ALLEMAND

I. Le trio des auxiliaires : sein, haben, werden

 

On doit les connaître par cœur ! Ils sont irréguliers voire très irréguliers. C’est le cas de « sein » qui change pratiquement à chaque personne, comme en français. 

 

Verbe « sein » au présent  Verbe « haben » au présent Verbe « werden » au présent
Ich bin Ich habe Ich werde
Du bist Du hast Du wirst
Er/sie/es ist Er/sie/es hat Er/sie/es wird
Wir sind Wir haben Wir warden
Ihr seid Ihr habt Ihr werdet
Sie/sie sind Sie/sie haben Sie/sie werden

 

II. La formule de base : machen

 

Le premier morceau est composé du radical du verbe et le deuxième de la terminaison du présent.

On prend le verbe « machen » (faire) qui est assez simple. Pour obtenir le radical du verbe, on prend l’infinitif du verbe et on vient rayer la terminaison « -en ». On a alors comme conjugaison pour le verbe « machen » au présent :

 

« machen » au présent
Ich mache
Du machst
Er/sie/es macht
Wir machen
Ihr macht
Sie/sie machen

 

Dans certains cas, on peut avoir besoin d’un « -e » intermédiaire. C’est le cas des verbes qui ont un radical se terminant en « d », en « t » ou en « chn ». Il en existe d’autres.

Exemples : « finden » (trouver) et « rechnen » (compter). On prend le radical du verbe « finden » qui est « find » et on ajoute un « e » entre le « d » et le « t » (terminaison du présent). De même pour « rechnen » avec la conjugaison au présent : « rechnet ».

 

III. Les verbes forts

 

Ils vont venir modifier leur voyelle à la deuxième et à la troisième personne du singulier. Ce sont des verbes que l’on utilise assez souvent. Il existe trois grandes familles :

- Les verbes forts avec un « a » : il prend un « umlaut » à la deuxième et à la troisième personne du singulier. Par exemple, pour « schlafen » on a : « er schläft ».

- Les verbes forts avec un « e » : il se transforme en « i ». Par exemple, pour « geben » on a « er gibt ».

- Les verbes forts en « e » mais qui devient « ie ». Par exemple, pour « sehen » on a « er sieht ».

Il existe également un certain nombre de verbes à particules séparables comme « vorstellen » (présenter). Il y a un morceau « vor », que l’on va venir découper et mettre à la fin de la phrase. On va conjuguer « stellen ». Par exemple : « ich stelle meine Familie vor ».