Première > Humanités, littérature et philosophie > Les représentations du monde > Décrire, figurer, imaginer : définitions et problématiques

DÉCRIRE, FIGURER, IMAGINER : DÉFINITIONS ET PROBLÉMATIQUES

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Décrire, figurer, imaginer

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Il s’agit d’une thématique en trois verbes : phénomène courant en philosophie, moins en littérature. Cela explique qu’on donne davantage une analyse philosophique de ces trois termes. 

 

I. Définitions

 

Décrire : donner le détail, raconter de manière précise et fidèle un fait, une chose animée ou inanimée, une histoire narrative. La description est quelque chose de large. Sur le plan littéraire, on trouve une définition en stylistique (une description dans un roman). Sur le plan philosophique, la description pose la question de la fidélité, de la précision dans la compréhension et la restitution d’une chose.

Figurer : donner une figure, une forme, un type, rattacher à un format, une structure. Quand on cherche à figurer quelque chose, on cherche à représenter la chose une deuxième fois à travers un médium (peinture, parole, dessin). Mais c’est aussi lui donner une forme, c’est-à-dire la structurer. Ce n’est pas donner une abondance de détails comme dans une description, mais c’est structurer l’abondance de détails autour d’un schéma directeur. C’est comme si on donnait une colonne vertébrale à une description. Par exemple : la description d’un individu comme étant un singe pour figurer son comportement.

Imaginer : former une image. L’imagination est une faculté qui s’oppose à la raison et qu’on associe à la folie (Pascal). L’imagination s’opposerait à la raison. Au XVIIe siècle, deux écoles s’opposent : celle qui valorise l’imagination (libertins), celle qui dévalorise l’imagination au profit de la raison (Pascal, Descartes).

 

II. Volonté de décrire le monde et les homme

 

- Le monde : dès l’Antiquité (cartographie : décrire l’espace), avec une précision accrue au fil des siècles puisque les instruments les plus précis n’apparaîtront qu’au XVIIIe siècle, siècle où l’on achève de découvrir le monde avec la découverte de Tahiti (dernière île découverte).

- L’homme : on opère des dissections à partir de la Renaissance pour le corps humain. À partir de la Renaissance, il y a une description du système sanguin.

On figure et on imagine l’homme et le monde idéal depuis la philosophie grecque. Exemple : La République de Platon où il invente une cité idéale. 

 

III. Problématiques possibles

 

- Peut-on décrire fidèlement le monde / la réalité / l’homme ?

- Imaginer, est-ce mentir ? L’imagination est associée à la folie et est opposée à la raison. Est-ce qu’une fiction peut-être plus vraie qu’une réalité ?

- L’art est-il une imitation ? Rapport de l’art à la mimèsis (terme inventé et codifié par Aristote dans La Poétique). De quelle manière l’art transforme-t-il la réalité ? Comment l’art imagine la réalité en la classant ? Comment l’art décrit la réalité ? Cela permet-il de mieux comprendre et restituer la réalité ? Est-ce qu’on imite la réalité ou l’idéal dans l’art ?