Première > Français > La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle > Stage - Le libertinage érudit

STAGE - LE LIBERTINAGE ÉRUDIT

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Le libertinage érudit

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

La littérature d’idée des libertins érudits est le fruit d’une réflexion : un érudit est un savant, quelqu’un qui cherche toujours à en savoir davantage et qui écrit.

 

Période

Le libertinage érudit apparaît au XVIIe siècle et se prolonge au XVIIIe siècle. Ce mouvement suit celui du Baroque. Le Baroque est un mouvement artistique et culturel du XVIe siècle, qui met en valeur l’éphémère de toute chose, les bizarreries, l’opposition entre les apparences et la réalité. Il cherche à remettre en question les évidences. Ces idées sont le point de départ du libertinage érudit.

 

Définition

Le libertinage érudit est un mouvement intellectuel qui remet en question l’autorité religieuse, notamment après la séparation de l’Église entre protestants et catholiques. Les libertins érudits sont en majorité athées et remettent en question l’existence de Dieu. Il remettent en question le recours à la raison dans la connaissance. Dans Le Discours de la méthode, Descartes développe l’idée que la raison permet de progresser, d’acquérir des connaissances et d’établir des certitudes. Or, les libertins érudits pensent, au contraire, qu’il faut valoriser l’imagination et la comparaison des points de vue. Il s’agit de prendre en compte les différences entre les points de vue, à un moment donné, dans un pays donné. Ils étudient ainsi les découvertes faites au XVIe siècle comme celle du Nouveau Monde. Les libertins érudits adoptent une liberté de ton et de forme. Les traités sont écrits sur un ton sérieux, mais un ton comique peut être aussi adopté. Les formes varient, il n’y a pas un type de texte privilégié. Ils inventent des traités, des discours, des essais, des dialogues.

Il ne faut pas confondre libertinage érudit et libertinage de mœurs qui ont lieu sur la même période. Le libertinage de mœurs recherche le plaisir et craint l’ennui, il est lié aux jeux d’argent, aux aventures amoureuses, à l’éloge de l’infidélité. Le libertinage érudit évoque ces questions dans ses réflexions et les théorise. Le libertinage de mœurs correspond à la mise en pratique des idées de ce mouvement.

 

Auteurs et œuvres emblématiques

- Gassendi était un grand scientifique faisant de la philosophie et s’intéressant à Épicure, notamment son Discours sur le plaisir où il affirme qu’il ne faut craindre ni les Dieux, ni la mort. Gassendi valorise l’imagination dans la démarche scientifique.

- La Mothe le Vayer a écrit plusieurs dialogues sur des sujets différents, notamment un Dialogue sur le mariage où il interroge la question de la fidélité dans le mariage. Il réfléchit sur la durabilité et l’utilité du mariage et s’il est souhaitable.

- Cyrano de Bergerac a écrit une utopie intitulée Histoire comique des États et Empires de la Lune et sa suite Histoire comique des États et Empires du Soleil dans laquelle il se met en scène à travers un voyage fantastique. C’est l’un des premiers textes de science-fiction. Il voyage sur la lune puis sur le soleil et rencontre des êtres qui lui expliquent comment bien gouverner.

 

Bonus

Le film Barry Lindon réalisé par Stanley Kubrick en 1975. Un jeune homme issu d’un milieu bourgeois épouse une aristocrate et accède à ce milieu où la vie tourne autour du jeu, de la question de la fidélité dans le mariage ainsi que de l’honneur. Le film questionne la destinée humaine dans une société en apparence lisse mais qui est en réalité trouble.