Quatrième > SVT > La planète Terre, l'environnement et l'action humaine > Stage - Ecosystèmes et impact des activités humaines

STAGE - ECOSYSTÈMES ET IMPACT DES ACTIVITÉS HUMAINES

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

L'impact des activités humaines sur les écosystèmes : échelles locale et globale

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Prenons l’exemple des couverts forestiers à certains endroits du monde, à l'échelle locale (notamment en France) et à l’échelle du monde.

 

I. Histoire du couvert forestier en France

 

En France, pendant l'Antiquité, le premier qui décrit la forêt primaire (forêt jamais touchée par l’Homme) est Jules César dans son récit de la guerre des Gaules. Il appelle cette forêt qui recouvre tout le nord de l’Europe, la forêt hercynienne. Au cours de l’histoire, cette forêt va être grignotée par l’activité humaine.

 

 

À l’époque médiévale, comme le montre le pilier des Nautes (ci-dessus) où l'on voit le dieu celtique Ésus en train de couper un arbre, on continue de déforester le couvert forestier, notamment par l'agriculture qui se développe. On assiste avec une certaine efficacité à la disparition du couvert forestier.

C’est à l’époque moderne, au XVIIe et surtout au XVIIIe siècle que l’on commence à s’inquiéter du couvert forestier qui n'atteint plus que 15 % de sa taille initiale. Sous Napoléon III sont mis en place des plans nationaux de reforestation territoriale. En 1946 est créé le Fonds forestier national avec une certaine efficacité puisqu’en un demi-siècle, le couvert forestier français a doublé.

 

II. Bornéo : une déforestation actuelle

 

L’île de Bornéo, en Indonésie est un cas actuel de déforestation. Cette île, plus grande que la France, a perdu en quelques décennies 30 % de sa forêt primaire. L’agriculture et notamment la culture de l’huile de palme est principalement responsable. On abat les arbres ou on incendie certaines parties de la forêt pour planter le palmier à huile. 

 

 

L’orang-outan de Bornéo est le porte drapeau de cette biodiversité en péril. Il n’a plus d’écosystème où vivre et est en train de disparaître. C’est aussi le cas de millions d’autres espèces.

 

III. Les forêts dans le monde

 

Dans le monde entre 1990 et 2005, les résultats sont inégaux. Pour l’UE, on compte + 1,2 % de forêts replantées. Sur le continent africain, c’est 9 % de forêt en moins. L’Amérique centrale est la zone la plus touchée avec 19 % de taux de déforestation.

 

Conclusion

 

Les problèmes locaux et leur résolution n’ont pas toujours d’impacts au niveau mondial puisque globalement la Terre est en train de perdre ses forêts. C'est un problème important car 80 % de la biodiversité terrestre se trouve dans ces forêts, et c’est à peu près 1 milliard d’êtres humains qui dépendent aussi de ces écosystèmes.