Quatrième > Français > La fiction pour interroger le réel > Le fantastique

LE FANTASTIQUE

Exercice - La Vénus d'Ille, Mérimée



L'énoncé

Extrait de "La Vénus d’Ille", Mérimée, 1837.

[Le narrateur réside chez Monsieur de Peyrehorade, qui a découvert par hasard une statue de Vénus enterrée sous un olivier. En la sortant de terre, la statue est tombée sur Jean Coll qui aidait à la déterrer, lui brisant la jambe. La statue intrigue alors le village et les superstitieux, par sa beauté et parce qu’elle semble avoir déjà été la cause d’un accident].

En ce moment, deux polissons de la ville passaient sur le jeu de paume, assez près de la haie, sifflant le joli air du Roussillon : Montagnes régalades. Ils s’arrêtèrent pour regarder la statue ; un d’eux l’apostropha même à haute voix. Il parlait catalan ; mais j’étais dans le Roussillon depuis assez longtemps pour pouvoir comprendre à peu près ce qu’il disait.

“Te voilà donc, coquine ! (Le terme catalan était plus énergique.) Te voilà ! disait-il. C’est donc toi qui as cassé la jambe à Jean Coll ! Si tu étais à moi, je te casserais le cou.

— Bah !, avec quoi ? dit l’autre. Elle est de cuivre, et si dure qu’Étienne a cassé sa lime dessus, essayant de l’entamer. C’est du cuivre du temps des païens ; c’est plus dur que je ne sais quoi.

— Si j’avais mon ciseau à froid (il paraît que c’était un apprenti serrurier), je lui ferais bientôt sauter ses grands yeux blancs, comme je tirerais une amande de sa coquille. Il y a pour plus de cent sous d’argent.” Ils firent quelques pas en s’éloignant.

“Il faut que je souhaite le bonsoir à l’idole”, dit le plus grand des apprentis, s’arrêtant tout à coup.

Il se baissa, et probablement ramassa une pierre. Je le vis déployer le bras, lancer quelque chose, et aussitôt un coup sonore retentit sur le bronze. Au même instant l’apprenti porta la main à sa tête en poussant un cri de douleur.

“Elle me l’a rejetée !” s’écria-t-il.

Et mes deux polissons prirent la fuite à toutes jambes.

Il était évident que la pierre avait rebondi sur le métal, et avait puni ce drôle de l’outrage qu’il faisait à la déesse.

Je fermai la fenêtre en riant de bon cœur.


  • Question 1

    Le cadre du récit, l’univers, semble-t-il réaliste ?

  • Question 2

    Comment les deux apprentis perçoivent-ils la statue ? Quel effet cela produit-il sur le lecteur ?

  • Question 3

    Quel est l’événement surnaturel de l’extrait ? Cet événement surnaturel permet-il de dire qu'il s'agit d'un registre fantastique ?

  • Question 4

    Quelle est l’interprétation que le narrateur a de l’événement ?

  • Question 5

    Cette réaction du narrateur est-elle classique du registre fantastique ?

La correction et les astuces de cet exercice t'intéressent ?

Accède librement à l'ensemble des contenus, aux astuces et aux corrections des exercices en t'abonnant sur Les Bons Profs. Clique ici pour démarrer l'abonnement.