Première > Français > La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle > Grands thèmes poétiques

GRANDS THÈMES POÉTIQUES

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Parler de soi pour parler de tous : introspection et révélation universelle

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Les grands thèmes poétiques sont les sujets qui reviennent inexorablement dans l’histoire de la poésie.

 

Parler de soi pour parler de tous : introspection et révélation universelle

 

A. Confidence d’une expérience personnelle

Souvent le poète se livre dans ses poèmes, effectue des confidences et raconte ce qu’il ressent. Il explore ses états d’âme, ses sentiments (est-il est heureux, malheureux, que ressent-il à l’intérieur de lui). Il retourne dans son passé : il explore les traumatismes ou les moments de bonheur qu’il a pu vivre.

Tout ceci appartient à l’introspection dont la poésie constitue le lieu privilégié. L’introspection c’est revenir sur ce qu’il y a à l’intérieur de soi. Quand on parle d’introspection, on parle de registre lyrique.

Le poète Lamartine au XIXe siècle parle ainsi souvent de l’amour qu’il a ressenti pour une femme, et de sa peur du temps qui passe. Il s’agit d’un thème classique au XIXe siècle, les auteurs ont peur de vieillir et de disparaître. Baudelaire quant à lui évoque son mal-être existentiel, sa souffrance, sa dépression, qu’il appelle le spleen dans Les Fleurs du Mal. Du Bellay, pour sa part, évoque beaucoup le sentiment de nostalgie et de mélancolie notamment pour son pays natal lors de ses voyages. Le principe de cette confidence d’une expérience ou d’un ressenti personnel est sa capacité à se transformer en une expérience à valeur universelle.

 

B. Qui se transforme dans une révélation universelle

La magie de la poésie et du poète est de transformer ces expériences en des révélations universelles, que tous peuvent partager et ressentir. Il s’agit d’une différence de poids avec des confidences que l’on pourrait coucher dans un journal intime, puisque celles-ci restent de l’ordre du personnel, ne prennent pas de dimension universelle, valable et pertinente pour tous.

Le lecteur retrouve alors ses propres sentiments au sein du poème. Le poète est ainsi capable de mettre des mots sur des sentiments ou des phénomènes que le simple lecteur ne pouvait pas exprimer.

C’est cette idée qu’expriment ces deux citations célèbres :

- Celle de Baudelaire tout d’abord dans Les Fleurs du Mal qui s’exclame : « Hypocrite lecteur, — mon semblable, — mon frère ! » ;

- Celle de Victor Hugo qui déclare : « Ah ! insensé, qui crois que je ne suis pas toi ! ».

Ici, les auteurs affirment donc qu’ils racontent bien leur expérience personnelle, mais que celle-ci a valeur universelle, qu’elle concerne tout le monde. Si donc l’expérience personnelle du poète devient universelle, celle-ci se transforme également dans un troisième temps en une réflexion sur la condition humaine.

 

C. Et finalement une réflexion sur la condition et la nature humaine

Réfléchir sur la condition humaine, c’est traiter de différents sujets qui concernent l’humanité en général. Il peut ainsi s’agir de thèmes généraux comme la fuite du temps, la mort, de grandes questions métaphysiques (pourquoi vit-on, pourquoi meurt-on, quelle est notre place dans le monde, etc.).

Pour donner un exemple concret, les romantiques opposent le caractère fragile de la nature humaine (nous sommes mortels) et l’éternité et la force de la nature, elle immortelle. Victor Hugo ainsi dans Les Feuilles d’automne disait :

« Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas la tête,

Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,

Je m’en irai bientôt, au milieu de la fête,

Sans que rien manque au monde immense et radieux ! ».