Cours Vaccination et mémoire immunitaire
QCM
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

L'énoncé

Remplir le QCM suivant pour vérifier ses connaissances sur la mémoire immunitaire.


Tu as obtenu le score de


Question 1

Qu'observe-t-on chez une personne lors de sa première infection par une maladie donnée (la varicelle par exemple) ?

Environ 3 ou 4 jours après l'infection, on observe une augmentation dans le sang du taux d'anticorps dirigés contre cette maladie puis ce taux diminue avec la guérison. 

Environ une semaine après l'infection, on observe une augmentation dans le sang du taux d'anticorps dirigés contre cette maladie puis ce taux diminue avec la guérison. 

Environ une semaine après l'infection, on observe une diminution dans le sang du taux d'anticorps dirigés contre cette maladie puis ce taux augmente à nouveau avec la guérison. 

Environ 2 ou 3 jours après l'infection, on observe une diminution dans le sang du taux d'anticorps dirigés contre cette maladie puis ce taux augmente à nouveau avec la guérison. 

Question 2

Si peu de temps après, cette personne est de nouveau mise en contact avec la même maladie (varicelle), pourquoi n'observe-t-on pas de symptômes de cette maladie ? 

On n'observe pas de symptômes car la production d'anticorps dirigés contre cette maladie démarre plus rapidement (en moins d'une semaine), et est plus importante donc la maladie est freinée très vite dans son développement.

On n'observe pas de symptômes car la production d'anticorps dirigés contre cette maladie démarre plus rapidement (en moins d'une semaine). De plus la production est continue sur une plus longue durée donc la maladie est freinée dans son développement.

On n'observe pas de symptômes car la  production d'anticorps dirigés contre cette maladie démarre plus rapidement (en moins d'une journée), et est plus importante donc la maladie est freinée dans son développement.

Question 3

Que se passe-t-il habituellement concernant les lymphocytes lorsque le corps est infecté par une maladie ? 

Les lymphocytes B efficaces contre la maladie sont sélectionnés par reconnaissance de l'antigène caractérisant la maladie, ils prolifèrent et se différencient en lymphocytes B actifs qui produisent des anticorps dirigés contre le pathogène. 

Les lymphocytes B commencent à produire des anticorps parmi lesquels certains reconnaissent l'antigène caractérisant la maladie et sont donc efficaces contre celle-ci. 

Les lymphocytes B se différencient en fonction de l'antigène caractérisant la maladie pour produire des anticorps complémentaires de cet antigène, efficaces donc contre la maladie. 

Question 4

Qu'est-ce que les lymphocytes B mémoires ? 

Ce sont des lymphocytes B différenciés capables d'interrompre la production d'anticorps à l'issue de la guérison mais qui restent prêts à agir lors d'une prochaine infection. 

Ce sont des lymphocytes B qui parmi ceux qui ont été sélectionnés par l'antigène caractérisant la maladie, se différencient en lymphocytes produisant des anticorps sur une plus longue période que les lymphocytes B actifs.

Ce sont des lymphocytes B qui parmi ceux qui ont été sélectionnés par l'antigène caractérisant la maladie, plutôt que de se différencier en lymphocytes B actifs, se différencient en lymphocytes mémoires, des cellules à longue durée de vie. 

Question 5

Que permettent les lymphocytes mémoire lors d'une deuxième infection par une même maladie ? 

Les lymphocytes B mémoires, prêts à agir, se différencient en partie en lymphocytes B actifs, plus nombreux que lors de la première infection : beaucoup plus d'anticorps sont donc produits. D'autres lymphocytes B mémoires sont produits. La réponse immunitaire de l'organisme est donc plus efficace que lors de la première infection.

Les lymphocytes B mémoires, prêts à agir, se différencient tous en lymphocytes B actifs, plus nombreux par conséquent que lors de la première infection : beaucoup plus d'anticorps sont produits. La réponse immunitaire de l'organisme est donc plus efficace que lors de la première infection.

Les lymphocytes B mémoires, prêts à agir, envoient des signaux aux lymphocytes B non différenciés pour sélectionner plus rapidement ceux qui produisent les anticorps efficaces contre la maladie. D'autres lymphocytes B mémoires sont produits. La réponse immunitaire de l'organisme est donc plus efficace que lors de la première infection.