La Terre dans le système solaire

Les ères géologiques

I. L’échelle des temps géologiques

 

L’échelle des temps géologiques est une frise s’exprimant en millions, voire en milliards d’années. Cette frise a été construite petit à petit dans l’Histoire par les Hommes.

Cette frise commence à 4,54 milliards d’années qui correspond à la datation d’une météorite qui représente les premiers matériaux dont est formée la Terre. On a décidé, par convention, que cette frise commencerait à cette date. Cette frise est née de l’intérêt des industriels miniers qui s’intéressent à la nature des roches et qui observent que certaines époques possèdent une roche plutôt homogène dans le temps.

C’est durant la deuxième ère géologique que l’on observe des roches crayeuses, comme à Étretat, en Normandie. Cette accumulation de craie correspond au Crétacé qui se termine il y a 65 millions d’années. Une autre période est le Carbonifère, nommé d’après le charbon qui était alors trouvable en grande quantité.

 

II. Les indices fossiles

 

Petit à petit, en plus de la nature des roches, on a ajouté des indices fossiles, notamment pour certaines périodes qui correspondent à de grandes extinctions dans les archives des fossiles retrouvés. Par exemple, la crise Permo-Trias qui s’est déroulée il y a 248 millions d’années et qui a vu 96 % des espèces disparaître, comme le trilobite (ci-dessous).

Une autre crise connue est celle du Crétacé-Tertiaire qui a vu disparaître les dinosaures. C’est 76 % de la biodiversité fossile que l’on ne retrouve plus après 65 millions d’années. On passe alors à l’ère du Cénozoïque signifiant « nouveaux animaux » car on trouve une biodiversité nouvelle à cette période.

 

III. Les difficultés de la frise

 

La difficulté de cette représentation est de placer des échelles de temps de millions voire milliards d’années sur un même document. Les proportions entre les différents espacements d’ères et de périodes que l’on observe sur le schéma ne sont pas proportionnelles. Par exemple, l’ère du Cénozoïque est faiblement représenté en proportion, et elle est aussi visible que l’ère précambrienne, alors que celle-ci est sous-représentée car d’une durée très longue. Enfin, l’Hadéen est tellement long qu’on ne peut pas représenter correctement la proportion.

La Terre dans le système solaire

I. Le système solaire et l’âge de la Terre

 

Le système solaire s’est formé il y a 4,6 milliards d’années. Ce sont des matériaux qui se sont agrégés autour de l’étoile centrale qui est le Soleil.

La Terre s’est formée il y a environ 4,5 milliards d’années pour former petit à petit la Terre que l’on connaît aujourd’hui.

 

 

La Terre est dite tellurique : elle possède une surface rocheuse solide (comme Mars, Vénus et Mercure). Les autres planètes sont dites gazeuses, elles n’ont pas de surface solide. C’est le cas de Saturne, Jupiter, Uranus et Neptune.

 

II. La forme de la Terre

 

Cela fait longtemps dans l’histoire des sciences que l’on sait que la Terre est ronde. C’est au Ve siècle avant J.-C. que Parménide, un philosophe grec, commence à décrire la Terre de manière sphérique, pour des raisons esthétiques. Puis c’est au IVe siècle avant J.-C. qu’Aristote et Platon avancent les premiers arguments scientifiques pour affirmer la rotondité de la Terre : le fait de voir son ombre sur la Lune et le fait que si on se déplace en latitude, les constellations que l’on peut observer la nuit ne sont pas les mêmes.

En ce qui concerne le diamètre de la Terre, c’est Ératosthène au IIIe siècle avant J.-C. qui le calcule de manière assez précise et mathématique en s’aidant des ombres projetées à Sienne et Alexandrie.

 

III. Les mouvements de la Terre

 

 

La Terre tourne sur elle-même et tourne en orbite autour du Soleil, elle exerce :

– une rotation sur elle-même en 23 heures et 56 minutes (soit une journée),

– une révolution autour du Soleil en 365 jours et 6 heures (soit une année).

La particularité de la Terre au sein du système solaire et dans l’Univers connu jusqu’à présent est d’abriter la vie. Sa cyclicité a un impact majeur sur les organismes vivants.