Troisième > SVT > Le vivant et son évolution > L'évolution des populations

L'ÉVOLUTION DES POPULATIONS

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

L'évolution des populations par sélection naturelle : exemple des phalènes

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Phalènes du bouleau : papillons souvent étudiés pour expliquer la sélection naturelle.

 

I. Constat

 

 

Il existe deux sortes de phalènes du bouleau : des papillons de couleur claire et des papillons de couleur sombre.

 

 

Sur la carte de l’Angleterre en 1830, tous les papillons étaient blancs, alors que la sur la carte de 1950, la majorité des papillons étaient sombres. A Liverpool par exemple, en 1950, environ 95 % des papillons étaient sombres. Cependant, on a observé que cette tendance s’est inversée, c’est-à-dire que vers les années 1995, 80 % à peu près des papillons à Liverpool étaient redevenus blancs.

 

II. Expérience

 

En 1955, on a réalisé une expérience : on a libéré un certain nombre de papillons et on les a laissés se poser sur les arbres, puis on a essayé de les recapturer.

 

  Milieu pollué Milieu peu pollué
Sombres recapturés   52 %  6 %
Clairs recapturés      25 % 12 %

                     

 

Dans un milieu pollué, par exemple dans une ville comme Birmingham, 52 % des papillons sombres ont été recapturés, les autres ont été mangés par des prédateurs, ici par des oiseaux. 25 % seulement des papillons clairs ont été recapturés et donc plus de papillons clairs ont été mangés par des prédateurs que les papillons sombres. Et puis, dans un milieu peu pollué comme dans la ville de Dorsey, on a pu recapturer seulement 6 % des papillons sombres, donc la très grande majorité des papillons ont été mangés par les prédateurs, et on a pu recapturer un peu plus de papillons clairs que de sombres, c’est-à-dire 12 %.

 

III. Interprétations

 

- La couleur claire ou sombre dépend d’un allèle, autrement dit, elle est codée génétiquement. 

- Les papillons sont soumis à des prédateurs (des oiseaux) qui repèrent plus ou moins bien les papillons sur les troncs.

 

Sur un tronc clair, les papillons clairs ne se remarquent à peine, alors que les papillons noirs sont repérables. Sur un tronc noir, ce sont les papillons sombres qui sont mieux dissimulés alors que les papillons clairs sont plus repérables. Sur un tronc sombre ou bien sur un tronc de bouleau pollué, les papillons clairs vont être bien repérés. Or, la phalène vit sur les bouleaux, et dans les années 1850 jusqu’aux années 1950, avec le développement de l’industrialisation, il y a eu beaucoup de pollution et donc des arbres très pollués et très sombres. A ce moment-là, les formes claires étaient désavantagées puisque les oiseaux pouvaient les repérer. Et puis, à partir du milieu du XXe siècle, il y a eu des efforts de dépollution en Angleterre et les troncs sont redevenus plus clairs. A ce moment-là, les formes noires sont devenues plus repérables par les prédateurs et donc les formes les plus dévorées par les oiseaux.

 

- Les papillons qui survivent plus longtemps se reproduisent plus. Quand ils se reproduisent, ils transmettent leurs caractères héréditaires, en l’occurrence l’allèle qui les a rendus sombres ou clairs. Donc les allèles sont transmis à la génération suivante par les papillons qui survivent le mieux. Autrement dit, quelle que soit l’époque et quel que soit le milieu, les allèles les plus avantageux deviennent les plus fréquents.

Dans un milieu pollué, pour les papillons c’est avantageux d’être noir, car on est moins repérés, les papillons sombres survivent donc plus et ont donc plus de descendants sombres.

Dans un milieu non pollué, ce sont les papillons clairs qui sont avantagés, qui survivent plus longtemps, et donc dont les descendants clairs sont plus nombreux.