Première > Français > La littérature d’idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle > Stage - Les Lumières et l'Encyclopédie

STAGE - LES LUMIÈRES ET L'ENCYCLOPÉDIE

Exercice - Article Peuple, L'Encyclopédie



L'énoncé

PEUPLE

Autrefois le peuple était l’état général de la nation, simplement opposé à celui des grands et des nobles. Il renfermait les laboureurs, les ouvriers, les artisans, les négociants, les financiers, les gens de Lettres, et les gens de Lois. Mais un homme de beaucoup d’esprit, qui a publié il y a près de vingt ans une dissertation sur la nature du peuple, pense que ce corps de la nation, se borne actuellement aux ouvriers et aux Laboureurs. […]

Il ne reste donc dans la masse du peuple que les ouvriers et les laboureurs. Je contemple avec intérêt leur façon d'exister; je trouve que cet ouvrier habite ou sous le chaume, ou dans quelque réduit que nos villes lui abandonnent, parce qu'on a besoin de sa force. Il se lève avec le soleil, et, sans regarder la fortune qui rit au-dessus de lui, il prend son habit de toutes les saisons, il fouille nos mines et nos carrières, il dessèche nos marais, il nettoie nos rues, il bâtit nos maisons, il fabrique nos meubles; la faim arrive, tout lui est bon; le jour finit, il se couche durement dans les bras de la fatigue.[...]

Qui croirait qu'on a osé avancer de nos jours cette maxime d'une politique infâme, que de tels hommes ne doivent point être à leur aise, si l'on veut qu'ils soient industrieux et obéissants? Si ces prétendus politiques, ces beaux génies pleins d'humanité, voyageaient un peu, ils verraient que l'industrie n'est nulle part si active que dans les pays où le petit peuple est à son aise, et que nulle part chaque genre d'ouvrage ne reçoit plus de perfection.[...]

A l'égard de l'obéissance, c'est une injustice de calomnier ainsi une multitude infinie d'innocents; car les rois n'ont point de sujets plus fidèles, et, si j'ose le dire, de meilleurs amis. Il y a plus d'amour public dans cet ordre peut-être, que dans tous les autres; non point parce qu'il est pauvre, mais parce qu'il sait très bien, malgré son ignorance, que l'autorité et la protection du prince sont l'unique gage de sa sûreté et de son bien-être; enfin, parce qu'avec le respect naturel des petits pour les grands, avec cet attachement particulier à notre nation pour la personne de ses rois, ils n'ont point d'autres biens à espérer. Dans aucune histoire, on ne rencontre un seul trait qui prouve que l’aisance du peuple par le travail, a nui à son obéissance.

 

JAUCOURT, Encyclopédie, 1751-1772


  • Question 1

    Quelle est la thèse de cet article ? Résumez-la en une phrase avec vos propres mots.

  • Question 2

    Quels sont les principaux arguments ? Résumez-les en quelques lignes. Quel type de raisonnement l’auteur utilise-t-il ?

  • Question 3

    Rechercher dans le texte l’accumulation ainsi que la question rhétorique dans les trois derniers paragraphes. En quoi cela renforce-t-il l’impact de l’exemple auxquels ils sont associés ?

  • Question 4

    Relever les deux exemples d’utilisation de l’ironie dans le troisième paragraphe. Expliquer l’effet produit et comment celles-ci se répondent.

  • Question 5

    En quoi ce texte illustre-t-il la pensée des Lumières ?

La correction et les astuces de cet exercice t'intéressent ?

Accède librement à l'ensemble des contenus, aux astuces et aux corrections des exercices en t'abonnant sur Les Bons Profs. Clique ici pour démarrer l'abonnement.