Troisième > SVT > La planète Terre, l'environnement et l'action humaine > Annale - L'impact de la pollution du sol

ANNALE - L'IMPACT DE LA POLLUTION DU SOL

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Qu'est-ce qu'un écosystème ?

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Exemple d’un écosystème : la savane africaine. Observons les interactions entre les espèces et les paramètres de cet environnement. L’écosystème de la savane est semi-aride : il est soumis à une température assez élevée et à très peu d’eau, ce qui implique un stress chez les organismes vivants.

 

Les interactions dans la savane

 

 

L’acacia est une espèce d’arbre centrale dans la savane, car elle offre de l’ombre aux grands mammifères comme les koudous.

Les acacias sont également obligés de plonger leurs racines très profondément dans le sol pour essayer de capter le maximum d’eau. Leurs racines mesurent entre 10 et 30 mètres de longueur, et elles sont prolongées par un champignon présent sous forme de filaments et vivant en symbiose avec l’acacia. Ces champignons se développent dans le sol, ils donnent de l’eau et des nutriments à l’acacia, et en échange, l’acacia donne des sucres qu’il produit grâce à la photosynthèse. Ces champignons sont dit mycorhiziens car ce sont les mycorhizes qui prolongent les racines et qui se connectent à d’autres arbres. Grâce à ces champignons, il peut y avoir des interactions entre les arbres. On observe parfois des troncs qui ont été coupés par des intempéries mais qui ont cicatrisé et qui donnent naissance à de nouveaux bourgeons. Cette cicatrisation est étrange puisque l’arbre coupé ne peut plus faire de photosynthèse, et cela s’explique par ces champignons mycorhiziens qui permettent de donner des nutriments au tronc.

Il existe aussi des interactions de prédation : le grand koudou va grignoter l’acacia, qui va essayer de se défendre notamment par ses épines. Lorsqu’ils sont dérangés les acacias sécrètent aussi des tanins qui sont des molécules peu appétissantes. Le koudou a le temps de manger seulement deux ou trois feuilles avant que l’acacia devienne astringent. Dans les années 1980, on a découvert des koudous morts près de grandes propriétés. On a constaté que leurs estomacs étaient remplis de feuilles d’acacia. En effet, les acacia vont sécréter dans l’air des éthers (molécules qui fonctionnent comme message de communication entre les acacias). Lorsqu’un acacia est dérangé par un prédateur, il va sécréter des éthers pour aviser les autres arbres qui, à leur tour, vont sécréter des tanins. Ainsi, les arbres ont communiqué entre eux sur la présence de prédateurs et les koudous sont morts par intoxication

L’acacia est aussi en interaction avec les fourmis. Des fourmilières se développent à l’intérieur de l’acacia et les fourmis protègent l’acacia de certains insectes. En échange, l’acacia leur fourni un abri et des sucres de la photosynthèse.

 

Conclusion

 

Ces interactions entre les éléments de l’environnement, que ce soient les espèces ou le climat, forment un écosystème. Cet écosystème n’est pas fixe dans le temps, il est dynamique.