Cours Stage - Humanisme, reformes et conflits religieux

Exercice - Le commerce des indulgences

L'énoncé

Document 1 - Le commerce des indulgences, Hans le Jeune Holbein (1524)

 

Source : akg-images

 

Document 2 - Extrait des 95 thèses de Luther

Les 95 thèses sont une liste de propositions rédigée par Martin Luther. Le document aurait été placardé à la porte de l'église de Wittemberg (Allemagne actuelle) le .

Par amour pour la vérité et dans le but de la préciser, les thèses suivantes seront soutenues à Wittemberg, sous la présidence du Révérend Père Martin LUTHER, ermite augustin, maître des Arts, docteur et lecteur de la Sainte Théologie. Celui-ci prie ceux qui, étant absents, ne pourraient discuter avec lui, de vouloir bien le faire par lettres. Au nom de notre Seigneur Jésus-Christ. Amen.

Thèses :

1. En disant : Faites pénitence(1), notre Maître et Seigneur Jésus-Christ a voulu que la vie entière des fidèles fût une pénitence.

2. Cette parole ne peut pas s'entendre du sacrement de la pénitence, tel qu'il est administré par le prêtre, c'est-à-dire de la confession et de la satisfaction.

3. Toutefois elle ne signifie pas non plus la seule pénitence intérieure ; celle-ci est nulle, si elle ne produit pas au-dehors toutes sortes de mortifications de la chair.

4. C'est pourquoi la peine dure aussi longtemps que dure la haine de soi-même, la vraie pénitence intérieure, c'est-à-dire jusqu'à l'entrée dans le royaume des cieux. [...]

24. Ainsi cette magnifique et universelle promesse de la rémission de toutes les peines accordées à tous sans distinction, trompe nécessairement la majeure partie du peuple. [...]

27. C'est une invention humaine, de prêcher que sitôt que l'argent résonne dans leur caisse, l'âme s'envole du Purgatoire(2).

28. Ce qui est certain, c'est qu'aussitôt que l'argent résonne, l'avarice et la rapacité grandissent. [...]

31. Il est aussi rare de trouver un homme qui achète une vraie indulgence qu'un homme vraiment pénitent.

32. Ils seront éternellement damnés avec ceux qui les enseignent, ceux qui pensent que des lettres d'indulgences leur assurent le salut.

35. Ils prêchent une doctrine antichrétienne ceux qui enseignent que pour le rachat des âmes du Purgatoire ou pour obtenir un billet de confession, la contrition(3) n'est pas nécessaire.

36. Tout chrétien vraiment contrit a droit à la rémission entière de la peine et du péché, même sans lettre d'indulgences.

38. Néanmoins il ne faut pas mépriser la grâce que le Pape dispense ; car elle est, comme je l'ai dit, une déclaration du pardon de Dieu.

39. C'est une chose extraordinairement difficile, même pour les plus habiles théologiens, d'exalter en même temps devant le peuple la puissance des indulgences et la nécessité de la contrition.

40. La vraie contrition recherche et aime les peines ; l'indulgence, par sa largeur, en débarrasse, et à l'occasion, les fait haïr.

41. Il faut prêcher avec prudence les indulgences du Pape, afin que le peuple ne vienne pas à s'imaginer qu'elles sont préférables aux bonnes œuvres de la charité.

43. Il faut enseigner aux chrétiens que celui qui donne aux pauvres ou prête aux nécessiteux fait mieux que s'il achetait des indulgences.

44. Car par l'exercice même de la charité, la charité grandit et l'homme devient meilleur. Les indulgences au contraire n'améliorent pas ; elles ne font qu'affranchir de la peine.

45. Il faut enseigner aux chrétiens que celui qui voyant son prochain dans l'indigence, le délaisse pour acheter des indulgences, ne s'achète pas l'indulgence du Pape mais l'indignation de Dieu. [...]

47. Il faut enseigner aux chrétiens que le Pape ayant plus besoin de prières que d'argent demande, en distribuant ses indulgences plutôt de ferventes prières que de l'argent. [...]

49. Il faut enseigner aux chrétiens que si le Pape connaissait les exactions des prédicateurs d'indulgences, il préfèrerait voir la basilique de Saint-Pierre réduite en cendres plutôt qu'édifiée avec la chair, le sang, les os de ses brebis.

50. Il faut enseigner aux chrétiens que le Pape, fidèle à son devoir, distribuerait tout son bien et vendrait au besoin l'Église de Saint-Pierre pour la plupart de ceux auxquels certains prédicateurs d'indulgences enlèvent leur argent. [...]

54. Voici quelle doit être nécessairement la pensée du Pape ; si l'on accorde aux indulgences qui sont moindres, une cloche, un honneur, une cérémonie, il faut célébrer l'Évangile qui est plus grand, avec cent cloches, cent honneurs, cent cérémonies. [...]

62. Le véritable trésor de l'Église, c'est le très-saint Évangile de la gloire et de la grâce de Dieu.

63. Mais ce trésor est avec raison un objet de haine car par lui les premiers deviennent les derniers.

Source : Wikipedia.

(1) Faire pénitence : action de demander pardon à Dieu pour ses fautes.

