Troisième > SVT > Le vivant et son évolution > L'évolution des populations

L'ÉVOLUTION DES POPULATIONS

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

L'évolution des populations liée au hasard : dérive génétique

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Exemple des poules à plumes frisées

 

 

Il existe des poules dont le plumage présente un aspect plutôt frisé par rapport aux poules classiques qui ont un plumage lisse. Cela s’applique pour les poules et les coqs. On travaille sur un gène qui présente ici 2 versions, 2 allèles : F et f. L’allèle F donne l’aspect frisé. L’allèle f donne l’aspect des plumes lisses. Un individu, puisqu’il possède toujours deux allèles pour un gène donné peut posséder deux fois l’allèle F, cela donne une poule ou un coq frisé. L’allèle F et l’allèle f, cela donne encore un individu aux plumes frisées. Enfin, un individu, qui porte deux fois l’allèle f et qui est alors de plumage lisse.

Dans l’exemple que l’on étudie, on fait référence à un élevage dans lequel il y a au départ deux enclos qui comportent chacun 50 animaux, poules et coqs. Dans le premier enclos, il y a 50 individus qui portent deux fois l’allèle F, qui sont donc frisés, et dans le deuxième, il y a 50 individus qui portent deux fois l’allèle f, qui sont donc de plumage lisse.

Imaginons qu'un virus vient tuer au hasard 90 % des animaux de cet élevage. Le virus agit aléatoirement, c’est-à-dire qu’il tue des poules, des coqs, mais il ne tue pas particulièrement les poules frisées ou les poules lisses, cela n’a aucune influence sur l’action du virus. Il reste au final seulement 10 poules et coqs. C’est comme si l’on retirait dans la population de départ 10 poules et coqs au hasard et qu’on les réunissait maintenant dans un seul enclos. Si les poules et coqs sont par hasard tous d'aspect frisé, alors dans l’élevage, quelle que soit la génération, il n’y aura plus après que des poules frisées. Si ces 10 poules et coqs sont tous de plumage lisse, si on les laisse se reproduire, il n’y aura plus que des poules et des coqs d’aspect lisse. Mais si, dans le hasard de ce tirage on a pris à la fois des frisés et des lisses, on ne sait pas exactement qui va se reproduire avec qui, et donc comment vont évoluer les poules de la population restante.

 

Imaginons que le virus laisse vivant 7 poules et coqs d’aspect frisé et 3 poules et coqs d’aspect lisse : comment vont-ils se reproduire ?

Cette reproduction se fait aléatoirement : les lisses ne vont pas plus se reproduire avec les lisses, idem pour les frisés. Imaginons qu’il y a 4 poules frisées et 1 lisse et 3 coqs frisés et 2 lisses. Si on les fait se reproduire de manière aléatoire, on obtient pour un coq : 3 descendants, 2 avec des poules frisées et 1 avec une poule lisse. Un descendant sera d’aspect frisé puisqu’il porte au moins une fois l’allèle frisé.

Si on reproduit cela pour l’ensemble des coqs, on se rend compte à la fin qu’on a 10 descendants d’aspect frisé et un seul descendant d’aspect lisse. Ceci n’est qu’un modèle, on aurait pu tirer 10 animaux avec une majorité d’animaux lisses.

Lorsque l’on tire quelques animaux au hasard dans un stock, on ne peut pas prévoir l’évolution de la fréquence des allèles, on ne peut pas prévoir comment va évoluer la population. C'est la dérive génétique, c'est-à-dire l’évolution d’une population, et plus précisément l’évolution de la fréquence d’un allèle au hasard. Si bien que si l’on cherche à faire des modélisations, c’est comme si l’on tirait les dés, et il y aura autant de résultats possibles que de fois où l'on va tirer les dés, autant de modélisations possibles.

Dérive génétique = évolution au hasard des fréquences des allèles = évolution au hasard des populations = non prévisible.