Quatrième > Histoire-Géographie > Des espaces transformés par la mondialisation > Stage - Mers et Océans : un monde maritimisé

STAGE - MERS ET OCÉANS : UN MONDE MARITIMISÉ

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Mers et océans : différents enjeux au coeur de la mondialisation

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

La mondialisation est le processus de multiplication des échanges de marchandises et de personnes. Les mers et les océans sont au cœur de la mondialisation et donc au cœur de différents enjeux, qui peuvent être géopolitiques, économiques ou environnementaux.

Beaucoup de ces enjeux se jouent au sein des ZEE. L’acronyme ZEE signifie zone économique exclusive. Ce sont des surfaces maritimes qui s’étendent sur 200 miles marins (c’est-à-dire l’équivalent d’environ 370, 4 km) à partir de la côte. D’après la convention de Montego Bay (1982), les États côtiers ont le droit d’exercer une partie de leur souveraineté dans ces espaces, notamment à travers l’exploitation des ressources halieutiques (pêche) et énergétiques (hydrocarbures).

 

I. Des enjeux économiques dans les ZEE

 

A. Des enjeux liés aux ressources halieutiques (la pêche)

La pêche est de plus en plus importante et intensive. Pour certains États, et particulièrement pour les pays les moins avancés, ce domaine économique est très important et constitue parfois une source de nourriture fondamentale pour les populations côtières.

Au Sénégal, par exemple, la pêche représente 20 % de l’économie nationale. La pêche est également très importante pour le Japon et l’Union européenne.

 

B. Des enjeux liés aux énergies fossiles (hydrocarbures)

Les hydrocarbures (pétrole, gaz) peuvent être exploités dans des zones offshore, c’est-à-dire dans des zones maritimes. On trouve des réserves importantes d’hydrocarbures dans le golfe du Mexique et en Arctique. Les mers et les océans sont donc des réservoirs de ressources qui peuvent bénéficier à l’économie des États côtiers.

 

II. Des enjeux géopolitiques dans les ZEE

 

A. Entre états

Dans les deux cas cités ci-dessus, l’enjeu économique entraîne un enjeu géopolitique : il s’agit de déterminer déterminer quel est l’État propriétaire de la ZEE, c’est-à-dire quel est l’État qui peut exploiter légalement les ressources maritimes d’un espace.

Ces questions peuvent créer des tensions entre les États, comme dans le cas de l’Arctique, où la fonte de la banquise entraîne l’ouverture de nouvelles voies de transport maritime et de nouvelles possibilités d’exploitation des ressources du sous-sol marin (hydrocarbures). Les États, et plus particulièrement la Russie, le Canada et les États-Unis, se disputent ces eaux en revendiquant l’extension de leur ZEE.

 

B. Entre FTN et associations

En plus de la définition des limites des ZEE, il s’agit de définir quelles firmes transnationales (entreprises mondiales, comme Total) peuvent exploiter les ressources des ZEE, par exemple en construisant des plateformes pétrolières offshore. Les firmes transnationales sont donc en concurrence les unes avec les autres.

Les frimes transnationales s’opposent également aux associations protectrices de l’environnement, qui considèrent que l’exploitation de ces ressources est dangereuse. C’est le cas en Arctique, où l’ONG (organisation non-gouvernementale) Greenpeace s’oppose à la FTN russe Gazprom qui exploite le pétrole sous-marin grâce à la plateforme pétrolière offshore de Prirazlomnaya.

 

III. Des enjeux environnementaux

 

A. La pollution : le septième continent et la disparition des espèces

Le septième continent est une expression qui désigne quatre grandes étendues de déchets plastiques qui flottent à la surface des océans et se regroupent en amas par la force de courants marins. Il y en a trois dans l’océan pacifique et un dans l’Atlantique nord. Ces étendues représentent ensemble 3,5 millions de km2, c’est-à-dire l’équivalent de cinq ou six fois la France.

Cette pollution entraîne la disparition d’espèces maritimes, comme les tortues, divers poissons ou encore les oiseaux, qui confondent les sacs plastiques avec de la nourriture.

Certaines ONG protectrices de l’environnement essayent de déterminer comment on pourrait limiter la pollution des océans et éliminer le septième continent. Cette initiative ne vient pas des États car ces amas de déchets se trouvent en dehors des ZEE, dans les eaux internationales.

 

B. Des enjeux climatiques

Le Gulf Stream est un courant marin qui passe par le long des côtes françaises dans l’océan Atlantique. Ce courant permet l’adoucissement du climat. Cependant, plus au nord, la fonte de la banquise entraîne un refroidissement de ce courant. Le climat devient donc de plus en plus froid et sec.

 

Conclusion

 

Les mers et les océans sont au coeur de la mondialisation et de différents enjeux, qui peuvent être économiques, géopolitiques, ou environnementaux.