Erreurs faciles à éviter

Les majuscules

En allemand, il est obligatoire de mettre une majuscule dans les situations suivantes :

– En début de phrase (comme en français).

– Aux noms propres (comme en français : Dortmund, Albert Esintein).

– Aux noms communs : en allemand, tous les noms communs sans exception portent une majuscule. C’est un avantage lorsqu’on lit un texte pour les repérer. Pour savoir si un mot est un nom commun, essayez de mettre un article devant : der, die, das ou ein, eine. Si c’est le cas, alors il s’agit d’un nom commun. Exemple : « Je mange de la pizza » => « Ich esse Pizza ».

 

Les possessifs à la 3e personne

Pour choisir le possessif à la troisième personne, on choisit comme en anglais, en fonction du possesseur. En anglais, au masculin et au féminin, on a « his » et « her » et en allemand « sein » et « ihr ».

Exemple : si je parle d’un pull, « der Pulli » en allemand et que ce pull appartient à un garçon, je vais dire « sein Pulli ».  Si ce pull appartient à une fille, je vais dire « ihr Pulli ».

Si l’exemple porte sur une veste, « eine Jacke » en allemand, c’est féminin et j’aurai besoin de rajouter la terminaison « -e » à la fin. Pour le garçon « seine Jacke » et pour la fille « ihre Jacke ». « sein » est aussi valable pour le neutre et « ihr » est valable pour le pluriel.

 

L’expression de l’appartenance

En anglais, on a souvent « of » pour exprimer l’appartenance, ainsi on pourrait penser que « auf » pourrait marcher. Sauf que cette proposition est utilisée pour situer dans l’espace car « auf » signifie « sur ».

– On utilise « von »  qui signifie « de ». « Von » est suivi du datif, par exemple si je parle de l’ordinateur du prof, « der Computer von dem Lehrer » ou si le professeur est une femme, « Der Computer von der Lehrerin ». C’est l’article qui change, mais « von » marche à chaque fois.

– On peut aussi utiliser le génitif. Le génitif se passe de préposition, c’est l’article lui-même qui va exprimer l’appartenance. Avec l’exemple de l’ordinateur du prof, « der Computer des Lehrers » et si le professeur est une femme, cela donne « der Computer der Lehrerin ». C’est l’article en lui-même qui exprime l’appartenance.

 

La traduction de « pour »

– Quand on utilise « pour » suivi d’un groupe nominal, par exemple « pour mes parents » ou « pour un ami », dans ce cas on utilise « für ». On peut avoir recours à l’anglais, si vous avez « for », en général vous avez « für » en allemand. Exemple : je révise pour le test, ce serait « Ich lerne für den Test. »

– Quand on veut exprimer un but, un objectif. En français on dirait « pour » suivi d’un verbe, par exemple « pour avoir une bonne note ». Dans ce cas, on choisit entre deux expressions, « um…zu » et « damit ». Si on peut remplacer par « afin de » on utilise « um…zu ». Si, à l’inverse, on peut utiliser « afin que », ce sera « damit ». Exemple : « j’apprends pour avoir une bonne note », donc « afin d’avoir une bonne note », on utilise « um..zu » : « Ich lerne, um eine gute Note zu haben ». Si, par contre, j’ai besoin d’exprimer « afin que », « J’apprends afin que mes parents m’achètent une switch », par exemple, je pourrais dire en allemand « Ich lerne, damit meine Eltern mir eine Switch kaufen ».

 

La virgule

En tant que francophone, il est difficile de savoir où la placer. En français, la virgule sert à énumérer des idées. Si je suis dans un café, je commande un coca, une limonade, un jus d’orange ; en allemand ce serait : « Ich möchte eine Cola, eine Limo und einen Orangensaft ». La virgule sert donc à séparer les idées en français. La différence c’est qu’en allemand la virgule sert à séparer des propositions. Les propositions sont les propositions principales et subordonnées dans une même phrase. Si on a la phrase « Je fais beaucoup de sport, parce que je veux rester en forme ». En allemand, ce serait « Ich treibe viel Sport, weil ich fit bleiben will ». La phrase a deux parties : la partie principale et la partie subordonnée, qui apporte un argument ou une cause. La virgule sert à séparer les propositions, elle sera au milieu, avant « weil, dass » ou avant les subordonnants.

