Suites arithmétiques - Définition

Suites arithmétiques

 

Définition 

 

Une suite arithmétique est une suite pour laquelle chaque terme permet de déduire le suivant en lui ajoutant le même nombre : la raison $r$.

3915c4d51cd28e650f4696b9e71e3828d4fd4b09.png

 

Pour définir une suite arithmétique $(u_n)_{(n \in mathbb{N})}$, il faut un premier terme, $u_0$ généralement, et la raison $r$ ($r \in mathbb{R}$).

On écrit alors :  $left \{ \begin{array}{l} u_{n + 1} = u_n + r \ u_0 \ \end{array} right.$

 

Exemple :

Considérons la suite $left \{ \begin{array}{l} u_{n + 1} = u_n – 7 \ u_0 = 17 \ \end{array} right.$.

On obtient donc $u_1 = 17 – 7 = 10$ et $u_2 = 10 – 7 = 3$. 

Cette définition par récurrence \ne permet cependant pas de trouver directement n’importe quel terme de la suite : il faut avoir calculé tous les termes précédents. 

Il existe néanmoins une formule générale, dite explicite, qui permet de calculer n’importe quel terme de la suite.

 

Propriétés

 

Pour tout $n \in mathbb{N}$ $u_n = u_0 + nr$.

En effet, pour passer de $u_0$ à $u_n$ il faut ajouter $n$ fois la raison.

 

Si le terme donné de la suite n’est pas $u_0$, la formule plus générale est la suivante :

pour tous $n, \p \in mathbb{N}, u_n = u_p + (n – p)r$.

 

En reprenant l’exemple précédent, on peut déterminer $u_7 = u_0 + 7 \times (-7) = -32$

Comment montrer qu'une suite est arithmétique ?

Comment montrer qu’une suite est arithmétique ?

 

La seule méthode pour montrer qu’une suite $(u_n)$ est arithmétique consiste à étudier la différence entre le terme $(n + 1)^{text{ème}}$ de la suite et le $n^{text{ème}}$ pour tout $n \in mathbb{N}$ ou encore à étudier la différence : $u_{n + 1} – u_n$.

 

Si le résultat de cette différence est une constante, la suite est arithmétique, sinon elle \ne l’est pas.

 

Considérons l’exemple suivant : $u_n = 3n – 8$ pour $n \in mathbb{N}$.

On étudie donc :

$begin{aligned}u_{n + 1} – u_n &=& 3(n + 1) – 8 – (3n – 8) \ &=& 3n + 3 – 8  – 3n + 8 \ &=& 3 end{aligned}$ 

Ainsi, $u_{n + 1} – u_n = 3$, la différence est donc une constante donc $(u_n)$ est une suite arithmétique de raison $3$ et de premier terme $u_0 = 3times 0 – 8 = -8$. 

 

Considérons à présent l’exemple suivant : $u_n = n^2 – 1$ pour $n \in mathbb{N}$.

On étudie donc :

$begin{aligned}u_{n + 1} – u_n &=& (n + 1)^2 – 1 – (n^2 – 1) \ &=& n^2+2n+1-1-n^2+1 \ &=& 2n+1 end{aligned}$ 

Ainsi, $u_{n + 1} – u_n = 2n+1$, la différence n’est donc pas une constante puisque ce résultat dépend de $n$ donc $(u_n)$ n’est pas une suite arithmétique .