Terminale > SES > Intégration, conflit, changement social > Annale - Diversification des conflits sociaux

ANNALE - DIVERSIFICATION DES CONFLITS SOCIAUX

Exercice d'application


Intégration, conflit, changement social

  • Exercice : Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire - Annale Bac

    Sujet : À l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que les conflits sociaux ont tendance à se diversifier.

     

    DOCUMENT 1

    Entreprises ayant déclaré au moins une grève et nombre de jours de grèves pour 1000 salariés de 2005 à 2013

    e5e9f9ea2a8d7ad719680b6eaeb2b3866b1d87cc.png

    À partir des données 2008, la pondération de l’enquête a été revue, d’où une rupture de série.

    Lecture : en 2013, 1,2 % des entreprises ont connu au moins une grève dans l’entreprise ou l’un de ses établissements et le nombre de journées non travaillées pour fait de grève rapporté aux effectifs salariés équivaut à 79 jours pour 1 000 salariés.

    Champ : entreprises de 10 salariés ou plus du secteur marchand non agricole.

    Source : DARES, 2015.

     

    DOCUMENT 2

    La progression sensible des revenus enregistrés au cours des « Trente glorieuses », comme la hausse considérable du niveau culturel de la population auraient ainsi conduit à l’émergence d’autres thèmes s’approchant de ce que le sociologue américain Ronald Inglehart nomme les valeurs post-matérialistes. À l’image des mouvements féministes, gays et lesbiens, régionalistes, de défense de l’environnement, de lutte contre le SIDA..., de nouveaux mouvements sociaux sont investis par des individus insérés dans la société (étudiants, jeunes actifs, cadres...) cherchant à promouvoir certaines visions du monde, davantage qu’à défendre des intérêts strictement matériels. La diversité des types de contestations, des acteurs comme des répertoires (le sit-in* [...], la marche silencieuse... peuvent remplacer la manifestation ou la grève) s’impose.

    * s’asseoir en masse dans l’espace public

    Source : Précis de sociologie, Philippe RIUTORT, 2014.

    DOCUMENT 3

    To buy or not to buy ?(1) Telle est, en substance, la question pratique que pose l’acte de boycott ou son envers, le « buycott »(2). [...] L’ouvrage de Ingrid Nyström et Patricia Vendramin propose [...] une analyse sociologique de ce mode d’action qu’elles estiment être en parfaite adéquation avec « les formes contemporaines d’engagement militant, en réseau, et associant des individus soucieux de choisir leurs appartenances et leurs causes, d’exprimer personnellement leur vision des choses ». [...] Une analyse plus fine montre que les femmes sont, dans cette population [européenne], proportionnellement plus nombreuses que les hommes à s’engager dans des actions de « buycott » et qu’il existe des écarts importants entre pays : la pratique du boycott est plus fréquente dans les pays nordiques et la Suisse que dans les pays du Sud et de l’Est de l’Europe. Leur ancrage économique et politique constitue également un facteur explicatif important de leur engagement : ainsi, la richesse nationale, la concentration du commerce et la disponibilité de produits labellisés faciliteraient les pratiques de boycott et de buycott, tout comme diverses formes « d’encouragement institutionnel » de l’État.

    Source : www.laviedesidees.fr.

    (1) Acheter ou ne pas acheter ?
    (2) Pratique militante qui consiste à promouvoir les produits ou les services d’une firme pour récompenser un comportement jugé exemplaire.

     
La correction et les astuces de cet exercice t'intéressent ?

Accède librement à l'ensemble des contenus, aux astuces et aux corrections des exercices en t'abonnant sur Les Bons Profs. Clique ici pour démarrer l'abonnement.