Les procédés emphatiques

Les procédés emphatiques

Les procédés emphatiques sont des procédés d’insistance qui mettent en valeur ce que l’on dit. Souvent ce procédé entraîne des modifications entre le thème, c’est-à-dire le sujet de la phrase, et le propos c’est-à-dire ce qu’on en dit, l’information que l’on donne sur le sujet.

Le procédé d’emphase le plus courant et naturel est l’intonation. Par exemple, quand on dit « je ne veux pas que tu y ailles », on peut insister au niveau de l’intonation sur le verbe « vouloir » et la négation « pas ». Quand on dit que quelqu’un parle avec emphase, cela veut dire qu’il exagère, qu’il en fait des tonnes. En troisième, il y a quatre principaux procédés emphatiques à connaître.

 

I. Détachement d’un groupe de mots repris par un pronom

 

Cela veut dire qu’on a une phrase neutre, par exemple « on parle de cet évènement sur Internet ». Le thème est « on », qui est très neutre ; et l’information est « parle de cet évènement sur Internet ». On peut tourner cette phrase d’une autre manière pour mettre en valeur le groupe de mots « cet évènement ». Si je veux insister sur « cet évènement », je peux le détacher et le placer au début de la phrase avec une virgule : « Cet évènement, on en parle sur Internet ». Cette fois-ci, le nouveau thème est repris dans le propos par un pronom (« en »). On voit bien l’insistance puisqu’on en parle deux fois : on le met en valeur au début de la phrase et on le reprend par un pronom.

 

II. Détachement d’un complément circonstanciel entre virgules

 

L’ordre canonique de la phrase est « sujet – verbe – complément ». Si on déplace ce complément en début de phrase ou même au milieu d’une phrase, entre virgules, ce n’est pas naturel : ceci crée donc un effet d’emphase, d’insistance sur ce complément circonstanciel. Par exemple, si je veux insister sur le complément circonstanciel de lieu « sur Internet », on peut dire, en le plaçant en début de phrase, « sur Internet, on parle de cet évènement ». Donc le nouveau thème de la phrase devient « sur Internet ».

 

III. La mise en valeur par un présentatif

 

Un présentatif peut être « c’est que », « c’est qui », « voilà que », « voilà qui », etc. Par exemple : « C’est de cet évènement que l’on parle sur Internet ». Dans cet exemple, on met de nouveau en valeur « cet évènement » grâce au présentatif « c’est que » et on obtient un nouveau thème. La particularité de ce procédé est qu’il permet d’insister non seulement sur le nouveau thème, mais aussi de montrer que l’on insiste par opposition à autre chose. Quand on dit « c’est de cet évènement que l’on parle sur Internet », c’est par opposition à tous les autres événements.

 

IV. La mise en valeur par un pronom personnel accentué entre virgules

 

Qu’est-ce que c’est qu’un pronom personnel accentué ? Par exemple, au lieu de dire « je » on dit « moi ». Au lieu de dire « tu » on dit « toi ». Ainsi, dans une phrase neutre on peut dire : « J’adore les maths, tu préfères le français ». Si on veut mettre en valeur par un pronom personnel « je » et « tu », on va dire : « Moi, j’adore les maths, toi, tu préfères le français ».