La vie fixée chez les plantes

Adaptation des plantes à la vie fixée - La fonction de nutrition

La fonction de nutrition

Dans le cadre de la fonction de nutrition, ont lieu des adaptations morpho-anatomiques ou des stratégies adaptatives de la plante face à cette vie fixée. En effet, la contrainte de la vie fixée est de ne pas pouvoir se déplacer, or, la plante a besoin de se nourrir. Pour ce faire, certains de ses organes développent des mécanismes d’adaptation comme des grandes surfaces d’échanges qui permettent de capter un maximum d’éléments dans son environnement.

 

 

A. Les racines

L’alimentation de la plante passe d’abord par les racines (l’appareil racinaire) dont les principaux rôles sont d’absorber la solution du sol et permettre l’ancrage de la plante. L’absorption des éléments du sol passe par le développement d’un réseau, de ramifications importantes pour augmenter la surface d’échange et ainsi capter plus d’éléments, qui sont essentiellement de l’eau mais aussi des sels minéraux.

 

B. Les feuilles et la photosynthèse

L’eau, une fois absorbée par les racines, est utilisée par la plante au niveau des feuilles pour un métabolisme très spécifique des plantes « vertes », qui est la photosynthèse.

Une équation-bilan de la photosynthèse pourrait être : 6 CO2 + 6 H2O = 6 O2 + C6H12O6

Via l’énergie lumineuse apportée par le soleil, on obtient donc du glucose. On remarque que cette photosynthèse nécessite de l’eau en réactif captée par les racines mais aussi du dioxyde de carbone capté par les feuilles grâce à de petites structures cellulaires adaptées. La lumière étant également captée par les feuilles, celles-ci se développent une très grande surface d’échange pour réaliser le processus photosynthétique et former une molécule organique (ici le glucose). La feuille a donc pour rôle de capter l’énergie lumineuse et le dioxyde de carbone, de produire du dioxygène et de réaliser la photosynthèse.

 

C. La tige

On sait donc que les racines absorbent l’eau et que les feuilles réalisent la photosynthèse. Par ailleurs, il faut un lien entre ces organes, c’est la tige. Ce sont alors des vaisseaux qui conduisent la sève. La sève brute (riche en eau) est conduite par des vaisseaux de xylème représentés en vert sur le schéma. Une fois la photosynthèse réalisée, on amène vers les autres organes (qui ne sont pas photosynthétiques comme les racines) les nutriments (ici le glucose) par la sève élaborée via les tubes de phloème. 

Adaptation des plantes à la vie fixée - La fonction de reproduction

La fonction de reproduction

 

Dans le cadre de la vie fixée, les angiospermes (les plantes à fleurs) ont la contrainte de ne pas pouvoir se déplacer et ainsi de ne pas pouvoir choisir son partenaire ni de s’en rapprocher lors de la reproduction sexuée. Les plantes ont adopté des stratégies pour faire face à cette contrainte.

 

La fleur a surtout un rôle de reproduction. Son organisation en quatre cercles concentriques (verticilles) présente des pièces stériles :

– les sépales, éléments les plus extérieurs,

– les pétales, éléments colorés et odorants dans une fleur.

Et des pièces fertiles internes :

– les étamines qui produisent des grains de pollen, unité germinale mâle,

– le pistil contenant l’ovule, le gamète femelle.

 

La première stratégie est donc cette disposition de la fleur qui possède des organes mâle et femelle permettant une possible autofécondation avec création d’une nouvelle plante, d’une nouvelle génération.

Par ailleurs, l’autofécondation ne permet pas un brassage génétique. La plupart des angiospermes (80 % environ) réalisent alors une pollinisation entomophile. En attirant les insectes par les pétales (couleur et odeur) et la nourriture (nectar), les grains de pollen se déposent sur l’animal. Par la suite, l’insecte ira polliniser d’autres plantes en déposant les grains de pollen sur le stigmate du pistil, qui germera et ira féconder l’ovule. Grâce aux insectes, les plantes peuvent donc pallier leur contrainte de vie fixée et réaliser une reproduction croisée et ainsi un brassage génétique.

Enfin, une autre fonction de la fleur est de disséminer car une fois l’ovule fécondé, celui-ci devient une graine et la paroi ovarienne devient un fruit (coloré, sucré) qui attire les animaux et sera déplacé ailleurs. L’intérêt est alors de coloniser l’espace et disséminer l’espèce.