Troisième > Histoire-Géographie > Le monde depuis 1945 > Enjeux et conflits dans le monde depuis 1989

ENJEUX ET CONFLITS DANS LE MONDE DEPUIS 1989

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Enjeux et conflits dans le monde après 1989

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

1989, date de la chute du mur de Berlin, est la date retenue comme la fin de la Guerre froide. La question qu’on se pose est, comment va le monde depuis la fin de la Guerre froide et du monde bipolaire. Vivons-nous dans un monde plus sûr, débarrassé de la guerre, depuis que le grand affrontement Est-Ouest est terminé ?

 

I. Une nouvelle organisation du monde

 

Après 1989 et l’effondrement du communisme soviétique, c’est la fin de l’ordre bipolaire. Il n’y a plus qu’un seul pôle, le pôle américain. On parle alors d’hyperpuissance pour qualifier les États-Unis. C’est en tout cas la seule puissance dominatrice dans le monde durant cette décennie des années 1990. On a alors  l’illusion qu’on entre dans une nouvelle période, où le droit international va pouvoir s’appliquer sous l’autorité de l’ONU qui va pouvoir pleinement assumer sa mission. Mais aussi qu’on entre dans un nouvel ordre international débarrassé de la menace d’un conflit entre États-Unis et URSS.

Même si les États-Unis restent la puissance ultra-dominante de cette période, on entre dans un monde multipolaire où d’autres puissances émergent et aspirent à jouer un rôle politique et militaire sur la scène internationale. Quelles sont ces puissances ?

Il y a un certain nombre de pays des Suds, ces pays qu’on disait en développement comme le Brésil, l’Afrique du Sud, l’Inde, la Chine qui émergent à cette époque, et qui avec la Russie forment ce que l’on appelle les BRICS, c’est-à-dire des pays qui s’efforcent à faire contrepoids aux États-Unis. La puissance tend à se déplacer en Asie du Sud-Est avec le pôle chinois, mais aussi avec d’autres États de cette partie du monde qui connaissent un développement rapide très important. L’organisation du monde tend donc à évoluer d’un système bipolaire à un système plus complexe.

 

II. La persistance des conflits

 

Contrairement aux espoirs formulés au début des années 1990, la paix n’a pas été instaurée dans le monde de manière définitive et deux exemples de régions instables dans le monde sont des facteurs de risques pour les populations qui y vivent mais aussi pour la planète tout entière.

 

Le Moyen-Orient

Depuis les attentats du 11 septembre 2001 qui ont frappé les États-Unis, cette région est visée par les États-Unis comme une région propice à la déstabilisation du monde. En 2001, les États-Unis interviennent en Afghanistan pour venger les attentats du 11 septembre. Puis en 2003, ils entrent en Irak, après que le président George Bush a déterminé un « axe du Mal » auquel appartiennent deux États : l’Irak et l’Iran. A partir de cette intervention américaine certainement maladroite, la région a été fortement déstabilisée, ce qui a permis l’émergence d’un terrorisme islamique. Initialement, Al-Qaïda était positionnée dans la région, aujourd’hui, c’est Daech. Daech a la capacité d’effectuer des attentats au Moyen-Orient, touchant d’abord les populations locales qui en sont les premières victimes, mais aussi de se projeter hors de ses frontières et perpétrer des attentats comme ceux que la France a connu en 2015.

À
 cela s’ajoute les printemps arabes de 2011. La région est donc très instable aujourd’hui, et est un enjeu extrêmement important pour l’avenir du monde.

 

L’Afrique

L’Afrique à partir de la fin des années 1960 est décolonisée, mais cela n’a pas apporté la paix.

Il existe de nombreux foyers de conflit qui sont essentiellement des guerres civiles, c’est-à-dire qu’elles touchent les populations à l’intérieur des États.

L’Afrique est également devenue un lieu d’implantation de la menace islamique puisque des groupes islamiques sont installés dans le Sahel, au sud du Sahara ainsi que dans le nord-est du Nigéria et finalement forme la queue de l’arc des crises qui rejoint le Moyen-Orient, zone la plus instable du monde.

À ces problèmes politiques s’ajoutent, dans le cas de l’Afrique, des problèmes de mal-développement. L’Afrique est riche en ressources, mais celles-ci sont souvent accaparées par la corruption ou mal-gérées dans des économies de rente peu diversifiées. Elles ne contribuent donc pas à l’augmentation du niveau de vie des populations, qui croissent par ailleurs de manière extrêmement rapide. Le problème démographique n’a pas été réglé et c’est un enjeu majeur aujourd’hui.

On constate que l’Afrique est le continent des États les plus pauvres. Les Pays les moins avancés (PMA) se trouvent majoritairement en Afrique et il y a souvent la combinaison d’une grande pauvreté et d’une grande instabilité politique, ce qui explique que les pays de la corne de l’Afrique (Somalie, Ethiopie) ne parviennent pas à maintenir l’organisation politique de leurs États et à sécuriser leurs côtes. Cela permet à la piraterie, un phénomène réapparu ces dernières années, de prospérer dans cette partie des océans.

 

Conclusion

 

Le monde n’est pas plus sûr qu’il ne l’était à l’époque de la Guerre froide, c’est tout du moins un monde beaucoup plus complexe. Néanmoins, il y a moins de conflits aujourd’hui qu’il y en avait à l’époque des tensions Est-Ouest. La différence est que ces conflits sont plus visibles puisqu’à travers les médias, les réseaux sociaux, on en est informé immédiatement et on a le sentiment que ces conflits sont partout alors qu’ils ont tendance à diminuer depuis la Guerre froide.