Cours Stage - Le château de Versailles

Exercice - Les usages politiques du château de Versailles

L'énoncé

Document 1 : Portrait de Louis XIV en costume de sacre par Hyacinthe Rigaud, 1701

1200px-Louis_XIV_of_France

 

Document 2 : Salle du Congrès, Versailles, par Christian Milet

versailles_salle

Source : https://immobilier.lefigaro.fr/article/a-la-decouverte-de-la-salle-du-congres-du-chateau-de-versailles_84391914-5d79-11e7-9597-7bc7fc02e415/

 

Document 3 : La grande histoire d’Emmanuel Macron et du château de Versailles, Par Myriam Encaoua et Pauline Théveniaud pour Le Parisien, 8 juillet 2018 

C’est la quatrième fois qu’il s’y rend en un peu plus d’un an. Jamais un président de la République n’aura autant utilisé Versailles à des fins politiques.

En faisant de son adresse devant les parlementaires un rendez-vous annuel, mettant ainsi en scène la prééminence du président sous la Ve République, le chef de l'État tranche avec la pratique de ses prédécesseurs.

Emmanuel Macron, qui a théorisé « le vide » créé par « l'absence de la figure du roi », assume en outre d'utiliser à plein ce lieu d'apparat comme un instrument de sa diplomatie.

On l'a vu y recevoir le président russe Vladimir Poutine, maniant la géographie du palais et la symbolique de ses pièces à l'envie. (…)

« Versailles exerce toujours la même fascination sur les Français, comme sur les chefs d'Etat du monde entier. Pour Louis XIV, c'était une vitrine politique, un showroom. Je pense toujours à Louis XIV demandant au Doge de Gênes : qu'est-ce qui vous impressionne le plus ? Messire, c'est d'y être », nous raconte Stéphane Bern, qui ne compte plus les messages de têtes couronnées ou chefs d'États étrangers souhaitant bénéficier d'une visite privée.

« Avec Versailles, Macron cherche à réactiver l'histoire de la grandeur de la France, analyse l'historien Jean Garrigues. C'est la puissance de l'État, bien avant la République, cette époque où le pays était une vitrine de l'excellence ».

Un âge d'or que le président a encore convoqué en janvier dernier à la veille du forum de Davos, lorsqu'il invite à Versailles les patrons des plus grandes multinationales, promettant de les convier à nouveau l'année prochaine.

Stratégie d'influence pour attirer les investisseurs ? « Manifestation du soft-power à la française », explique-t-on à l'Élysée, où l'on relève que « d'autres pays, comme les États-Unis, utilisent le cinéma pour faire passer des messages ». Et que le chef de l'État ne se prive pas d'utiliser de la même façon d'autres monuments patrimoniaux, tels que la Celle Saint-Cloud, les Invalides ou la tour Eiffel (…)

Source : https://www.leparisien.fr/politique/la-grande-histoire-d-emmanuel-macron-et-du-chateau-de-versailles-08-07-2018-7811805.php


Question 1

En quoi Versailles est un symbole de la monarchie ?

D’une simple résidence de chasse, le château de Versailles, sous Louis XIV, va devenir le lieu même de la puissance politique. Les meilleurs architectes, ébénistes, peintres, décorateurs et jardiniers sont convoqués pour édifier cet ensemble, à la fois miroir fascinant de la puissance royale et lieu de mise en scène du pouvoir absolu du Roi Soleil.

Versailles est donc conçu comme un symbole de la monarchie : il incarne une nouvelle façon de gouverner contre la ville de Paris à laquelle le roi n’accorde plus sa confiance, et dont l’éloignement relatif du nouveau siège du pouvoir, libère celui-ci de la pression des contre-pouvoirs urbains et réaffirme sa totale indépendance. Versailles permet enfin au roi, par la magnificence et le luxe qui y sont exposés d’attirer les nobles de tout le pays et de réunir une Cour, qui, logée et distraite, vouée à une frivolité organisée autorise le roi à avoir la noblesse entière sous sa coupe et pacifier ainsi le royaume en rendant impossible une nouvelle fronde. L’usage politique de Versailles va perdurer au-delà de la monarchie française.

Louis XIV fait de Versailles le lieu même de la puissance politique. Comment ?

Question 2

En quoi peut-on dire que Versailles est un outil du soft power français ?

L’attachement qu’ont eu les souverains successifs, y compris les présidents de la République, à y accueillir de nombreuses personnalités politiques montre que Versailles est resté un haut lieu de la diplomatie française et un des atouts de sa politique extérieure. Parmi les personnalités invitées, on peut citer la reine Victoria par Napoléon III en 1855, le Shah de perse par le président McMahon, les Kennedy par de Gaulle, et plus récemment, Vladimir Poutine par Emmanuel Macron en 2017 (document 1). La liste est encore longue des personnalités politiques étrangères qui souhaitent bénéficier d’une visite particulière de ce lieu. Versailles est en effet un château qui fascine : aux yeux du monde entier, le château de Versailles incarne ainsi la demeure de l'État français, plus, peut-être, que le palais de l'Élysée.

Associer ainsi le pouvoir présidentiel à l’âge d’or de le France, permet à la France de redorer son image et imposer sa grandeur sur la scène diplomatique internationale. Sous le président Macron, cet outil du soft power est clairement assumé, et son utilisation récurrente dénote de ses prédécesseurs (document 3). Il y multiplie les rencontres, jouant sur le faste et la symbolique historique des lieux pour impressionner et convaincre ses interlocuteurs de la continuité de la grandeur et de la puissance de la France.

Le Château de Versailles participe donc bien du soft power français tant du point de vue de la séduction qu’il exerce que de celui de son attractivité.

Quelle relation les souverains et présidents successifs ont-ils au château de Versailles ?

Question 3

En quoi Versailles est-il un lieu de continuité politique ?

Versailles a, depuis sa construction, incarné la puissance politique française. Sous Louis XIV, c’était un symbole de la monarchie absolue, et de la grandeur de la France (document 1).

Lors de la IIIe et IVe République, c’est à Versailles qu’était élu les présidents de la République française. En effet, dans le contexte particulier de la guerre de 1870-1871 contre la Prusse, le gouvernement provisoire quitte Paris d'abord pour Bordeaux, puis vient s'installer à Versailles. Une nouvelle pièce à Versailles sera ainsi créée, appelée Salle du Congrès, où, jusqu’en 1958 seront élus les différents chefs de l’Etat (document 2). De nos jours, la Salle du Congrès accueille les séances du Parlement. Ainsi, encore aujourd’hui, le château de Versailles sert, sur un plan matériel, aux instances gouvernementales. Il y a vu se succéder différents régimes politiques, différents hommes politiques.

Le château de Versailles est bien l’image de la continuité historique et du rayonnement politique et culturel de la France. Bien que n’ayant plus un rôle direct dans la conduite de la politique française, il fait partie de la panoplie culturelle du soft power, diffusant secrètement un parfum d’histoire et de culture, qui magnifie toute décision qui y serait prise. Il  sert donc à la France à asseoir son autorité et sa grandeur sur la scène internationale lui permettant de revendiquer un statut de « grande puissance moyenne de rayonnement mondial » ainsi que le formulait Valery Giscard D’Estaing. Haut lieu diplomatique, bijou architectural, et véritable lieu de mémoire de l’Histoire française, et ce depuis des siècles, le Château n’a pas fini de fasciner les quelques 6 millions de touristes qui le visitent chaque année.