 

Les interférences avec l’anglais

Il y en a beaucoup en allemand parce que ce sont des langues assez proches, mais il faut parfois se méfier des faux amis :

– En allemand, quand on veut dire « un autre », on a envie de se fier à l’anglais « other » et on utilise « oder », Or, « oder » en allemand veut dire « ou » dans le sens de « ou bien », de proposer une alternative. Alors que l’adjectif pour dire « autre » c’est « andere » en allemand.

– Autre erreur très fréquente avec « les jeunes ». En anglais, il y a l’adjectif « young », qui ressemble à « jung » en allemand. « die Jungen » ne signifie pas « les jeunes » mais « les garçons ». Si on veut dire les jeunes, ce serait en allemand « die Jugendlichen » ou encore « die Jugend ».

– Quand on veut illustrer une idée, cela peut être très utile de donner un exemple. L’anglais peut troubler là-dessus, on ne peut pas utiliser « für Beispiel ». En allemand, on utilise « zum Beispiel ».

Erreurs faciles à éviter - 2

Les interférences avec l’anglais

-Il est important de ne pas confondre les deux verbes « bekommen » et « werden ». En anglais, quand on pense à « become » c’est devenir, mais c’est l’inverse de l’allemand. En allemand, « bekommen » c’est recevoir, l’équivalent de « to get » en anglais. À l’inverse, si je veux parler de « devenir », par exemple « devenir médecin », c’est le verbe « werden » qu’il faut utiliser.

– Un deuxième piège c’est « also » qu’on ne doit pas confondre avec « auch ». En allemand, « also », veut dire donc, on exprime une conséquence. Si j’ajoute une idée pour dire « aussi », j’utilise « auch ».

– Les deux verbes « schauen » et « zeigen ». On pense souvent à l’anglais « to show » pour dire montrer, or, en allemand, cela veut dire « regarder ». Si on veut dire « montrer » en allemand, on utilise le verbe « zeigen ».

 

La traduction de « comme »

On a souvent tendance à passer par le français, mais cela ne fonctionne pas toujours. Quand on traduit « comme » en allemand, il faut se poser la question de ce qu’on veut dire.

– Si la phrase exprime une relation causale, par exemple « Comme je suis arrivée en retard, je n’ai pas pu faire… » C’est la cause. Si je peux remplacer en français par « puisque », donc « puisque je suis arrivée en retard.. », on peut utiliser en allemand « da » avec lequel on met le verbe à la fin.

– Si je peux remplacer par « en tant que », par exemple « il travaille comme/en tant que médecin », en allemand j’aurais « als » : « Er arbeitet als Arzt », par exemple.

– Quand je peux passer par « aussi…que », par exemple « il est sportif comme moi », donc « il est aussi sportif que moi », en allemand je vais utiliser « so…wie » qui est un comparatif d’égalité.

 

Le comparatif

Le comparatif d’infériorité est basé sur la même formule que le comparatif d’égalité.

Exemple : « il n’est pas aussi grand que moi », je prends la même formule du comparatif d’égalité et j’ajoute « nicht », ce qui donne « nicht so groß wie ». Si je fais un comparatif de supériorité, je peux m’aider de l’anglais, parce qu’il y a le suffixe « -er » qui existe aussi en anglais, cela donne « größer als ». Si j’ajoute « als », cela veut dire qu’il s’agit d’une comparaison, « größer als ich », par exemple. N’oubliez pas que pour de nombreux adjectifs, on a besoin d’ajouter le Umlaut, comme pour « größer ». C’est la même chose pour « alt » qui devient « älter ». Attention à ne jamais mettre « mehr » en allemand, on a tendance à le faire à cause de l’anglais, mais cela ne marche pas en allemand. La seule façon de faire le comparatif de supériorité est avec le suffixe « -er ».

 

L’expression de la conséquence

– On a tendance de reprendre l’anglais et de dire « that’s why » : « das ist weil », mais cela n’existe pas en allemand. En revanche, il existe des mots simples, comme « deshalb », « deswegen » et « darum », qui veulent tous les trois dire « c’est pourquoi » pour exprimer une conséquence. Ils sont suivis du verbe conjugué en deuxième position, ce sont des adverbes.

– Une deuxième possibilité est d’utiliser « aus diesem Grund », « pour cette raison ».

– Une autre façon de formuler une idée est d’utiliser la formule « Das ist der Grund, warum… », « C’est la raison pour laquelle ». On peut compléter avec l’idée à la fin et il faut mettre le verbe en dernière position, parce que c’est une subordonnée.

 

La traduction de « il y a »

On ne peut pas traduire par « es hat ». Il faut faire attention à ce qu’on veut exprimer.

