Subordonnées conjonctives utilisées en fonction de CC

Subordonnées conjonctives en fonction de CC

Le complément circonstanciel est déplaçable et supprimable dans la phrase. Les subordonnées conjonctives introduisent différentes circonstances :

 

I. Temps

 

– Simultanéité : avec les conjonction « quand, lorsque, pendant que, etc. » Exemple, dans : « Elle s’en va dès que l’aube pointe », il est possible de la remplacer par un GN : « Elle s’en va dès l’aube ». Cela nous indique que c’est bien une conjonctive.

– Antériorité : avec la locution conjonctive « avant que + subj ». Exemple : « Préviens-moi avant que tu partes ». L’action n’est pas encore réalisée, ainsi il faut utiliser le subjonctif.

– Postériorité : avec la locution conjonctive « après que + ind ». Exemple : « Je rentrerai après que la nuit sera tombée ». L’action a été réalisée, ainsi il faut utiliser l’indicatif.

 

II. Cause

 

La cause est introduite par « parce que, puisque, comme, etc. » Exemple : « Comme il est tard, je vais rentrer. »

 

III. Conséquence

 

La conséquence est introduite par « de sorte que, si bien que, etc. » Exemple : « Il est gentil, si bien qu’on l’adore ».

 

IV. But

 

Le but est introduit par « afin que, pour que, de peur que, de crainte que + subj ». Exemple : « Je te conseille de t’entraîner afin que tu maîtrises la leçon. »

 

V. Hypothèse ou condition

 

L’hypothèse ou la condition sont introduites par « si + ind », « à condition que, en supposant que, à moins que + subj ». Exemple avec le système hypothétique et la concordance des temps : « Si tu veux, on pourra réviser ensemble. »