Première > SES > Science économique : monnaie et financement de l'économie > Stage - La création de la monnaie

STAGE - LA CRÉATION DE LA MONNAIE

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Est-il possible de créer de la monnaie sans limites ?

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Les banques créent de la monnaie à partir de rien, ex nihilo, en accordant des crédits. On pourrait ainsi supposer qu’il n’y pas de limites à la création monétaire. Dans une économie avec une seule banque, on pourrait penser que celle-ci gérerait aisément les échanges entre chacun des agents, par un simple jeu d’écriture, en créant de la monnaie autant que nécessaire.

Mais en réalité, les échanges, dans l’économie se font entre des agents clients de banques différentes et un système de régulation est mis en place. Une banque doit disposer de monnaie banque centrale (BC) pour pouvoir faire face à deux fuites :

 

- Les paiements faits aux autres banques :

La banque A doit faire le compte à la fin d’une journée du solde des paiements et des chèques que ses clients ont fait à ceux de la banque B, et la banque B fait de même pour les paiements effectués par ses clients envers la banque A.

Le solde des deux est le solde de compensation, qui est réglé par une chambre de compensation. Cette chambre organise les échanges et les soldes entre les différentes banques chaque jour. Ces échanges se font en monnaie banque centrale, soit la monnaie que les banques ont sur leur compte (obligatoire) à la banque centrale, c’est à partir de ce compte là qu’elles échangent entre elles.

C’est une première fuite qui se produit sur l’ensemble des comptes des clients des banques, le fait qu’elle doit avoir un stock de monnaie banque centrale.

 

- Les retraits en liquide :

Un cinquième des paiements se font en monnaie fiduciaire (pièces et billets). Pour un crédit de 100 euros on considère donc que 20 euros sont dépensés en billets. La banque doit ainsi avoir des stocks de monnaie fiduciaire pour assurer les paiements de ses clients.

 

Par ailleurs, les banques ne disposent pas d’un crédit illimité à la banque centrale, cette dernière accorde des prêts de monnaie banque centrale aux banques commerciales. Les crédits que celles-ci peuvent faire dépendent de la quantité de monnaie banque centrale dont elles disposent.

 

Comment faire si une banque n’a pas assez de monnaie banque centrale pour assurer les paiements de ses clients ?

 

 

Elle peut se refinancer sur le marché monétaire. La banque centrale prête de la monnaie banque centrale  contre le versement d’intérêts, cette monnaie n’étant pas gratuite.

Ces taux d’intérêts sont ensuite répercutés sur les prêts que les banques commerciales peuvent s’accorder entre-elles et sur ceux qu’elles accordent aux particuliers. Les taux de la banque centrale sont ainsi appelés les taux directeurs parce que ce sont ces taux-là, quand ils sont augmentés ou diminués, qui influencent ensuite tous les taux des prêts aux agents économiques dans l’économie réelle.

Sur le marché monétaire on a ainsi des banques qui ont un excès de monnaie banque centrale et des banques qui ont des besoins de liquidités en monnaie banque centrale. Elles peuvent s’échanger cette monnaie à un prix. Le prix ici est le taux d’intérêt directeur qui se répercute.

Pour les banques commerciales, s’emprunter les unes aux autres et se refinancer a un coût, le coût de refinancement. C’est ce coût qui limite les quantités de monnaie produites.

L’autre limite aux quantités de monnaie créées est la limite posée par la banque centrale, son offre de monnaie étant limitée. Quand elle augmente ses taux directeurs et limite la quantité de monnaie en circulation, elle contraint les banques commerciales qui doivent elles aussi augmenter leurs taux d’intérêt et diminuer la quantité de monnaie créée.

 

Il y a ainsi deux instruments pour réguler la quantité de monnaie créée :

- la modification des taux d’intérêts directeurs,

- le niveau de la monnaie banque centrale.