Terminale Economique et Sociale > Histoire-Géographie > Puissances et tensions dans le monde > Les États-Unis et le monde depuis les « 14 points » du Président Wilson (1918)

LES ÉTATS-UNIS ET LE MONDE DEPUIS LES « 14 POINTS » DU PRÉSIDENT WILSON (1918)

Tu dois disposer d'un abonnement
pour regarder la vidéo

L'abonnement aux Bons Profs permet de profiter de toutes les vidéos de rappels de cours dans toutes les matières de la 6e à la Terminale.

Ces vidéos sont présentées par des professeurs de l'Education nationale et permettent de revoir en quelques minutes toutes les notions du cours.

Demande à tes parents de te créer un compte. C'est très simple et tu pourras démarrer tes révisions immédiatement.

LES ÉTATS-UNIS ET LE MONDE DEPUIS 1918

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Un rapport au monde encore non affirmé (1918-1945)

 

A. La vision des États-Unis

Les États-Unis sont un pays jeune. Ils ne deviennent une puissance qui compte qu’à la fin du XIXe siècle.

Deux éléments doivent être maitrisés pour bien comprendre la vision étasunienne :

- La Destinée Manifeste est une idée que l’on retrouve dès la naissance des États-Unis. Selon celle-ci, les Américains ont réussi à bâtir sur leur sol un modèle démocratique et libéral excellent qu’ils ont vocation à étendre au-delà de leurs frontières, par un mandat quasi divin. En effet, les Américains sont un peuple extrêmement religieux. L’idée est que ce qui est bon pour les États-Unis est bon pour le monde, et inversement. Cette Destinée Manifeste a des effets durant toute la période étudiée.

- La doctrine Monroe. C’est l’une des rares doctrines mises en place dans l’administration américaine au XIXe siècle. Elle date de 1823. Elle dit que le continent américain est un espace géographique réservé des États-Unis. C’est un message adressé aux puissances coloniales européennes pour les dissuader de tenter d’implanter des colonies sur le continent américain, et notamment en Amérique latine.

Ces deux doctrines forment le principal corpus idéologique du pays en matière de politique étrangère au moment où commence la Première Guerre mondiale qui fait sortir les États-Unis de leur neutralité.

 

B. 1917 : la « fausse entrée » dans l’arène mondiale

En 1917, les États-Unis entrent en guerre pour garantir la libre circulation sur les mers, alors que des bateaux de commerce approvisionnant le Royaume-Uni ont été coulés par l’Allemagne.

On peut parler d’une « fausse entrée » des États-Unis dans la Première Guerre mondiale. La contribution militaire des Américains a existé et a été importante, bien qu’elle le fut moins que durant la Seconde Guerre mondiale où leur apport militaire a été décisif. C’est davantage par les projets prévus pour l’après-guerre par le président américain, W. Wilson, idéaliste, que les Américains se signalent à la fin de la Première Guerre mondiale. Cela prend la forme des quatorze points du président Wilson, publiés en janvier 1918. Ils prévoient l’ordre d’après-guerre, portant sur la garantie de la paix mondiale, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, en prévoyant la constitution de la Société des Nations (SDN) pour garantir la paix. Wilson semble avoir une guerre d’avance : ces projets existeront véritablement après 1945. Il faudra donc un second conflit pour que cette vision multilatérale puisse s’imposer dans le monde.

 

C. Quelle présence américaine ? 

Après la victoire des Alliés en 1918 et bien que les idées de Wilson imprègnent le Traité de Versailles (1919), les Américains n’approuvent pas les décisions prises à Paris à la fin de la guerre. Le Sénat américain refuse la ratification de la SDN et du Traité de Versailles. Ils retournent ainsi à une forme d’isolationnisme, relativement mesuré. Le Sénat américain considère que cette guerre n’était pas la leur.

Ce moment est marqué par la prégnance dans la vie politique du slogan « America First » (l’Amérique d’abord) et le renfermement des États-Unis sur leurs propres intérêts.

Il n’en demeure pas moins une présence américaine. Elle est d’abord économique. Les Étasuniens pratiquent la doctrine de la porte ouverte : ils sont très attentifs à l’ouverture de marchés, et notamment des marchés coloniaux dominés par la France et l’Angleterre

Il reste 70% de cette fiche de cours à lire

Cette fiche de cours est réservée uniquement à nos abonnés. N'attends pas pour en profiter, abonne-toi sur lesbonsprofs.com. Tu pourras en plus accéder à l'intégralité des rappels de cours en vidéo ainsi qu'à des QCM et des exercices d'entraînement avec corrigé en texte et en vidéo.