Terminale Economique et Sociale > SES > Mondialisation, finance internationale et intégration européenne > Stage - Les fondements du commerce international

STAGE - LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Exercice - Délocalisations



L'énoncé

Document : Désolé M. Montebourg, malheureusement les services aussi sont délocalisables

Parce que destinés à satisfaire directement des personnes, on a longtemps pensé que les services n'étaient pas délocalisables. Sauf que même les secteurs où la France est en pointe, tels que les banques ou le conseil en entreprise peuvent être concernés.

Atlantico : Arnaud Montebourg a souvent vanté les mérites des services, présentés comme des activités non délocalisables. Or, dans le secteur bancaire notamment, plusieurs établissements (Natixis, Société Générale, BNP Paribas...) ont annoncé dernièrement vouloir externaliser certaines de leurs activités et délocaliser certains postes. Est-ce la preuve que même les activités de services sont délocalisables ?

Pascal de Lima : […] Oui, bien sûr les services sont délocalisables. De plus il n'y a pas que le secteur bancaire qui délocalise ses services. Il n'y a pas très longtemps, on lisait dans la presse le titre suivant : « LA SNCF DÉLOCALISE UNE PARTIE DE SES SERVICES INFORMATIQUES EN EUROPE DE L’EST. Nouveau prestataire de services de la SNCF, IBM compte confier la gestion d'une partie des activités informatiques de la compagnie ferroviaire à ses filiales implantées en République Tchèque et en Pologne ».

A côté de l'industrie, le secteur tertiaire est donc concerné. On a longtemps cru que les services étaient protégés de la concurrence des pays à bas salaires. Il n'y a pas de coûts de transport liés à la réimportation des produits. Il est donc plus facile de délocaliser une activité de services qu'une activité industrielle.

[…] Une des particularités de la multinationalisation est la délocalisation. Durant les années 70, les délocalisations portaient pour l'essentiel sur les produits de grande consommation, tels que le textile.

Au cours des années 80, un second mouvement de délocalisation affecte des activités telles que les services informatiques et les composants électroniques. Ce n'est donc pas un phénomène nouveau.

Surtout que ce phénomène n'a cessé de prendre de l'ampleur jusqu'à aujourd'hui. Il a commencé avec les centres d'appel vers les Pays de l'est et d'Asie (Inde, Chine...) vers la fin des années 80. […]

Pascal de Lima, « Désolé M. Montebourg, malheureusement les services aussi sont délocalisables »,
Atlantico (site web), 5 décembre 2013.


  • Question 1

    Présenter le document.

  • Question 2

    Rappeler la définition de service et de délocalisation et en déduire les raisons d’une impossibilité apparente de délocalisation des services.

  • Question 3

    A partir de l’exemple donné par Pascal de Lima de délocalisation de service, souligner la spécificité de ces délocalisations. Pourquoi le sont-elles ?

  • Question 4

    Expliquer pourquoi il est difficile à l’Etat de limiter le libre-échange dans ces cas.

  • Question 5

    A partir de vos connaissances, lister les postures politiques possibles face à ces délocalisations.

La correction et les astuces de cet exercice t'intéressent ?

Accède librement à l'ensemble des contenus, aux astuces et aux corrections des exercices en t'abonnant sur Les Bons Profs. Clique ici pour démarrer l'abonnement.