Première Générale > Géopolitique et sciences politiques > Analyser les relations entre États et religions > État et religions en Inde

ÉTAT ET RELIGIONS EN INDE

ÉTAT ET RELIGIONS EN INDE

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

L’Inde deviendra aux alentours de 2030, le pays le plus peuplé du monde. De ce fait, il faut s’intéresser à la place de la religion dans la première population du monde. 99 % des habitants de l’Inde se déclarent croyants. La religiosité y est donc très forte et très enracinée, comme dans la plupart des pays d’Asie.

Le paradoxe de l’Inde, c’est d’être un État séculier depuis sa création en 1947. Malgré cette sécularisation indienne, le pays est travaillé par la monté du néonationalisme hindou qui a tendance à discriminer les autres religions et à créer des tensions interconfessionnelles qui recouvrent aussi des tensions interethniques et des fractures économiques et politiques.

La problématique de l’Inde émergente est sans doute de garder une unité nationale sur la base d’une grande diversité religieuse.

 

I. Un État multiconfessionnel à dominante hindouiste

 

Historiquement, l’hindouisme domine dans le pays. C’est une des religions les plus anciennes du monde. La tradition s’est fixée il y a très longtemps, comme avec le cycle de la Bhagavad-Gita. C’est une religion qui s’est imposée en Inde avec les invasions ariennes à partir du IIe millénaire avant notre ère. L’hindouisme a connu une éclipse au IIIe siècle avant notre ère sous l’Empereur bouddhiste Ashoka. Il a implanté le bouddhisme dans le pays et cette religion a dominé entre le IIIe siècle avant J.-C. et le IXe siècle.

L’hindouisme n’a jamais totalement disparu et est progressivement revenu, notamment à l’occasion des invasions musulmanes pendant le sultanat de Delhi au XIIIe siècle. Après la conquête musulmane, l’hindouisme redevient une référence identitaire importante pour une partie de la population qui supplante le bouddhisme. On peut le voir à travers la création de sectes comme le jaïnisme ou de syncrétismes comme le sikhisme qui mélange l’hindouisme et l’islam.

A partir du XIXe siècle, l’hindouisme connait une expression politique assez extrême. Se développe un ultranationalisme hindou qui remonte aux XIXe et XXe siècles, au moment où les mouvements indépendantistes se développent. A la droite du parti de Gandhi et Nehru, on trouve déjà un ultranationalisme hindou. En 1948, après la partition avec le Pakistan, c’est un nationaliste hindou qui assassine Gandhi.

Il faut également prendre en compte la présence de l’islam, d’abord venu par les routes caravanières terrestres et maritimes avant la création, au XIIIe siècle, du sultanat de Delhi. Cela s’est prolongé à partir du XVIe siècle sous l’Empire moghol que les Britanniques ont ensuite dominés.

Sous les Britanniques, il y a aussi l’implantation du christianisme. Les premières implantations chrétiennes ont aussi suivi les routes du commerce et de la première colonisation par les Portugais et les Hollandais. Les chrétiens ont ensuite profité des structures coloniales britanniques et françaises comme les comptoirs Français du sud de l’Inde. Ainsi, on a encore aujourd’hui des <

Il reste 70% de cette fiche de cours à lire

Cette fiche de cours est réservée uniquement à nos abonnés. N'attends pas pour en profiter, abonne-toi sur lesbonsprofs.com. Tu pourras en plus accéder à l'intégralité des rappels de cours en vidéo ainsi qu'à des QCM et des exercices d'entraînement avec corrigé en texte et en vidéo.