– Si on l’utilise dans un sens temporel, pour dire « il y a trois ans », par exemple, il faut employer la préposition « vor » suivie du datif. Je dirais par exemple « Vor drei Jahren ». C’est l’équivalent du mot anglais « ago ».

– Quand j’indique la présence de quelque chose, par exemple « Il y a beaucoup de monde », j’utilise en allemand « es gibt » suivi de laccusatif, je peux dire par exemple « es gibt viele Eissorten ».

 

Différentes manières de parler « des gens »

Évitez en allemand de dire « die Personen ». Ce n’est pas incorrect, mais c’est moins utilisé que d’autres expressions. Si vous l’utilisez, ne mettez pas deux « n », erreur classique. La raison est qu’au singulier c’est « die Person » et on ajoute au pluriel un « -en » à la fin.

– Il est plus correct d’utiliser « die Menschen » ou « die Leute » qui veut aussi dire « les gens », mais ce sont des expressions plus idiomatiques.

Erreurs faciles à éviter - 3

Indiquer une année

On a le réflexe de s’inspirer de l’anglais avec la forme « in + la date ». Or, en allemand, soit on utilise simplement l’année « 1989 » ou si on veut être plus précis, on peut utiliser « im Jahre 1898 ». En tout cas, on ne peut pas utiliser la date « in » devant une date en allemand.

 

Parler de sa nationalité

On a tendance à dire en allemand « ich bin französisch ». Or ce mot est employé pour désigner la langue que l’on parle, « ich kann Französisch sprechen », par exemple. Sans la majuscule, ca peut désigner l’adjectif, quelque chose qui est francais. Quand je parler de ma nationalité, j’utilise un substantif : « Franzose » (masculin) ou féminin : « Französin » avec la phrase « Ich bin Franzose/Französin ».

 

La traduction de « si »

– Si on veut expremier une question, un doute, « Ich frage mich ob… », qui veut dire « je ne suis pas sûre », « je me demande si.. ».

– Si on veut exprimer une condition ou une éventualité, exemple « si j’avais le temps, je viendrais » on utilise « wenn » en allemand. Attention, « wenn » est souvent (pas systématiquement) suivi du subjonctif II en allemand, qui correspond au conditionnel.

– Si vous voulez répondre à une question exprimée à la forme négative, par exemple quand on me demande quelque chose et que je réponds « Si », on utilise « doch » en allemand.

 

La traduction de « quand »

– Lorsqu’on veut exprimer une habitude ou un fait répété par exemple « quand je vais à la boulangerie », c’est un fait que je répète plusieurs fois par semaine, je vais utiliser « wenn ». « Wenn » peut vouloir dire « si », mais aussi « quand » ou « lorsque » lorsqu’on évoque un évenement qui se répète, une habitude.

– Lorsqu’on veut évoquer un fait ponctuel, unique, par exemple un événement qui a eu lieu dans le passé. Exemple « lorsque je suis tombée du vélo il y a 4 ans », un évènement qui n’arrivera plus, j’utilise « als ». Ces subordonnées sont utilisées avec le verbe à la fin.

– Lorsqu’on veut utiliser « quand » dans une question, par exemple je demande « Quand est-ce que tu arrives ? » j’utilise le pronom intérrogatif « wann ». Ne confondez pas « wenn » et « wann » !

– Lorsqu’on veut répondre à la question « comment ca va ? », « wie geht’s » en allemand, on entend souvent « ich bin gut ». Pensez que la réponse est contenue dans la question. La question « Wie geht’s ? » signifie « Wie geht es dir? », donc il faut répondre par « mir » : « mir geht’s gut. » Évitez le « Ich bin gut ». Si on veut dire qu’on a froid ou chaud, on dit « mir ist kalt ». « Ich habe kalt » ne se dit pas.

 

Les interférences avec l’anglais

– Confondre « qui » et « où ». En anglais, il y a « who » et « where ». En allemand, c’est à l’opposé, « wer » signifie « qui » comme dans la question « Wer bist du ? » et « wo » signifie « ou » comme dans « Wo wohnst du ? ».

– Confondre « aussi » et « donc ». « also » en anglais peut signifier « aussi », en allemand c’est toujours « auch ». « Also » a un autre sens en allemand qui signifie « donc ». L’équivalent en anglais serait « so ». Le mot « so » existe aussi en allemand mais signifie « ainsi » ou « de cette manière ».