Quatrième > SVT > Le vivant et son évolution > Stage - Relations de parenté et classification

STAGE - RELATIONS DE PARENTÉ ET CLASSIFICATION

Accède gratuitement à cette vidéo pendant 7 jours

Profite de ce cours et de tout le programme de ta classe avec l'essai gratuit de 7 jours !

Démarrer l'essai gratuit

Relations de parenté au sein du vivant : trouver des critères de comparaison

Permalien

Télécharger la fiche de cours Les téléchargements sont réservés uniquements aux abonnés

Comment classer les êtres vivants ?

 

On s’appuie sur des ressemblances dans l’idée d’essayer de trouver une origine commune à différents groupes d’êtres vivants et surtout dans l’idée de répondre à la question : qui est le plus proche parent de qui ? Cette classification cherche à montrer les familles d’êtres vivants et pas seulement leurs caractéristiques (comme avoir des ailes ou avoir des yeux).

On s’intéresse par exemple à six êtres vivants : la tortue, le pigeon, la vache, la chauve-souris, le hareng, le choux. On remarque qu’ils sont tous composés de cellules, mais les cellules de ces six êtres vivants comportent un noyau avec de l’ADN. Le chou est le seul être végétal du groupe (on le laisse à part, il possède de la chlorophylle et fait partie du groupe des végétaux chlorophylliens). Les cinq autres sont des animaux, ils sont donc plus proches parents qu’ils ne sont cousins du chou mais on essaiera de préciser les parenté entre ces cinq animaux.

 

I. Trouver des critères de comparaison

 

Cinq critères de comparaison sont proposés sur les cinq animaux : on construit une matrice de caractères.

 

 

squelette

4 membres

doigts

plumes

poils

hareng

x

 

 

 

 

tortue

x

x

x

 

 

pigeon

x

x

x

x

 

chauve-souris

x

x

x

 

x

vache

x

x

x

 

x


Parmi ces animaux, les cinq possèdent un squelette. La tortue, le pigeon, la chauve-souris et la vache ont quatre membres. Le hareng possède des nageoires il n’a donc pas de membres. La tortue, le pigeon, la chauve-souris et la vache ont des doigts. Seul le pigeon possèdent des plumes et seules la chauve-souris et la vache possèdent des poils.

On observe que certains caractères sont partagés par ces cinq animaux, alors que d’autres sont partagés par seulement quelques animaux. C’est grâce à l’interprétation de cette matrice que l’on peut reconstituer les familles d’êtres vivants et que l’on peut classer ces cinq espèces en groupe de parenté.