digues brise-lame, le mise en conformité des constructions, des plans d’évacuation. Au niveau de la prévention des populations, on réfléchit sur la mise en place d’un système d’alerte grâce à des procédures de communication. L’UNESCO organise aussi des exercices de simulation pour apprendre aux populations à réagir de façon adéquate « le dernier en date a eu lieu en septembre 2014 mobilisant 24 pays bordés par l’océan Indien ».

Question 6

Le risque zéro existe-il ? Justifier par un exemple.

Non, le risque zéro n’existe pas, que se soit dans les pays très vulnérables ou moins vulnérables. Et pour cause, 7 ans après le tsunami indonésien, un autre tsunami a également fait des ravages au Japon, pays pourtant très préparé aux risques naturels. Les conséquences ont été dramatiques, car en plus d’un lourd bilan humain, on déplore un accident nucléaire : « Près de 20 000 personnes sont mortes dont 90% des suites du raz-de-marée qui a également provoqué un incident majeur à la centrale nucléaire de Fukushima ».

Pour l'exemple, regarde bien la fin du document 3.