L’autorité de la parole au Moyen Âge

L'autorité de la parole au Moyen Âge

Il y a plusieurs formes de l’autorité de la parole au Moyen Âge :

 

Autorité royale

La Chanson de Roland (XIe siècle)

– Chanson de geste (chanson : pas vraiment chantée mais plutôt mélodique ; geste : signifie les exploits guerriers) : raconte des exploits guerriers.

– Dispute entre les hommes (Roland et Ganelon) de Charlemagne. Ganelon va trahir Roland à la fin. Différence entre Roland qui accepte l’autorité du roi, et non Ganelon.

 

Autorité de l’intérêt personnel

Le Miracle de Théophile, Ruteboeuf (XIVe siècle)

– Pacte avec le diable (comme Faust) : Théophile est jaloux d’un autre : il va signer un pacte avec le diable pour avoir ce que l’autre a. Il va se repentir et la vierge Marie va annuler son pacte avec le diable.

– Rhétorique de persuasion du diable fait autorité + intérêt personnel de Théophile qui l’a amené à bien écouter le diable.

 

Autorité de la raison

Le Roman de la Rose, Jean de Meung (XIVe siècle)

– Roman écrit en deux parties dont l’histoire est celle d’un jeune homme qui essaie de cueillir une Rose. La Rose symbolise la femme. Le jeune homme traverse des étapes pour avoir le droit de cueillir la Rose. Il est en contact avec des personnages allégoriques. Exemple : les personnages de Raison (sous la forme d’une personne) et d’Amour (sous la forme d’un dieu comme Cupidon). Raison va essayer d’avoir autorité sur le coeur (dieu Amour) en disant que l’amour se limite à des instincts physiques alors qu’au début le jeune homme a prêté serment auprès d’Amour pour servir la Rose toute sa vie.

– Il y a un jeu d’argumentation entre Raison et Amour. Jean de Meung privilégie l’autorité de la Raison.

 

Somme contre les Gentils, Thomas d’Aquin (XIIIe siècle)

– Il écrit une grande dissertation et essaie de comprendre le discours de la Bible par la raison.

– Il dit que les auteurs antiques tiennent leur autorité de cette raison (qui vient de Dieu). Il interroge donc la parole des anciens.

 

Autorité de la Bible

Miroir de la nature, Vincent de Beauvais (XIIIe siècle)

– Les miroirs sont des encyclopédies (sans démarche scientifique). L’encyclopédie expose les savoirs de son temps sur les pierres, les animaux, les végétaux mais à partir de la Bible (récit de la création du monde). En cela, la parole qui fait autorité est toujours la parole biblique.

 

Hormis l’autorité religieuse qui évolue avec le XVIIIe siècle, ces autorités restent encore très actuelles.