Cours Stage - Bipolarisation et émergence du Tiers monde

Exercice - Conférence de Bandung

L'énoncé

Document 1 : Communiqué final de la conférence Afro-Asiatique de Bandung

La Conférence afro-asiatique a étudié le rôle de l'Asie et de l'Afrique et a examiné les moyens grâce auxquels les peuples des pays représentés peuvent réaliser la coopération économique, culturelle et politique la plus étroite.

* L'allocation par la Banque internationale de reconstruction et de développement d'une plus grande partie de ses ressources aux pays afro-asiatiques. (...)

* La Conférence est persuadée que le développement de la coopération culturelle figure parmi les moyens les plus puissants d'entente entre les Nations. L'Asie et l'Afrique ont été le berceau de grandes religions et de grandes civilisations qui ont enrichi d'autres cultures et d'autres civilisations. Ainsi la culture asiatique et africaine est basée sur des fondements spirituels universels. Malheureusement, les contacts culturels entre les pays asiatiques et africains ont été interrompus au cours des siècles passés. (...)

* La Conférence souligne l'importance du développement de l'utilisation pacifique de l'énergie atomique. Elle se félicite de l'initiative des Puissances principalement intéressées qui ont offert de fournir des informations dans ce domaine. Elle souhaite un établissement rapide de l'Agence internationale de l'Energie atomique, avec une représentation convenable des pays asiatiques.

* La Conférence déclare appuyer totalement le principe du droit des peuples et des Nations à disposer d'eux-mêmes tel qu'il est défini dans la Charte des Nations Unies et prendre en considération les résolutions des 5/7 Nations Unies sur le droit des peuples et des Nations à disposer d'eux-mêmes, qui est la condition préalable à la jouissance totale de tous les droits fondamentaux de l'homme.

* La Conférence afro-asiatique, prenant note du fait que plusieurs Etats n'ont pas encore été admis aux Nations Unies ; considérant que pour une coopération efficace pour la paix mondiale les Nations Unies devraient être universelles, fait appel au Conseil de Sécurité pour qu'il appuie l'admission de tous les Etats qui ont les qualités requises par la Charte pour être membres des Nations Unies. Selon le point de vue de la Conférence afro-asiatique, les pays qui y participent (Cambodge, Ceylan, Japon, Jordanie, Laos, Népal, les Etats du Sud-Vietnam et la République populaire du Vietnam après leur unification), ont ces qualités.

Source : Déclaration de Bandung, 1955 (modifié).


Question 1

Après avoir présenté le document, expliquer en quoi il permet de rendre compte des prétentions des non-alignés à modifier l'ordre mondial et à quelle fin.

Ce document est un texte commun adopté par les pays qui ont participé à la conférence de Bandung en 1955. Il manifeste les résolutions adoptées par les pays participants et leurs revendications. Son étude permet de voir comment le Tiers monde entend avoir un rôle plus actif dans les relations internationales. 

Les procédés par lesquels ces Etats entendent avoir un poids plus important peuvent se résumer en trois catégories : économie ; politique ; droit international. Pour les pays participants, une meilleure distribution des richesses est la condition nécessaire pour une meilleure égalité entre les non-alignés et le reste du monde. C'est pourquoi un article demande plus de soutien de la part de la Banque Internationale de Reconstruction et de Développement. En terme politique, le document appelle à plus de relations entre les pays mêmes du Tiers monde. Pour s'affirmer sur la scène internationale, ces derniers doivent mieux coopérer, par exemple dans l'utilisation de l'énergie atomique, qui est un élément clé de la Guerre froide.

Enfin, ce document permet de comprendre que les pays non-alignés réclament le droit à l'auto-détermination. Le terme n'est pas employé mais il permet de résumer l'article évoquant "le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes". Cela est un appel évident pour le droit des pays encore colonisés à choisir leur destinée. 

Finalement, ce texte démontre la volonté des pays non-alignés à rendre plus équitables les relations internationales et donc l'ordre mondial sur le plan économique et politique, tout en redéfinissant le droit international pour le rendre plus juste vis-à-vis du Tiers monde.

Les pays du Tiers monde ont des prétentions concernant l'économie, la politique et le droit international.