Première > Français > La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle > Annale - Dissertation : La poésie n’a-t-elle vocation qu’à célébrer les joies de la vie ?

ANNALE - DISSERTATION : LA POÉSIE N’A-T-ELLE VOCATION QU’À CÉLÉBRER LES JOIES DE LA VIE ?

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Transfigurer le réel

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Contrairement au langage courant, le langage poétique n’a pas pour but premier de transmettre une information, mais possède une fonction artistique. Ainsi, dans le langage courant on dirait par exemple : « je suis triste. ». Le but premier de cette phrase est informatif, transmettant une information sur son état en seulement trois mots. Le poète utilise au contraire le langage poétique, à fonction artistique. Au lieu ainsi de simplement dire « je suis triste », Verlaine dira :

« Il pleure dans mon cœur

Comme il pleut sur la ville ;

Quelle est cette langueur

Qui pénètre mon cœur ? ».

Verlaine emploie donc quatre phrases alors qu’il aurait pu se contenter de trois mots. Le but premier de Verlaine n’est pas de donner une information, même si l’information est bien présente dans ces vers. Son but premier est de créer un nouveau monde, c’est la fonction artistique du langage poétique.

En effet, il ne peut pas littéralement « pleuvoir dans un cœur ». Le poète décrit la réalité telle qu’il l’a recréée, en lui donnant une beauté nouvelle. Les poètes recherchent alors souvent la beauté où elle ne se voit pas.

Baudelaire dans Les Fleurs du Mal extrait la beauté du mal, de tout ce qui est considéré comme laid. Baudelaire, par exemple, a écrit un poème sur une charogne, où il extrait la beauté de la mort et de la décomposition du corps. D’où le nom de son recueil Les Fleurs de Mal, signifiant les beautés issues de la laideur.

Francis Ponge n’extrait pas la beauté du mal, mais du quotidien. Il écrit ainsi des poèmes sur le pain, sur une huitre, et sur divers objets du quotidien qui prennent alors une nouvelle dimension poétique.