Seconde > Histoire-Géographie > Des mobilités généralisées > Les migrations internationales

LES MIGRATIONS INTERNATIONALES

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Les migrations internationales

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Des flux croissants qui se diversifient

 

A. L’augmentation des flux

Les migrations internationales (le fait pour une personne de quitter son pays de naissance pour un autre pays) représentent des flux croissants qui se diversifient. En effet, ces flux étaient de 220 millions en 2010 et de 258 millions en 2017. Cela représente une part faible de la population mondiale : 3,4 % de la population mondiale. Ces flux augmentent.

 

B. Provenance et destination de ces migrations

Majoritairement, les migrants sont issus des pays en développement et vont dans des pays développés. En effet, 64 % des migrants dans le monde habitent dans un pays développé. Les États-Unis sont le pays qui enregistre le plus grand nombre de migrants, environ 50 millions, ce qui représente 15 % de leur population.

Toutefois, on observe des évolutions dans ces flux migratoires. En effet, pendant longtemps la majorité des flux provenait des pays en développement et se dirigeait dans des pays développés. Désormais, les flux à destination des pays en développement sont plus importants que les flux partant des pays en développement vers les pays développés.

 

C. Évolution du profil des migrants

Un stéréotype considère que les migrants sont majoritairement des hommes jeunes peu qualifiés. La réalité est tout autre puisque la moyenne d’âge des migrants et de 39 ans. 40 % des migrants sont des femmes. Enfin, on observe une constante évolution des niveaux de formations.

 

II. Les causes des migrations

 

A. Des migrations majoritairement économiques

Lorsqu’on quitte son pays pour un autre pays, il y existe un ensemble de causes. Toutefois les migrations pour des motifs économiques sont majoritaires. Des personnes désirent quitter leur pays car elles ne trouvent pas d’emploi. Ou alors ce sont des personnes qui ont un très bon niveau de qualification et qui ne trouvent pas d’emploi correspondant à leur diplôme. Les causes économiques ne sont pas les seules à entrer en jeu. En effet, le choix d’un pays peut se faire pour se rapprocher de sa famille, par préférence culturelle ou en fonction d’un système politique.

 

B. Des migrations forcées

Les personnes forcées de migrer, à cause d’un conflit ou d’une guerre, sont appelées des réfugiés. Les réfugiés sont en constante augmentation. Ils étaient 26 millions en 2017. Ce sont majoritairement des réfugiés politiques mais on observe de plus en plus l’arrivée de réfugiés climatiques. Selon les prévisions de l’ONU, il y aura plusieurs dizaines de millions, voire 140 millions, de réfugiés climatiques en 2050. 

 

III. Les conséquences des migrations

 

A. Les conséquences dans les pays de départ

Pour les pays de départ, l’émigration représente une manne financière non négligeable. En effet, en 2017, ce sont 430 millards de remise, c’est-à-dire d’argent envoyé dans les pays de départ, qui ont été utilisé pour le développement local. Cette somme ne comprend pas les flux financiers non-officiels, ni le commerce à la valise, c’est-à-dire le transport de marchandises du pays d’arrivée vers le pays de départ des migrants.

Ces remises sont un atout pour les pays de départ. Par exemple, au Sénégal, les remises comptent plus de 10 % du PIB national. Malgré cette aide économique envoyée par les migrants à leurs pays d’origine, les migrations ont aussi un aspect négatif pour les pays de départ. En effet, elles privent ces pays d’une population dynamique et compromettent à moyen et long termes, le développement de ces pays.

 

B. Les conséquences dans les pays d’arrivée

Les migrants sont employés majoritairement dans les secteurs professionnels où il manque de main-d’oeuvre. Par exemple, en France, dans la restauration ou les travaux publiques qui fonctionnent en grande partie grâce à cette main-d’oeuvre étrangère.

Les immigrés rencontrent de nombreuses difficultés dans leur pays d’arrivée mais participent au dynamisme économique des pays dans lesquels ils se trouvent. À Paris, un entrepreneur sur 10 est étranger, c’est-à-dire immigré.