La régulation de la monnaie

Pourquoi réguler la création monétaire ?

La banque centrale a la possibilité de réguler la création monétaire, en modifiant ses taux d’intérêt directeurs (les taux auxquels elle prête aux banques) ou en limitant la quantité de monnaie qu’elle accorde aux banques.

La régulation de la création monétaire a un impact sur l’économie. Il existe deux hypothèses à ce sujet en économie :

 

I. Hypothèse libérale

 

Une création monétaire excessive provoque de l’inflation.

Une création excessive engendre une surabondance de monnaie, et celle-ci se déprécie. Les agents économiques ont une augmentation de leur pouvoir d’achat à laquelle les entreprises ne sont pas en mesure de répondre, l’accroissement de la demande fait augmenter les prix. L’augmentation de la monnaie en circulation permet ainsi seulement d’acheter les biens et les services plus chers, cela débouche sur de l’inflation.

Pour les libéraux, il faut veiller à ce que l’augmentation de la monnaie en circulation soit parfaitement équivalente à l’augmentation de la quantité de biens et de services créés. Au delà, toute augmentation de la masse monétaire crée de l’inflation, la banque centrale doit veiller de près pour la juguler.

 

II. Hypothèse keynésienne

 

La création monétaire permet de relancer la croissance et l’emploi en situation de sous-emploi.

Lorsque tous les facteurs de production ne sont pas utilisés (il y a du chômage, des capacités inutilisées dans les entreprises) on peut favoriser la relance de l’économie par une politique de création monétaire.

À celle-ci correspond une augmentation du pouvoir d’achat des agents économiques et une augmentation de la consommation. Les entreprises ayant à leur disposition des capacités de production supplémentaires puisqu’il y a du chômage, peuvent répondre à l’augmentation de la demande et à l’apparition de nouveaux débouchés par des embauches supplémentaires.

En embauchant, les entreprises distribuent davantage de revenus et permettent une nouvelle augmentation de la consommation, qui elle-même débouche sur de nouvelles embauches, etc., cela permet de créer un phénomène de cercle vertueux.

Pour les keynésiens, on peut relancer l’économie par une politique de création monétaire. Cela peut ainsi être un des objectifs de la banque centrale de soutenir la croissance par une politique de création monétaire.

Comment réguler la création monétaire ?

La banque centrale peut réguler la création monétaire en contrôlant l’offre de liquidités, c’est-à dire la façon dont les banques commerciales peuvent accéder à une certaine quantité de monnaie banque centrale.

 

I. En admettant que la banque centrale veuille limiter la création monétaire

 

 

La banque centrale baisse l’offre de liquidités et augmente ses taux directeurs, soit les taux auxquels elle prête aux banques commerciales.

Par conséquent, les taux d’intérêt augmentent sur le marché monétaire, le marché sur lequel les banques commerciales se prêtent elles-mêmes de l’argent.

Cette hausse des taux d’intérêt sur le marché monétaire se répercute sur les taux d’intérêt des crédits à l’économie réelle, c’est-à-dire les taux d’intérêt que les banques imposent à leurs clients.

Si les taux d’intérêt augmentent, les agents économiques demandent moins de crédits, et on a ainsi un freinage de la création monétaire par un freinage du crédit.

 

II. En admettant que la banque centrale veuille accroître la création monétaire

 

On peut tout à fait avoir le phénomène inverse, avec une hausse de l’offre de liquidités et une baisse des taux d’intérêts directeurs. Qui se répercute par une baisse des taux d’intérêt sur le marché monétaire.

Et donc sur une baisse des taux d’intérêt des crédits à l’économie réelle, qui permet de stimuler la demande de crédit.

« Les taux d’intérêts sont bas, c’est le moment d’emprunter », peut-on se dire en effet. Cela advient par suite sur une hausse de la création monétaire.