Seconde > Français > Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècles > Le théâtre de la cruauté

LE THÉÂTRE DE LA CRUAUTÉ

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Le théâtre de la cruauté

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Que devient le genre théâtral aujourd’hui ? Il y a un malaise pour identifier les genres théâtraux actuels. On peut citer une école actuelle : le théâtre de la cruauté.

 

Période

Cette notion se développe au XXe siècle et se prolonge au XXIe siècle.

 

Définition

- La cruauté de ce théâtre porte sur la cruauté de la vie, de l’existence, il ne s’agit pas de voir des choses cruelles pour elles-mêmes.

- Conception quasi sacrée du théâtre (transe) : cela ramène aux origines de la tragédie qui signifie « sacrifice du bouc » dans un rite sacré. Des représentations théâtrales étaient présentées dans ces rites. Le concepteur du théâtre de la cruauté dit qu’il faut revenir à ce théâtre rituel et qu’il faut que le spectateur soit proche d’un état de transe.

- Mise en scène de la violence (physique).

- Valorisation du corps (corps nus, grimés, maltraités etc.) : cela donne lieu à des polémiques. Ce théâtre veut aller au maximum de ce qu’on peut montrer sur scène, il veut transgresser les règles de bienséance pour manifester la cruauté du monde.

 

Auteurs

Artaud : concepteur et propagateur du théâtre de la cruauté (son essai : Le théâtre et son double).

Kane : elle continue ce travail sur le théâtre de la cruauté. Dans Anéantis, Kane parle de la guerre en Yougoslavie, vue d’Angleterre.

Strauss : dans son ouvrage Viol, il réécrit la pièce Titus Andronicus de Shakespeare dans laquelle il y a le viol d’une jeune femme nommée Lavinia (fille de Titus).

Ces trois auteurs exemplifient le théâtre de la cruauté. L’idée d’Artaud n’a pas tellement été suivie de son vivant, mais l’est aujourd’hui.

 

Œuvres

- Le théâtre et son double (Artaud) : Artaud est l’inventeur de la notion par cet essai.

- Anéantis (Kane) : évoque la guerre en Yougoslavie.

- Viol (Strauss).

 

Bonus

- Koltès, Roberto Zucco : reprend un fait divers d’un serial killer italien qui s’appelait Roberto Succo.

- Genet, Les Bonnes : reprend aussi un fait divers, le meurtre d’une femme par les deux sœurs Papin, qui étaient les domestiques.