Méthodologie de la dissertation : rédaction

Dissertation - Rédiger l'introduction

Phase 2 : Rédiger la dissertation

1) Introduction

– Phrase d’accroche : Il s’agit d’une phrase qui sert à établir le contact avec ton lecteur (le professeur qui va corriger ta copie), et à présenter le sujet dont tu vas parler. Comme tout préambule, sa fonction première est de capter l’attention du lecteur, d’éveiller son intérêt, afin qu’il poursuive sa lecture. Bien sûr, le professeur qui corrigera ta copie continuera quoi qu’il en soit la lecture de ta copie, mais il vaut mieux qu’il le fasse d’un œil bienveillant et intéressé ?. Il est préférable d’éviter les lieux communs, et de trouver une accroche personnelle et pertinente.

– Mise en contexte du sujet : Il s’agit d’ouvrir le devoir en situant le sujet par rapport à l’objet d’étude concerné, au thème abordé ou au contexte culturel, et de finir sur une phrase qui introduit précisément le sujet.

– Citation : Juste après, je te conseille de citer le sujet dans son intégralité. Peut-être sera-ce une phrase courte ou une longue citation, quoi qu’il en soit, cite entièrement le sujet.

– Explication de la citation : Après avoir cité le sujet, veille à en expliquer les termes qui peuvent paraître obscurs, compliqués ou ambigus. Si le sujet est très clair, tu peux sauter cette étape.

– Problématique : Il faut formuler clairement ta problématique.

– Annonce du plan : Annonce ton plan de façon explicite, de sorte que le professeur comprenne d’emblée les différentes parties de ton devoir. N’hésite pas à les annoncer par des phrases, telles que « Dans une première partie, nous allons voir que… »

Dissertation - Rédiger le développement

2) Développement

 

a) L’organisation des sous-parties

– L’argument : Chaque sous-partie développe un argument clairement affirmé dès la première phrase. Autrement dit, n’hésite pas à annoncer explicitement l’argument que tu vas développer. Ensuite, il s’agit d’expliquer ton argument et de montrer en quoi il est pertinent pour répondre à la problématique générale de la dissertation. N’oublie pas : une sous-partie par argument, un argument par sous-partie.

– L’exemple : Chaque argument doit être illustré par un exemple. Les exemples renvoient à un auteur, une œuvre ou un mouvement. Les citations entre guillemets sont puisées dans les textes du corpus ou dans les connaissances personnelles.

 

b) L’enchainement des parties : les transitions
Entre chaque grande partie, tu dois faire ce que l’on appelle une phrase de transition. Elle récapitule ce dont tu viens de parler et annonce ce dont tu vas parler. Autrement dit, elle reprend en quelques lignes ce qui vient d’être dit et annonce de quoi il va être question. Elle permet de faire le point et de rappeler le lien entre les différentes parties. Attention, une transition ne fait pas plus de trois lignes maximum. Il n’est pas nécessaire de faire des phrases de transition entre les sous-parties et entre les paragraphes car cela serait sans fin : un mot de liaison suffit, pour exprimer l’addition : de plus, de surcroît, en outre, par ailleurs… ou pour exprimer une objection : cependant, en revanche, toutefois…

Dissertation - Rédiger la conclusion

3) Conclusion

Le principe de la conclusion consiste à fermer une porte pour ouvrir une nouvelle fenêtre. Autrement dit, tu dois d’abord commencer par faire le bilan de ton argumentation en résumant les réponses apportées à la problématique du sujet. Puis, tu es censé élargir la problématique à un nouveau débat. Je ne te cache pas que cette ouverture est très difficile à réaliser. Tu peux finir sur les questions ou problèmes inattendus que le débat d’idées a fait surgir et qui permettraient de l’approfondir ou de l’aborder sous un autre angle. Et éventuellement de faire allusion aux auteurs ou mouvements littéraires qui se sont emparés de ces questions. Mais si tu ne t’en sens pas capable, mieux vaut finir sur le bilan que sur une ouverture complètement saugrenue.

Désormais, tu as toutes les clés pour réussir une dissertation, mais attention, la méthodologie n’est pas suffisante. Comme un joueur de tennis qui apprendrait par cœur un manuel de techniques sur le tennis, il te reste à t’entraîner pour atteindre un bon niveau. À toi de jouer.