Cours Les espaces productifs et leur évolution
QCM
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

L'énoncé

Trouve la ou les réponses à chaque question parmi les propositions suivantes.

Tu as obtenu le score de


Question 1

Quelles sont les régions françaises les plus anciennement industrialisées, aujourdhui confrontées à la désindustrialisation et au déclin ?

Nord
Oui, mais ce n'est pas la seule région, il y en a une autre !
Sud
Non, ce n'est pas la bonne réponse.
Est
Oui, mais ce n'est pas la seule région, il y en a une autre !
Ouest
Non, ce n'est pas la bonne réponse.
Ces régions ont connu l’industrialisation au XIXe siècle, car elles avaient des ressources minières.
Deux réponses sont possibles.
L’Est et le Nord de la France sont des régions anciennement industrialisées, qui doivent désormais se reconstruire économiquement.

Question 2

Quel processus lié à la mondialisation accentue les difficultés des régions enclavées ?

La désindustrialisation.
Non ce n'est pas de ce processus dont il s'agit.
Le désenclavement.
Non ce n'est pas de ce processus dont il s'agit.
La délocalisation.
Ce processus fait jouer la concurrence entre pays et donne du travail à la main d’œuvre la moins chère.
La désindustrialisation est la disparition progressive des forces industrielles d’une région ou d’un pays.
Le désenclavement est un processus qui relie les régions dynamiques du pays aux régions anciennement enclavées, afin de limiter les inégalités spatiales.
La délocalisation est le transfert d’activités, de capitaux et d’emplois dans des régions du monde offrant un avantage compétitif du fait de coûts plus bas ou d’un environnement plus attrayant par exemple.

Question 3

Comment les espaces de production industrielle en France se sont-ils adaptés à la mondialisation ?

En se dotant d’activités de haute technologie.
Oui, mais pas seulement !
En cherchant la proximité des grandes métropoles.
Oui, mais pas seulement !
En se dotant d’activités de pétrochimie.
Non, ce n'est pas la bonne réponse. (La pétrochimie est la science qui utilise des composés chimiques issus du pétrole pour fabriquer des composés synthétiques.)
En développant des technopôles.
Oui, mais pas seulement !
La proximité avec les métropoles permet de bénéficier d’une population nombreuse et qualifiée, ainsi que de réseaux de transports.
Trois réponses sont justes.
Les espaces productifs se sont tournés vers une production plus pointue.
Pour s’adapter à la mondialisation et lutter contre les délocalisations, les espaces productifs français se sont tournés vers la production très qualifiée, de haute technologie. Ils ont ainsi développé les technopôles et ont cherché la proximité des grandes métropoles.

Question 4

Tous les espaces agricoles sont marqués par le déclin.

Vrai
Faux
Trois dynamiques sont à prendre en compte pour un espace productif : la tendance à la concentration des espaces les plus compétitifs autour de quelques pôles majeurs, le déclin des espaces les moins compétitifs et la prise en compte du développement durable.
Il faut bien nuancer ton propos ! Certains espaces agricoles peuvent être marqués par le déclin (exemple : le Massif central), alors que d’autres sont au contraire très dynamiques, grâce à l’industrie agro-alimentaire très importante en France comme le Bassin parisien. De même, certains espaces de production industrielle sont marqués par le déclin, alors que d’autres espaces sont très dynamiques.

Question 5

À quel défi est confrontée l'agriculture ?

Le développement durable.
Oui, l'agriculture doit répondre au défi de l'écologie.
La délocalisation.
Non, ce processus n'entre pas en jeu dans le domaine de l'agriculture.
La désindustrialisation.
Non, ce processus est propre au secteur industriel.
L’enclavement.
Non, ce n'est pas la bonne réponse !
La désindustrialisation est un défi posé essentiellement aux espaces de production industrielle.
Le secteur agricole n'est pas forcement enclavé !
Les espaces agricoles sont confrontés au défi du développement durable. En effet, le modèle agricole est en crise : il se heurte aux nouvelles exigences écologiques des consommateurs et il pose la question de la conciliation d’une agriculture productiviste et des objectifs du développement durable.