Première > Sciences > Son et musique, porteurs d'information > Entendre la musique

ENTENDRE LA MUSIQUE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

L'oreille humaine et les principes de l'audition

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

L'oreille humaine et les principes de l'audition

 

Au même titre que la vue, l’odorat, le toucher ou le goût, l’ouïe fait partie de nos cinq sens, mais on parle d’audition pour désigner le fait que l’oreille est capable de percevoir les sons. Dans un second temps, ces sons perçus et collectés par notre oreille sont transmis vers le cerveau et c’est à ce moment-là qu’on est conscient d’entendre un son, un bruit, une musique, etc.

 

Schéma simplifié de l’oreille humaine

 

Voici un schéma simplifié de l’oreille humaine qui se lit de la gauche vers la droite. Il existe trois parties dans l’oreille humaine :

- L’oreille externe, en rose, qui correspond à ce qu’on appelle l’oreille dans la vie courante.

- L’oreille moyenne, en orange.

- L’oreille interne, en bleu.

L’oreille moyenne et l’oreille interne ne se voient pas à l’œil nu, mais elles sont impliquées dans la perception des sons, donc dans l’audition.

 

I. L’oreille externe

 

Le son correspond à un ensemble de vibrations collectées par l’oreille externe et en premier lieu par le pavillon, relativement large, qui joue le rôle d’antenne collectrice. Le son et les vibrations sont ensuite transmis dans le reste de l’oreille externe qu’on appelle le conduit auditif externe.

Ces vibrations sont perçues par une membrane, représentée en jaune et orange, qui s’appelle le tympan.

 

II. L’oreille moyenne

 

Le tympan humain est une petite membrane arrondie, d'à peu près 1 cm de hauteur sur un peu moins de 1 cm de largeur. Ce tympan vibre en fonction des vibrations correspondant aux sons perçus et transmis par le conduit auditif externe.

Ce tympan est relativement fragile mais il existe dans la zone de l’oreille moyenne des petits muscles qui, en se contractant, sous l’effet de la force de certains bruits, protègent un peu le tympan. Néanmoins, ces muscles sont assez fatigables et ne répondent pas à tous les bruits qui peuvent être dangereux pour l’oreille.

Ce tympan transmet ensuite ses vibrations à trois petits os, les osselets, qui font partie de l’oreille moyenne. Il s’agit du marteau, de l’enclume et de l’étrier (le plus petit os du corps humain). Ces osselets vont ensuite transmettre eux-mêmes leurs propres vibrations à l’oreille interne représentée en bleu.

 

III. L’oreille interne

 

L’oreille interne est composée de deux zones :

- le vestibule, constitué de trois canaux qu’on appelle canaux semi-circulaires,

- la cochlée, une sorte d’escargot.

Le vestibule est impliqué dans l’équilibre. Quand on a des problèmes d’équilibre, on recherche s’il n’y a pas un problème au niveau des cellules vestibulaires dans l’oreille interne.

La cochlée est impliquée dans l’audition. C’est de là que part le nerf auditif.

Est également représenté un conduit qui s’appelle la trompe d’Eustache, qui va vers le nez. Ce conduit a plusieurs rôles, il n’est pas impliqué dans l’audition, mais il est impliqué :

- dans l’évacuation de certaines bactéries, donc il y a un rôle protecteur au niveau de l’oreille interne ;

- dans la régulation de la pression et des vibrations au niveau du tympan. C’est lui qui est impliqué quand on se bouche le nez pour essayer de se déboucher les oreilles. 

Au niveau de la cochlée, il y a un certain nombre de cellules, qui possèdent à leur surface des cils vibratiles, qui vibrent en fonction des sons et donc des vibrations transmises depuis l’oreille externe et moyenne. En fonction de ces vibrations des cils à la surface des cellules cochléaires, il y a formation d’un message nerveux qui passe par des neurones se trouvant au sein du nerf auditif qu’on appelle aussi nerf vestibulo-cochléaire.

Dans un second temps, ces messages nerveux seront transmis jusqu’au cortex, en particulier dans la zone du cortex auditif, et c’est à ce moment-là qu’on est conscient d’entendre les sons.