Cours Stage - Bipolarisation et émergence du Tiers monde

Exercice - La guerre du Vietnam

L'énoncé


Question 1

Indiquer la situation du Vietnam avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

Avant la Seconde Guerre mondiale, le Vietnam est une partie de l’Indochine française, qui rassemble une colonie et quatre protectorats. Le Vietnam est composé au Nord du protectorat de Tonkin, au centre du protectorat d’Annam et au Sud, de la colonie de Cochinchine.

En 1940, l’Indochine est envahie par les Japonais.

Question 2

Expliquer la chronologie de la guerre d’Indochine.

En 1945, le Viet Minh proclame l’indépendance de l’Indochine unilatéralement. Cela aboutit à partir de 1946 à une guerre de décolonisation.

De 1946 à 1949, ce conflit est un conflit entre les indépendantistes et l’armée française.

A partir de 1949, cela évolue vers un conflit plus large, avec un soutien accru des forces indépendantistes par la Chine communiste qui leur permet de s’organiser et de devenir une véritable armée, et un soutien des Américains aux Français. Ainsi, le conflit s’inscrit clairement dans la Guerre froide entre le bloc américain et le bloc communiste.

En 1954, le conflit se clôt par l’indépendance de l’Indochine : les Accords de Genève consacrent la naissance de trois Etats, le Laos, le Cambodge et le Vietnam, ce dernier étant divisé entre un Vietnam du Nord communiste, et un Vietnam du Sud sous administration française, qui devient régime fort soutenu par les Américains. La limite fixée est le 17e parallèle.

Comment le conflit a-t-il évolué entre 1946 et 1954 ?

Question 3

Expliquer la « théorie des dominos » et l’« endiguement » et en établir les conséquences au Vietnam.

La doctrine de l’endiguement est une doctrine présentée par Truman en 1947 qui vise à éviter l’étalement du communisme en créant des « digues » politiques, économiques et militaires autour des pays communistes.

La théorie des dominos est la crainte que si un pays devient communiste, tous les pays voisins basculent l’un après l’autre dans le communisme.

Au Vietnam, cela se traduit par un soutien accru des Etats-Unis au Nord Vietnam, puis à partir de 1965, par une lutte revendiquée contre le Nord Vietnam.

Question 4

Définir la notion de guerre dissymétrique en utilisant l’exemple du Vietnam.

C’est une guerre où les ennemis ne fonctionnent pas de la même façon.

Les Etats-Unis ont une armée professionnelle, suréquipée, au point de la technologie. Les combattants Vietnamiens sont eux des combattants aidés matériellement par l’URSS certes, mais qui agissent plutôt sur un mode de guérillas.

La guerre n’a pas de lieu précis de combat, et les combattants Vietnamiens se fondent au milieux des habitants.

Les Vietnamiens sont très motivés, et plus ils sont attaqués par les Etats-Unis, plus ils sont déterminés à se battre pour le communisme (d’autant plus que l’URSS joue en coulisse).

Question 5

Donner les causes de l’impopularité de la guerre du Vietnam.

En 1965, Johnson décide de la guerre sans l’aval du Congrès.

La conscription des jeunes hommes est très mal vécue.

Le rapport de force clairement en faveur des Etats-Unis (au moins vu de loin) est clairement défavorable aux Vietnamiens face au géant américain.

L’utilisation d’armes de destruction massive est très mal vécue, notamment l’agent orange qui est un défeuillant ou les bombes au napalm, incendiaires.

La guerre est une guerre perdue : l’envoi de combattants américains n’a servi à rien.

Question 6

Expliquer la « Vietnamisation » de la guerre.

A partir de 1969, le président Nixon décide de retirer progressivement le gros des troupes américaines (500 000 à 50 000 hommes) et s’engage pour la constitution d’une armée sud-vietnamienne forte et équipée.

Question 7

Raconter brièvement la fin de la guerre.

En 1973, les Accords de Paris confirme la partition du Vietnam.

En 1975, le Vietnam du Sud est envahi par le Vietnam du Nord.

Question 8

Lister les principales conséquences politiques et géopolitiques de la guerre.

La théorie de l’endiguement ne tient pas : la guerre n’a servi à rien, la digue a cédé et le communisme s’est répandu.

Par contre, la théorie des dominos ne se vérifie pas : après le Vietnam, il n’y a pas de chute des Etats voisins.

Le traumatisme des Américains est profond, se conjuguant notamment avec les problèmes économiques qui marquent les années 1970 (1973 : premier choc pétrolier) : l’interventionnisme américain se tarit et devient impopulaire.