La classification du vivant

La classification du vivant

Le vivant regroupe une multitude d’espèces. Classer le vivant, c’est donc l’ordonner, le ranger comme dans un système de boîtes.

Espèce : groupe d’individus capables de se reproduire et d’avoir une descendance fertile (des petits qui pourront se reproduire à leur tour).

 

I. La parenté dans le vivant

 

Prenons 4 espèces : un canard colvert, un papillon de Machaon, une cigogne blanche et une libellule.

Instinctivement, on va classer ensemble le papillon et la libellule d’un côté et le canard et la cigogne d’un autre côté. En effet, on a fait attention aux ressemblances physiques entre ces espèces. En sciences, on appelle cela des attributs physiques. Dans le cas des oiseaux, ce peut être par exemple les plumes ou le bec. Cela peut être aussi des yeux, le fait d’avoir 6 pattes, d’avoir une paire d’antennes, etc.

 

II. La classification

 

Chez le vivant, la classification est emboîtée. Pour faire cette classification, il faut déterminer des espèces et des attributs. Prenons la cigogne blanche, le papillon de Machaon, la chauve-souris, le saumon d’Atlantique et l’Homo sapiens.

 

Quels attributs pour quelles espèces ?

Yeux et bouche : toutes les espèces précédentes.

Os : la cigogne blanche, la chauve-souris, le saumon d’Atlantique et l’Homo sapiens.

Cuticule (squelette externe) : le papillon de Machaon.

Nageoires : le saumon d’Atlantique.

Plumes : la cigogne blanche.

Peau et poils : l’Homo sapiens, la chauve-souris.

 

 

Exemple : la cigogne a des plumes (rangée dans la boîte « plumes »), elle a des os (rangée dans la boîte « os ») et elle a des yeux et une bouche (rangée dans la boîte « yeux et bouche »).

Classer c’est donc ranger les espèces en fonction de leur parenté, on doit se poser la question : quelles sont les espèces les plus proches les unes des autres ?

 

Conclusion

 

La classification permet de regrouper les espèces les plus proches et d’éviter de tomber sur certains pièges. Ici, on constate bien que malgré le fait que la chauve-souris vole, elle est plus proche de l’humain (Homo sapiens) que de la cigogne blanche car elle a plus d’attributs en commun avec l’être humain qu’avec la cigogne.