Le Blog
des Bons Profs !

La question des examens du secondaire agite beaucoup les élèves, les familles et les professionnels de l’éducation. 

Dans un contexte où, pour plusieurs raisons, beaucoup d’élèves n’ont pas été en mesure de suivre convenablement leurs cours à distance, quelles seront les modalités des examens pour cette session 2020 ?

Examinons les deux pistes évoquées par le gouvernement le 27 mars 2020 :

1 - Le maintien des épreuves

Dans cette optique, les épreuves finales sont maintenues et le bac 2020 a la même forme que les sessions précédentes.

Cela suppose bien sûr la fin du confinement en mai, de pouvoir matériellement organiser les épreuves dans les collèges et les lycées et de pouvoir reporter toutes celles qui n’ont pas pu avoir lieu (langues, E3C, options diverses, épreuves expérimentales…). 

On sait que l’organisation des examens occupe les établissements environ 4 à 5 semaines chaque année qui viennent s’ajouter aux semaines de confinement dont on sait hélas qu'elle n'ont pas toutes été efficaces pour tous les élèves. En maintenant les épreuves, le gouvernement choisirait alors une année scolaire raccourcie de quelques semaines ce qui pourrait impacter le niveau scolaire des futurs étudiants.

Le maintien des épreuves pose aussi la question du contenu : peut-on proposer la totalité du programme de l’année alors que les conditions d’études n’ont pas permis à chacun un accès équitable aux savoirs ? Cela paraît improbable et il faudrait alors envisager un programme restreint. Oui mais lequel ? Les professeurs n’ayant pas abordé les chapitres dans le même ordre au cours de l’année, la réponse semble complexe.

Il reste la possibilité de décaler les épreuves fin juillet ou les reporter en septembre mais cette mesure serait très impopulaire et mal vécue par les élèves et les enseignants qui ont continué à travailler pendant le confinement.

Toutefois, en conservant les épreuves finales de l’examen le gouvernement maintient peu ou prou le symbole d’un bac exigeant et sélectif. C’était un objectif fort de la réforme du lycée engagée en 2019.

  Capture d’écran 2020-03-14 à 19.38.27.png

2 - La suppression des épreuves et le recours au contrôle continu

En choisissant la suppression des épreuves anticipées (pour les 1e) et finales (pour les terminales), le gouvernement invite tous les élèves et leurs professeurs à revenir en classe après la période de confinement et profiter d’une année scolaire en classe jusqu’au 7 juillet pour tous les élèves. (Ils vont sauter de joie !)

Dès la reprise des cours, les professeurs pourraient reprendre leurs cours, leurs évaluations et la moyenne générale des bulletins de l’année et des épreuves des années passées permettrait alors de valider ou non l’examen du Bac ou du Brevet.

Dans cette hypothèse, les conseils de classe seraient retardés au maximum pour que les professeurs puissent boucler les programmes officiels. Cette hypothèse pourrait soulager les chefs d’établissements et les professeurs de ces organisations complexes et anxiogènes après une année difficile.

De son côté, le gouvernement économiserait des coûts conséquents, ce qui en période de crise économique serait une aubaine. En ayant recours uniquement au contrôle continu le gouvernement prendrait toutefois le risque de dévaloriser le bac 2020 comme le fut celui de 1968. En effet, dans l’esprit de nombreux français, la valeur du bac est associée à la capacité de performer le jour de l’examen. Sans ce rituel, les lauréats de la session 2020 pourraient bien entendre toute leur vie des propos vexants.

Reconnaissons que si les élèves de troisième et de terminale ne sont pas confrontés à cette folle semaine traditionnelle, ils seront de fait moins bien préparés pour leurs examens ou concours futurs qui reposent sur le même modèle. 

Un tel choix gouvernemental aura aussi comme conséquence une contestation accrue des détracteurs du contrôle continu qui se sont déjà manifestés avec colère lors des épreuves communes du contrôle continu de première (E3C).

On l'aura compris, ces choix seront déterminants et nous serons attentifs aux décisions prises au début du mois d'avril. 

Les Bons Profs accompagneront tous les élèves dans les deux cas

Fortes de huit années d'expérience de préparation aux examens, nos équipes sont préparées aux deux éventualités. Quelles que soient les modalités des examens, nous adapterons notre accompagnement pour le rendre optimal.

Dans le cadre de ce confinement, l’accès à tous nos cours de la 6e à la terminale dans toutes les matières restera gratuit pour tout nouvel abonnement durant un mois. C'est le moment de tester !

Nous encourageons tous les parents à lire cet article avec leurs enfants pour que chaque jeune prenne la mesure de la situation et poursuive sans attendre ses efforts et son engagement pour la réussite scolaire.

Ce virus a affecté notre quotidien, faisons collectivement en sorte qu'il impacte au minimum la scolarité de nos enfants.

Bon courage à tous !