Les accords sujet/verbe et de l’adjectif

Les accords sujet-verbe

On parle d’accord sujet-verbe quand le verbe se conjugue : c’est le terme qu’on utilise pour qualifier les variations que le verbe subit par rapport au sujet qui va l’accompagner.

 

I. Définitions

 

Le verbe (l’action ou situation donnée dans un phrase) se conjugue en personne et en nombre avec son sujet. Il faut néanmoins comprendre ce que sont la personne et le nombre quand on parle du sujet.

La personne, peut être la 1re (je/nous), la 2e (tu/vous) ou la 3e (il, elle, on/ils, elles). Le nombre peut être singulier ou pluriel. On combine ces données. Par exemple : 1re personne + pluriel = nous.

Le sujet est celui, celle ou ce qui fait l’action du verbe ou qui est dans l’état indiqué par le verbe. Pour trouver le sujet, on prend le verbe et on se pose la question « qui fait ça ? ». Une fois qu’on sait quel est le sujet et à quel nombre et personne il correspond, on peut conjuguer le verbe en fonction de ce sujet.

 

II. La place du sujet

 

En français, le sujet est très souvent placé avant le verbe. Mais il peut aussi être placé après. C’est le cas dans les questions, par exemple : « Connais-tu ton voisin ? ». Le sujet peut aussi être séparé du verbe par un pronom, par exemple : « Tu m’as donné une pomme ». Le verbe « a donné » est séparé du sujet « tu » par un pronom qui est « m’ ».  Donc on ne peut pas déterminer quel est le sujet seulement par la place, il faut se poser la question « qui fait l’action /qui est dans l’état indiqué par le verbe ? ».

 

III. Règles particulières

 

Il existe certaines règles particulières quand le sujet est un peu spécial.

Si le sujet est un nom collectif (par exemple, une foule, un ensemble, une troupe, tous ces mots qui désignent plusieurs individus), on conjugue le verbe au singulier, car la foule ou la troupe est considérée comme une seule chose. Par exemple, dans « une foule s’entasse dans le train », le verbe est conjugué au singulier.

Le sujet peut aussi être un nom avec un complément au pluriel, par exemple, « une foule des jeunes enfants », et dans ce cas, le verbe est conjugué avec le sujet ou le complément (ici, au singulier ou au pluriel) : « Une foule des jeunes enfants s’entasse / s’entassent dans le train ».

Finalement, quand le sujet est un adverbe de quantité, par exemple « peu », « beaucoup », le verbe est conjugué au pluriel, par exemple : « une foule s’entasse dans le train, peu entreront ».

Les accords de l'adjectif épithète et attribut

I. Définition

 

L’épithète et l’attribut sont des fonctions de l’adjectif. L’adjectif est une des expansions possibles du nom, quelque chose qui s’ajoute au nom pour apporter des informations en plus. L’adjectif est souvent qualificatif, car il vient qualifier un nom. Il peut être épithète (attaché ou détaché) ou attribut.

 

II. Exemples

 

« La maison rouge ».

On a le nom « maison » et l’adjectif « rouge » qui est juste à côté : il s’agit donc d’une épithète attachée. On dit alors que l’adjectif est en fonction d’épithète par rapport au nom.

« Rouge de colère, ma voisine m’attendait en bas de chez moi ».

Le nom qui se rapporte à l’adjectif « rouge » est « ma voisine ». Contrairement à l’exemple précédent, le nom est loin de l’adjectif. C’est toujours un adjectif épithète mais il est détaché du nom auquel il se rapporte.

 

Il existe deux sortes d’attribut : les attributs de sujet et les attributs d’objet.

– On repère l’attribut du sujet quand il y a un verbe d’état (les verbes qui donnent un état, par exemple « être, demeurer, rester, paraître, sembler »), par exemple, « ma voisine est rouge de colère ». Le sujet est « ma voisine », le verbe « est » est un verbe d’état et « rouge » est un adjectif qui est en fonction d’attribut du sujet.

– Pour les attributs d’objet, on a toujours un sujet et un verbe, mais un verbe qui met en position deux personnes, qui parle d’une transformation ou d’un changement d’état. « Ma voisine le rend fou d’amour », « rendre quelqu’un quelque chose » désigne un changement d’état, donc le verbe met en relation une personne, une autre personne et un état. Dans ce cas-là, on a un adjectif qui se rapporte à la personne qu’elle rend fou d’amour, la personne qui est amoureuse, c’est elle qui est concernée par l’adjectif. Il s’agit d’un adjectif qui est attribut de l’objet, et non du sujet.

 

III. Règles d’accords

 

L’adjectif s’accorde avec le nom auquel il se rapporte quand il est épithète. Dans « la maison rouge », « maison » est féminin singulier donc « rouge » va être pareil. Dans « ma voisine est rouge de colère », même si l’épithète est détachée, c’est la même règle.

L’adjectif attribut de sujet s’accorde avec le sujet du verbe d’état. « ma voisine est rouge de colère ». « rouge » va être féminin singulier comme « ma voisine ».

L’adjectif attribut de l’objet s’accorde avec l’objet de certains verbes. « fou » s’accorde avec « le » qui est au masculin singulier, et non pas avec « ma voisine ».

L’adjectif s’accorde toujours en genre (masculin/féminin) et en nombre (singulier/pluriel) avec le nom auquel il se rapporte (chose à laquelle il donne une information supplémentaire).