Cours Stage - Inégalités et justice sociale
QCM
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

L'énoncé

Ce QCM d'application porte sur les différentes conceptions de la justice sociale. Il n'y a qu'une seule bonne réponse par question.


Tu as obtenu le score de


Question 1

"La morale [de ce courant] reconnaît dans les créatures humaines le pouvoir de sacrifier leur plus grand bien pour le bien des autres. Seulement elle refuse d’admettre que le sacrifice ait une valeur intrinsèque. Un sacrifice qui n’augmente pas ou ne tend pas à augmenter la somme totale du bonheur est considéré comme inutile. La seule renonciation admise, c’est la dévotion au bonheur des autres, à l’humanité ou aux individus, dans les limites imposées par les intérêts collectifs de l’humanité." (Source dans la correction)

Quelle doctrine de la justice sociale cette phrase illustre-t-elle ?

L'utilitarisme.

Cet extrait de L'Utilitarisme (1863) de John Stuart Mill (1806 - 1873) est représentatif de ce courant philosophique. Le seul objectif est le plus grand bien de la société. Aussi, l'égalité (ou son sacrifice) ne peut être qu'un moyen de parvenir à maximiser le bien-être la société dans son ensemble.
Voici un autre extrait qui explique bien cela au niveau individuel : "La croyance qui accepte, comme fondement de la morale, l’utilité ou
principe du plus grand bonheur, tient pour certain que les actions sont bonnes en proportion du bonheur qu’elles donnent, et mauvaises si elles tendent à produire le contraire du bonheur. Par bonheur on entend plaisir ou absence de souffrance ; par malheur, souffrance et absence de bonheur. Pour donner une idée complète de la question, il faudrait s’étendre beaucoup, dire surtout ce que renferment les idées de plaisir et de peine ; mais ces explications supplémentaires n’affectent pas la théorie de la vie sur laquelle est fondée la théorie morale suivante : le plaisir, l’absence de souffrance, sont les seules fins désirables ; ces fins désirables (aussi nombreuses dans l’utilitarisme que dans d’autres systèmes) le sont pour le plaisir inhérent en elles, ou comme moyens de procurer le plaisir, de prévenir la souffrance."

Le libertarisme.

L'égalitarisme.

Dans cet extrait, quel est l'objectif visé ? Au travers la notion de sacrifice, qui peut être d'un droit, d'un bien ou d'une opportunité, qu'est-ce qui est mis en cause en lien avec notre thème ?

Question 2

"Le deuxième tome de l'ouvrage (Le Mirage de la justice sociale) étudie alors la justice et l'efficacité d'un ordre spontané particulier, le marché. C'est d'abord parce que le marché n'impose aucune conception particulière du bien à l'ensemble des membres de la société qu'il peut être qualifié de juste. Il les laisse ainsi libres de poursuivre leurs fins privées (chap. vii et viii). Le corollaire immédiat étant que seul un critère procédural peut permettre de juger un état social : le respect de règles générales et impersonnelles – principalement le respect de la propriété, des contrats et des règles de responsabilité. Toute autre intervention, y compris les politiques sociales, revient à imposer certaines fins privées à l'ensemble des membres de la société (chap. ix). Injustes, ces interventions sont également inefficaces, car elles modifient les signaux du marché. Principaux vecteurs d'information à la disposition des agents, les prix résument, en effet, l'ensemble des informations pertinentes sur la rareté relative des biens. Il faut, selon l'auteur, se représenter la concurrence comme cette 'procédure de découverte' de l'information (chap. x). Les innovations de l'entrepreneur, l'existence de monopoles temporaires, les opérations du spéculateur, les comportements d'imitation sont autant d'éléments vitaux de ce processus. L'auto-organisation du marché permet ainsi de communiquer l'information de manière beaucoup plus efficace que n'importe quel 'ordre construit', tel un bureau de planification ou un État interventionniste (chap. xi)."

De quel auteur traite cet extrait d'un article de l'Encyclopedia Universalis écrit par Samuel Ferey ?

John Rawls

Frédéric Hayek

Cet extrait est issu de la fiche de lecture réalisée par Samuel Ferey pour l'Encyclopedia Universalis du livre Droit, législation et liberté de Frédéric Hayek. Il s'agit ici d'une conception libertariste de l'économie et de la justice sociale, qui rejette tout intervenitionnisme et ne vise qu'à une égalité stricte des droits.

Jeremy Bentham.

Quel est l'unique forme d'égalité promue par cet auteur ? A quel courant philosophique cela renvoie-t-il ?

Question 3

L'une des doctrines de la justice sociale vue dans le cours repose sur les deux principes ci-dessous. Laquelle ? 

1. Principe de liberté et d'égalité : chacun a également droit aux libertés les plus étendues, limitées seulement par la liberté des autres.

2. Principe de différence : il y a égalité des chances de tous dans l'accès aux différentes positions et recherche du plus grand bénéfice des moins favorisés dans l'agencement des inégalités sociales et économiques.

L'utilitarisme.

L'égalitarisme strict.

L'égalitarisme libéral.

Ces deux principes sont exposés dans la Théorie de la Justice de John Rawls. Il s'agit de tenir à la fois un principe d'égalité des droits et de libéralisme et un principe d'égalité des chances en vue de réduire les inégalités de statut. Il s'agit donc bien d'une conception égalitariste libérale de la justice sociale.

Les deux principes renvoient à deux formes de l'égalité : lesquelles ? Qu'en déduisez-vous ?

Question 4

"Si l'on admet que la vertu doit être la règle, et le bonheur le but des actions humaines, celui qui fait voir comment l'instrument peut s'appliquer le mieux à la production de la fin, et comment la fin peut être accomplie dans le plus haut degré qu'il soit possible d'obtenir ; celui-là, sans nul doute, fait un acte vertueux et a droit aux récompenses réservées à la vertu."

Qui est l'auteur de cet extrait ?

Karl Marx

Jeremy Bentham

Il s'agit d'un extrait de l'introduction de la Déontologie ou science de la morale de Jeremy Bentham. On reconnaît ici la doctrine de l'utilitarisme : le bonheur est la fin, et les moyens qui contribuent au bonheur sont considérés comme justes.

John Law

Quel est l'objectif fixé par cet auteur ? A quel courant philosophique cela renvoie-t-il ?

Question 5

Quelle est la différence entre égalité et équité ?

L'égalité vise à donner à tous la même chose quand l'équité vise à donner à tous en fonction de son mérite.

L'égalité vise à créer des situations semblables quand l'équité vise à fournir à chacun selon ses besoins et ses capacités.

L'égalité consiste à donner à tous la même chose, ou à assurer une parfaite ressemblance de tous, sans prendre en compte l'individu. On se rapproche de l'égalité des statuts.

L'équité vise à donner à tous selon ses besoins en prenant en compte les aspirations des individus. On se rapproche de l'égalité des chances.

L'égalité prend en compte les caractéristiques propres à la personne quand l'équité s'applique à tous de manière semblable sans tenir compte des différences.

Cela explique les différences entre égalité des chances et égalités des statuts.