Cinquième > SVT > Le vivant et son évolution > La nutrition des animaux

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

La respiration animale

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Les animaux sont soit unicellulaires (une seule cellule), et la cellule a des besoins, notamment de prendre du dioxygène (O2) dans son milieu pour rejeter ensuite du dioxyde de carbone (CO2). C’est la respiration. Pour cet organisme unicellulaire comme la paramécie, la membrane est assez fine pour permettre une simple diffusion des gaz. Concernant les animaux pluricellulaires (plusieurs cellules), la diffusion est compliquée car l’épaisseur de ces millions de cellules fait que le dioxygène ne va pas parvenir à toutes les cellules. Il y a donc différents organes qui vont permettre cette répartition du dioxygène aux différentes cellules du corps.

 

I. Des branchies pour respirer sans l'eau

 

Au niveau des nageoires pectorales du requin, on observe différentes fentes, appelées arcs branchiaux. C’est à travers ces arcs branchiaux que va circuler l’eau et donc le dioxygène.

Si on soulève ces arcs, on observe que les branchies sont des organes très rouges, dû au sang présent. C’est à ce niveau que le dioxygène est capté et que le dioxyde de carbone est rejeté. Ces branchies sont les structures qui vont permettre de respirer dans l’eau. Ce sont les mouvements de l’animal qui font circuler l’eau. D’autres branchies comme celles de l’axolotl (ci-dessous) sont externes : elles ne sont pas protégées par des opercules et sont plus fragiles, mais captent aussi avec efficacité le dioxygène de l’eau.

 

II. Les trachées pour respirer dans l'air

 

Les trachées se trouvent chez les insectes.

Ce se sont les petites tâches noires le long du corps de l’insecte, qui sont des petits orifices appelés stigmates. C’est par ces trous que le dioxygène entre. Ces stigmates sont poursuivis à l’intérieur du corps de l’insecte par des tuyaux, appelés trachées qui vont ensuite se subdiviser en trachéoles, à partir desquelles le dioxygène va passer dans les cellules du corps de l’insecte. 

 

III. Des poumons pour respirer dans l'air

 

Pour permettre l’entrée de dioxygène dans les poumons, il existe des mouvements musculaires : chez l’Homme, par contraction et décontraction, le diaphragme permet de faire rentrer le dioxygène et de rejeter le dioxyde de carbone. L’air entre par la bouche (ou le nez), puis traverse la trachée, les bronches et les alvéoles pulmonaires, où vont se produire les échanges de gaz entre le dioxygène et le dioxyde de carbone.

Ces poumons sont d’une efficacité relative puisqu’un certain volume d’air n’interagit pas au niveau des alvéoles pulmonaires. Les oiseaux par exemple ont des poumons bien plus perfectionnés que les mammifères.