Le monde au temps de Charles Quint et Soliman le magnifique

Le monde au temps de Charles Quint et Soliman le magnifique

Comment l’Europe s’ouvre-t-elle au monde au XVIe siècle ?

 

Aux XIe-XIIIe siècles, autour du bassin méditerranéen, trois grandes puissances s’affrontent : l’Empire carolingien, l’Empire byzantin et l’Empire musulman ottoman.

 

I. La Méditerranée au XVIe siècle : un espace stratégique

 

A. L’affrontement du Saint-Empire et de l’Empire musulman

En 1453, Constantinople est prise par les Turcs musulmans qui mettent fin à l’Empire byzantin et étendent parallèlement leur domination du nord de l’Afrique aux confins de l’Asie et aux portes de l’Europe (avec la conquête de l’Autriche). L’Empire ottoman poursuit ses conquêtes grâce au calife Soliman le Magnifique, qui essaie de diffuser la religion musulmane sur de nouveaux territoires.

Soliman le Magnifique fait face à l’hostilité et à de nombreux conflits avec Charles Quint, empereur du Saint-Empire. Charles Quint est un fervent catholique qui n’accepte pas que ses territoires soit annexés par l’Empire ottoman. Il souhaite diffuser sa religion à l’échelle mondiale et s’oppose militairement aux avancées territoriales musulmanes. C’est son fils, en 1571, lors de la bataille navale de Lépante, qui marque l’arrêt de l’expansion du territoire de l’empire musulman.

 

B. François Ier et Charles Quint

Une autre force est présente en Méditerranée : François Ier, roi de France (portrait ci-dessus). François Ier aurait voulu être empereur du Saint-Empire. François Ier et Charles Quint se vouent donc une haine réciproque et s’engagent à plusieurs reprises dans des guerres l’un contre l’autre. François Ier perd souvent contre Charles Quint. Il est même fait prisonnier et ses enfants vont servir d’otages.

 

C. Un lieu d’échanges

Le bassin méditerranéen est un lieu de conflits militaires mais c’est aussi un lieu d’échanges importants. Des villes portuaires telles que Venise ou Gènes commercent avec l’Asie et l’Afrique. Les guerres limitent toutefois le commerce car elles le rendent plus difficile. Charles Quint et François Ier souhaitent commercer avec ces contrées lointaines en s’affranchissant de l’intermédiaire des marchands musulmans.

 

II. Le XVIe siècle et le désir d’explorer le monde

 

A. Pourquoi et comment explorer le monde ?

Au XVIe siècle naît le désir d’explorer le monde. Les buts de ces explorations sont :

– de trouver de nouvelles routes commerciales pour éviter de passer par des zones en conflit,

– de diffuser la religion chrétienne,

– de trouver de nouvelles terres et de nouvelles ressources pour accroître la richesse des royaumes.

 

Ces explorations deviennent possible grâce aux progrès techniques du XVIe siècle :

– L’invention des caravelles, des bateaux plus petits, plus maniables et plus rapides.

– L’utilisation de cartes maritimes qui permettent aux marins de repérer les routes à emprunter et d’éviter les zones dangereuses. 

– L’invention d’outils comme la boussole, l’astrolabe ou le portulan qui permettent aux marins de se déplacer sur les espaces maritimes.

 

B. Les grands explorateurs

Ces progrès permettent en 1492 la découverte des Antilles par Christophe Colomb. En traversant l’océan Atlantique, il souhaitait à l’origine rejoindre les Indes en partant d’Europe.

En 1498, Vasco de Gama réussit à ouvrir une nouvelle voie maritime de commerce avec l’Inde en contournant l’Afrique par le sud.

De 1519 jusqu’en 1522, Magellan fait le premier tour du monde. Il ne termine pas son tour du monde car il meurt en 1521. Cependant, son expédition est un succès.

 

C. Les conséquences de la découverte de ces nouveaux territoires

Des expéditions militaires sont entreprises pour imposer le pouvoir des États européens sur ces nouveaux territoires ainsi que le christianisme. Ces conquêtes sont menées par les conquistadors, principalement espagnols et portugaisHernán Cortés mène une armée de soldats au Mexique et Pizarro s’oppose aux tribus Incas au Pérou. Ils s’accaparent de nombreuses richesses qu’ils renvoient en Europe.

Chaque grande puissance européenne se constitue un empire colonial (ensemble de territoires répartis sur la totalité du globe, soumis à l’autorité des Européens qui y prélèvent des richesses et des ressources). Le christianisme est diffusé par des missionnaires (des hommes d’Église envoyés dans ces territoires pour diffuser les dogmes chrétiens). Les habitants des territoires découverts sont considérés comme des « êtres inférieurs » qu’il faut convertir et éduquer à la religion.

Les puissances européennes exploitent les ressources des territoires conquis, en particulier l’or, qui n’a souvent pas de valeur pour les populations autochtones. Les épices, le tabac, le cacao, le café, le coton et l’indigo sont des ressources nouvellement découvertes et très convoitées qui enrichissent les marchands.

Les conquêtes s’accompagnent également de la disparition d’une grande partie de la population amérindienne. En effet, les Européens apportent avec eux sur le territoire américain des maladies européennes auxquelles les populations autochtones n’ont jamais été confrontées. De plus, la population autochtone est réduite en esclavage pour exploiter et prélever les ressources. Ainsi, les conditions de travail difficiles et les maladies causent la mort de beaucoup d’entre-eux. De 80 millions d’Amérindiens en 1492, il n’en reste plus que 10 millions en 1600. Pour remplacer cette main d’œuvre, les colons vont alors chercher des esclaves ailleurs : c’est le début de la traite négrière.

 

Conclusion

 

Le XVIe siècle, pour les Européens, est le moment de la découverte du monde. Certains propos de l’Église sont remis en cause (notamment l’idée que la terre est plate, contredite par la possibilité de faire le tour du monde). Une nouvelle conscience, une nouvelle façon de penser va petit à petit apparaître et est à l’origine de profonds bouleversements en Europe à partir du XVIe siècle.