Cinquième > Français > Méthodologie > Méthodologie de l'écriture

MÉTHODOLOGIE DE L'ÉCRITURE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Écrire sur soi

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

I. Choisir un genre de l’écriture de soi

 

Autobiographie : raconter sa vie, ou Mémoires : racontant aussi les événements historiques marquants, la société dans laquelle on a évolué, en même temps que l’on raconte sa vie personnelle => récit au passé, regard rétrospectif, avancé, puisque l’on raconte des événements qui ont déjà eu lieu.

Journal intime, chronique : les deux sont similaires, sauf que la chronique raconte aussi des faits passés qui nous concernent ainsi que l’ensemble de la société, d’un pays, d’une ville, au contraire du journal intime où les faits nous concernent exclusivement => récit au présent, le passé est beaucoup plus proche que pour l’autobiographie

L’échange épistolaire personnel, la correspondance : souvent à sens unique pour un écrit sur soi, la réponse n’est pas forcément attendue dans l’exercice. Les correspondances sont des témoignages importants lorsque l’on veut connaître les pensées d’un auteur ou d’un personnage politique ou historique => récit au présent. On relate des faits, on exprime des sentiments, des opinions.

 

II. Choisir des personnes

 

Il faut savoir avoir qui parle à qui. Les personnes se traduisent par l’usage de pronoms : je (me/mon/moi/ma/mes) : accentue que la première personne est celle qui parle.

Un écrit peut être adressé ou non. Lorsque l’écrit se destine à quelqu’un, on utilise alors le « tu » ou le « vous », il peut rester un peu flou sur le destinataire. Pour s’adresser à tous ou à une collectivité, on utilise le « vous » mais aussi parfois le « tu », par exemple dans « toi lecteur ». Dans le cas où l’écrit est non-adressé, comme a priori dans le journal intime, il n’y aura pas de marqueurs du destinataire.

 

III. Choisir une ou des formes (souvent les deux seront présentes)

 

Le récit : on raconte de faits : « qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

Souvenir : « Longtemps je me suis couché de bonne heure » : Proust raconte son enfance.

Descriptions : par exemple, la description de la madeleine trempée dans le thé de Proust.

 

Le discours : Le discours est le cadre de l’ensemble du texte, parce que l’écrit sur soi est une prise de parole.

On y trouve l’expression de sentiments, d’opinions, d’émotions : cela constitue un panel de tout ce qui s’exprime en utilisant le « je ».

On y trouve aussi du discours rapporté, direct ou indirect, soit sous forme de dialogue, on raconte un fait passé en y insérant des paroles qu’on a entendu, ou un propos entendu, pour donner un peu plus de corps à ce récit de faits.