Troisième > SVT > Le corps humain et la santé > Stage - Système immunitaire et vaccination

STAGE - SYSTÈME IMMUNITAIRE ET VACCINATION

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Comment notre corps détecte-t-il le non-soi ?

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Notre organisme a la capacité de repérer des anomalies qui viennent perturber son fonctionnement et qui peuvent être dangereuses. Mais, il a aussi la capacité à repérer le non-soi. En effet, notre corps possède la capacité de repérer des cellules, des éléments extérieurs, qui sont pathogènes, c’est-à-dire qui rendent plus ou moins malade. C’est le cas des pollens qui ne rendent pas malade mais qui, chez certaines personnes, provoquent des allergies. Cela peut être le cas également des bactéries, des virus, etc.

Cette capacité à repérer le non-soi repose sur des mécanismes cellulaires et moléculaires. En effet, il y a dans notre corps des cellules qui sont des sentinelles circulant dans tout le corps (dans la circulation sanguine mais parfois en dehors des vaisseaux sanguins) qui vont repérer les cellules malades ou étrangères. A la surface des cellules, il y a des marqueurs que les sentinelles vont capter, reconnaître et analyser.

 

detection-non-soi

 

Cellule du soi

Cellule eucaryote, elle possède un noyau. A sa surface, accolés ou qui traversent sa membrane plasmique, il y a des marqueurs : les marqueurs du soi (comme des étiquettes moléculaires). En général ce sont des molécules de nature protéique qui marquent l’appartenance au soi. Ces molécules sont différentes ou modifiées si la cellule n’est pas du soi ou dans son état normal.

 

Deux cellules malades

Une cellule du soi modifié (par exemple cancéreuse) et une cellule du soi infectée (par exemple par un virus). On remarque dans les deux cas que les marqueurs de surface sont différents de ceux de la cellule témoin (saine).

Pour la cellule du soi modifié, on a les mêmes marqueurs mais légèrement transformés. Le fait que ces marqueurs soient transformés va permettre de repérer les cellules malades et de les traiter par le système immunitaire.

La cellule du soi infecté comporte des marqueurs en surface identiques à la cellule saine, en revanche, certains marqueurs sont occupés par des fragments du pathogène. Par exemple, des morceaux de virus qui se retrouvent en surface de la cellule et qui sont des sortes de petits drapeaux qui avertissent le système immunitaire que la cellule est infectée par le virus.

 

Cellule du non-soi

Elle est repérable puisqu’il a à sa surface des marqueurs totalement différents. Le non-soi est composé de cellules ou d’éléments qui ne contiennent pas les marqueurs du soi à sa surface. Ce non-soi peut être une cellule étrangère, une bactérie, dans tous les cas les marqueurs de surface sont facilement repérables par le système immunitaire car différents des marqueurs du soi.