Seconde > Français > La poésie du Moyen Âge au XVIIIe siècle > L'amour courtois

L'AMOUR COURTOIS

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

L'amour courtois

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Période

Au Moyen Âge la forme poétique dominante est celle de la chanson des troubadours. Celle-ci est rattachée à une conception de l’amour qui est celle de l’amour courtois. Le Moyen Âge est une très longue période qui commence au Ve siècle et finit au XVe siècle et se développe en sous-période. L’amour courtois est un idéal qui se développe à partir du XIIe siècle et qui se prolonge jusqu’au XIIIe siècle en poésie et plus longtemps dans le roman ou dans les traités d’argumentation.

 

Définition

C’est une conception de l’amour où :

- La femme domine socialement (domina = maîtresse, celle qui domine > dame) : conception de l’amour très cadrée, ça se passe dans la noblesse et c’est la dame qui est courtisée par un homme. Cet homme n’est pas son mari, il est inférieur socialement à son mari, parce qu’il est le vassal ou le chevalier de son mari. Cette femme domine socialement celui qu’on appelle l’ami.

- L’amour est adultère : ce n’est pas le mari de la femme, mais son amant ou son ami. En fonction des textes, il y a une version ou l’autre de l’amour courtois. Il n’est pas simple de savoir s’il s’agit d’un amour fictif ou réel, mais dans la réalité il s’agirait davantage d’un amour fictif plutôt que réel car les femmes ne sont pas aussi libres dans leur comportement que dans les livres.

- L’ami sert sa dame : il y a un service d’amour, il la protège, la sert, surmonte des épreuves pour elle. Ces épreuves sont soit montées par la dame pour tester la bravoure de son ami, soit des épreuves qui surviennent malgré eux, lorsque des gens se mettent d’accord pour les dénoncer auprès mari. Dans ce dernier cas, ils doivent surmonter l’épreuve de la distance ou de la dissimulation.

 

Auteurs

Les troubadours : ils inventent l’idéal de l’amour courtois, appelé parfois fin’amor.

Étymologie du mot troubadour : vient de la langue d'oc parlée dans le sud de la France au Moyen Âge.

Signification du mot troubadour : « le trouveur », c’est celui qui compose le poème, ce sont donc des poètes.

Exemple de troubadour : Bernard de Ventadour. Ces troubadours ont des prénoms médiévaux avec le nom de leur ville d’origine.

 

Œuvres

Ces chansons se trouvent dans des recueils appelés des chansonniers (exemple de chanson : « Ce n’est merveille si je chante » de Bernard de Ventadour). Ces chansons n’ont pas de titre et sont nommées par leur premier vers qu’on appelle l’incipit.

 

Formes

Chansons (cansons) : ce sont des chansons destinées à la performance musicale, elles sont accompagnées à la voix et à l’instrument à corde. Ces chansons sont donc des paroles, elles ne sont pas destinées à être lues. Il n’y a pas de sens à ne pas les chanter. Ces chansons sont disposées en couplets avec un refrain qui revient d’un couplet à un autre. Donc un vers ou deux vers sont répétés à chaque fois.

 

Thèmes

- Printemps : il est associé à la naissance ou au retour de l’amour, le printemps est appelé la reverdie, c’est le temps où la nature renaît.

- Chant : les troubadours chantent et disent qu’ils chantent pour interpeller et attirer l’attention du public.

- Mal d’amour : l’amour est vu comme quelque chose de compliqué, qui fait souffrir. Cette souffrance est vue comme une étape nécessaire pour obtenir une récompense. La femme va récompenser les épreuves que son ami a traversées.

- Noblesse et courtoisie : cet idéal amoureux est réservé à une élite sociale, c’est surtout au sein de l’aristocratie qu’a lieu cet amour. « Courtois » vient du fait que ces amours viennent de la cour des seigneurs. Cet amour courtois est donc adapté à la vie seigneuriale.

 

Les métaphores ou les thèmes de ces poèmes sont encore employés aujourd’hui dans des musiques de jazz par exemple.