Troisième > Histoire-Géographie > Dynamiques territoriales de la France contemporaine > Les aires urbaines, une nouvelle géographie d'une France mondialisée

LES AIRES URBAINES, UNE NOUVELLE GÉOGRAPHIE D'UNE FRANCE MONDIALISÉE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

La France, un territoire sous influence urbaine

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

L’urbanisation est un fait majeur en géographie depuis une cinquantaine d’années car le paysage de la France a considérablement changé, notamment par le fait de l’urbanisation c’est-à-dire par l’augmentation de la population française qui habite en ville. Cette urbanisation a déplacé les populations vers les villes, et a modifié les façons de vivre des français.

 

I. Une urbanisation croissante

 

La France a connu tout au long du XXe siècle et encore aujourd’hui au XXIe siècle une urbanisation croissante. Dans les années 1930, la population urbaine devient majoritaire en France. Il y a une phase d’accélération après la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, 85 % de la population de la France vit en milieu urbain. La population urbaine continue à augmenter en France même si cela se fait de façon ralentie.

Cette urbanisation s’est accompagnée ces 30 à 40 dernières années d’un phénomène de métropolisation. Une métropole est une grande ville densément peuplée qui dispose de capacités de commandement, qui exerce une influence importante sur l’environnement qui l’entoure. Aujourd’hui, les populations urbaines tendent à habiter de plus en plus dans ces métropoles qui offrent toute la gamme des services dont on a besoin. Par exemple, Paris est une ville monde, c’est-à-dire une ville dont l’influence existe au niveau international, et ce au détriment des villes françaises moyennes dont la population a tendance à stagner.

 

II. Le nouveau visage des aires urbaines

 

L’évolution de la population urbaine va de pair avec une modification de l’aspect des villes. Les villes centres, c’est-à-dire les villes telles qu’elles existaient dans le passé, ne gagnent plus vraiment d’habitants. Dans les années 1960, les banlieues ont accueilli cette population urbaine qui s’est dirigée vers les villes.

Depuis une trentaine d’années, le phénomène de périurbanisation est apparu avec le développement à la périphérie des banlieues, d’espaces urbains qui conservent un peu le paysage de la campagne, car ils ne sont pas encore tout à fait la ville mais ne sont pas non plus la campagne. Ce sont donc des espaces intermédiaires qui font partie des aires urbaines.

Une aire urbaine est composée de la ville centre, de sa banlieue et de ses espaces périurbains. Aujourd’hui, on raisonne selon l’importance de ces aires urbaines.

Encore faut-il que les populations qui vivent dans les espaces périurbains aient les moyens d’accéder au centre des villes ce qui implique des infrastructures de transport en terme de RER par exemple pour Paris ou de trains régionaux pour les aires urbaines de province, ou de routes et autoroutes. Il y a donc des enjeux qui sont liés à l’aménagement du territoire de la France.

 

III. La diversité des espaces urbains

 

Ces espaces urbains sont extrêmement différents car ce n’est pas la même chose de vivre au centre d’une grande métropole comme Paris, Lyon ou Marseille que de vivre dans une toute petite ville. En France on parle de ville à partir de 2 000 habitants.

Les milieux périurbains sont parfois isolés des services importants auxquels les populations se doivent d’avoir accès. On pourrait séparer la France en deux : une France métropolisée qui comprend les grandes villes et leurs banlieues ; et une France plus en retrait des périurbanisations, qui est faite de petites villes isolées ou de campagnes.

Les 85 % de la population française comprend les personnes qui vivent dans des couronnes périurbaines, c’est-à-dire des gens qui sont susceptibles de se rendre dans la ville centre mais qui n’y habitent pas. Ainsi, la population urbaine est la population attirée par la grande ville mais qui n’habite pas forcément dans un milieu urbain extrêmement dense.

 

Conclusion

 

Au Moyen Age, la fortification marque le passage d’une ville à l’autre. Aujourd’hui, la limite entre la ville et la campagne est beaucoup moins perceptible. Cela pose la question du grignotage que l’espace urbain effectue sur les autres espaces en France, avec l’extension du bâti dans les villes et la construction, par exemple, d’infrastructures de transport qui sont nécessaires pour relier les villes entre elles.