(2) Purgatoire : lieu dans lequel sont les morts, selon la théologie catholique de l'époque, qui sont assez justes pour aller au Paradis, mais dont certains péchés ne leur permet pas d'entrer directement au Paradis. C'est donc un lieu de purification entre la mort et l'entrée au Paradis.

(3) Contrition : état dans lequel un homme est quand il désire sincèrement et profondément le pardon de ses péchés. En religion, cela peut passer par une prière intense, un jeûne (se priver de nourriture pendant un temps), un pèlerinage...


Question 1

Définir une indulgence, ou lettre d'indulgence.

L'indulgence est le pardon des péchés, c'est-à-dire des fautes des croyants catholiques, accordée par le Pape.

Une lettre d'indulgence est un document signé du Pape qui reconnaît ce pardon des péchés. A l'époque de la Réforme, les lettres d'indulgence sont vendues à grand-prix afin de récolter de l'argent pour la construction de la basilique Saint-Pierre, à Rome.

Cela concerne la faute en terme religieux.

Question 2

Décrire le document 1 et expliquer la manière dont il présente le commerce des indulgences. Quelle est la position de l'artiste qui l'a gravé ?

Le document 1 est une gravure. Au centre, au dernier plan, on voit le Pape trônant avec ses attributs pontificaux très riches. Il tend une lettre à un moine, agenouillé à sa droite. Ils sont entourés d'évêques richement vêtus. On imagine que la lettre donnée par le Pape au moine est une lettre d'indulgence. Les évêques qui les entourent montrent l'approbation du clergé vis-à-vis de ce commerce.

Le premier plan est divisé en deux scènes. A droite, on observe deux personnes assises, ayant chacune respectivement un jeune enfant et un homme à genou devant eux. On reconnaît dans les personnes assises des prêtres. Le prêtre de droite pause sa main droite sur la tête de l'homme à genou devant lui, en prière. Il s'agit du geste par lequel le prêtre pardonne les péchés suite à la confession. De sa main gauche, le prêtre désigne avec un bâton un tronc (une urne) dans lequel les personnes peuvent glisser de l'argent. On voit que c'est ce que fait une vieille femme. Le prêtre invite donc la personne qu'il vient de confesser à faire un don d'argent pour le pardon de ses péchés.

A la gauche du premier plan, on observe une attroupement de personnes autour d'une table. Assis derrière, on reconnaît à cette table le moine qui a reçut du Pape les lettres d'indulgence. Sur la table, on voit qu'il y a d'une part, un tas de lettres, probablement les lettres d'indulgence, et d'autre part, de l'argent. On voit que tout cela s'échange avec empressement. Un pauvre homme, handicapé, qui semble indigent, met sa main sur l'épaule du moine qui vend les lettres d'indulgence. Peut-être va-t-il donner le peu d'argent qu'il a pour en acheter une, ou peut-être demande-t-il une de ses lettres gratuitement car il n'a pas les moyens de payer.

L'artiste qui a réalisé cette gravure se montre donc très critique vis-à-vis de ce commerce du pardon de l'Eglise. Le Pape vit richement aux crédits de pauvres hommes effrayés d'aller en enfer. Alors que l'argent des indulgences permet au Pape de vivre dans le faste, cet argent est pris à de pauvres gens, et l'Eglise est devenue un immense trafic, plus un droit de prière et de charité.

Au milieu, au fond, on distingue le Pape. Que fait-il ?

Question 3

Selon les 4 premières thèses de Luther, comment la véritable remise des péchés s'obtient-elle ?

Dans les deuxièmes et troisièmes thèses, Luther explique que le pardon ne s'obtient ni seulement par la remise du péché par un prêtre après une confession, ni seulement par une vraie pénitence intérieure. S'il sous-entend que les deux contribuent à la rémission du péché, il explique néanmoins dans la thèse quatrième que la vraie rémission totale et éternelle ne s'obtient qu'après la mort, avec l'entrée de l'âme au Paradis.

Question 4

Quel reproche Luther formule-t-il dans les 27e et 28e thèse ? A qui s'adresse-t-il ici ?

Luther explique dans la 27e thèse qu'acheter une lettre d'indulgence ne permet pas de se faire pardonner les péchés. Par contre, explique Luther dans la 28e thèse, il permet de contenter les prêtres qui les vendent qu'il décrit comme avares et rapaces. Luther reproche donc aux prêtres de plus s'intéresser à la richesse de l'Eglise qu'au salut des âmes des fidèles.

Question 5

Luther est-il, en 1517, opposé au Pape ? Justifier.

On observe dans les 95 thèses que Luther n'est pas contre le Pape. Il reconnaît qu'"il ne faut pas mépriser la grâce que le Pape dispense ; car elle est, comme je l'ai dit, une déclaration du pardon de Dieu." (th. 38).

Dans les thèses 47e à 50e, Luther va plus loin. Selon lui, le Pape ne sait pas ce qu'est le commerce des indulgences. Selon lui, le Pape préférerait des prières à l'argent (th. 47). Par ailleurs, selon Luther, si le Pape savait ce qu'est le commerce des indulgences, il préférerait abandonner la construction de la basilique Saint-Pierre (th. 49), voire vendre tous ces biens (th. 50) pour le bien des pauvres et des fidèles.

Luther a donc confiance dans le Pape malgré les dérèglements de l'Eglise.

Regarder la thèse 38.


Puis les thèses 47 à 50.